Ce sera le CF-35 et il faudra s’y faire

Pour partager cette publication :

L’annonce du retrait d’Airbus et du Typhoon pour le remplacement des CF-18 ne nous surprend par vraiment. Comme nous l’avons déjà mentionné à quelques reprises, le traité du NORAD impose le choix d’un chasseur américain. Bien que SAAB soit toujours officiellement dans la course, sa proposition sera fort probablement rejetée elle aussi. Ce qui nous laisse avec deux concurrents américains : le F/A18 Super Hornet de Boeing et le CF-35 Lightning de Lockheed Martin.

 

En 2017, Boeing est venue bien près de vendre 18 F/A-18 Super Hornet au gouvernement canadien. Cet achat avait pour but de maintenir la capacité opérationnelle du Canada en attendant le remplacement de la flotte. Si Boeing était parvenue à vendre les 18 Super Hornet au Canada, elle aurait détenu un avantage compétitif important. Car ces 18 appareils pouvaient être déduits du total de 78 à commander. Mais l’achat a été annulé après que Boeing eut déposé sa plainte de dumping contre Bombardier et le C Series.

 

De son côté, Lockheed Martin a bien joué ses cartes en faisant ressortir les obligations du Canada dans le cadre du programme multinational du F-35. Le Canada a donc modifié son appel d’offre de manière à favoriser le CF-35. Il faut donc se faire à l’idée que le Canada va acheter des CF-35 pour le remplacement des CF-18.

 

Les CF-18 ont besoin d’être remplacés et ça presse, le temps des discussions et des négociations est terminé. Face à cette situation, il faut se rallier afin de permettre un renouvellement dans les temps. Les acteurs du milieu ont donc tout intérêt à trouver comment ils pourront tirer le meilleur parti de la situation.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

85 avis sur “Ce sera le CF-35 et il faudra s’y faire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.