Delta prendra possession de son premier CS100 en juin 2018

Pour partager cette publication :

L’annonce d’hier ne changera rien au calendrier de livraison des C séries à Delta Airlines et vous pouvez gager un vieux deux là-dessus.

 

Bombardier entend bien contester l’application de droits compensatoires et utilisera tous les recours possibles pour parvenir à les faire suspendre. Rappelons que la décision rendue hier est intérimaire et que c’est en janvier que la décision finale sera connue. C’est donc à partir de cette date que les recours judiciaires devraient s’intensifier. En 2018, les avocats de Boeing et de Bombardier n’auront pas besoin d’acheter de billets de loterie pour décrocher le gros lot.

 

Plusieurs lecteurs ont suggéré que les appareils soient d’abord livrés à une société de crédit-bail en dehors des États-Unis pour être loués à Delta Airlines par la suite. Cette hypothèse ne tient pas puisque pour être opérés aux USA par des pilotes de Delta, les appareils doivent obligatoirement avoir une immatriculation américaine et donc être officiellement importés. Par contre, si Bombardier créait une filiale de crédit-bail aux États-Unis et qu’elle livrait les appareils à cette société il reviendrait à cette filiale de payer les droits compensatoires et non à Delta Airlines. Mais pour l’instant Bombardier aurait rejeté ce scénario parce que cela donnerait une certaine légitimité à la plainte de Boeing.

 

Bombardier plancherait donc sur la contestation devant les tribunaux de toute imposition de droits compensatoires que ce soit. La base de contestation que pourrait utiliser Bombardier serait la signature par les États-Unis et le Canada en 1980 de l’accord du GATT (General Agreement on Tariffs and Trading) après la ronde de négociation de Tokyo. Cette entente protégeait entre autres le secteur de l’aérospatiale. Quant à savoir si cette entente a été modifiée par les dispositions de l’ALÉNA, ce n’est pas certain, mais si le président américain décidait de déchirer cet accord, alors celui du GATT reprendrait automatiquement force de loi puisqu’il n’a pas été abrogé.

 

Il y a donc de fortes probabilités que je réécrive à ce sujet dans les mois et années à venir.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

16 avis sur “Delta prendra possession de son premier CS100 en juin 2018

  • septembre 27, 2017 à 1:34 pm
    Permalink

    Ils sont déjà en retard de ±20 avions dans leur programme de fabrication de 2017. Alors, s’ils ne changent pas le rang des receveurs dans le programme, juin 2018 me parait irréaliste si ça n’a pas été mis à jour depuis un moment.

    De toute façon, Delta ne paiera pas les droits demandés par le gouvernement des US, Bombardier non plus. La commande sera reprise par un autre opérateur ou simplement annulée et meilleure chance la prochaine fois si les choses ne changent pas.

    Répondre
  • septembre 27, 2017 à 1:55 pm
    Permalink

    Dure réveille ce matin. J’ai fait le tour du wed et sa jase dans les chaumières. Les appuis pour Boeing sont presques inexistants. Les américains qui appuis Bombardier ne lâcheront pas le morceau comme on dit. Bien des procès d’intentions vont être fait a Boeing sur la place public. Si boeing a des squelettes sous les bancs de ces avions sa va sortir, les américains a dort ça faire danser les squelettes cachés. Trêve de plaisanterie, en bout de ligne je reste convaincu qu’il n’aura pas de droits compensatoires d’appliquer aux Cseries. Et aucune taxe antidumping non plus dont la décision doit être prise début octobre je crois. Ces des décisions au niveaux politiques qui và faire annuler cette mesure transitoire adopter hier et la taxe antidumping qui pourrait être recommander d’appliquer. En ce qui concerne le GATT pour se que j’ai lu,je pense que tu a raison.

    Répondre
  • septembre 27, 2017 à 7:00 pm
    Permalink

    Bravo Bombardier! Malgré tous les obstacles à surmonter, présent et à venir, vous avez fait la preuve que les Américains ont peur. Qui se souvient qu’en 1970 naissait un nouveau joueur en aéronautique, Airbus, et qu’ ils,les Américains, ne l’ont pas pris au sérieux. Airbus est devenu un géant et les Américains ne veulent surtout avoir à partager le marché une fois de plus.
    D’autant que le Cs100/300 est de plus en plus reconnu comme LE meilleur appareil, de sa catégorie présentement sur le marché.
    Les Américains montrent leur vraie visage au monde entier en agissant de la sorte.

    Répondre
    • septembre 27, 2017 à 9:42 pm
      Permalink

      Il faut faire la distinction entre Boeing et les Américains. Boeing tire les ficelles pour retarder Bombardier. La ficelle finira par casser. La CSeries sera dans un horizon de 5-10 ans un succès commercial j’en suis convaincu.

      Répondre
      • septembre 28, 2017 à 4:14 pm
        Permalink

        Absolument d’accord. Ça jase beaucoup dans le monde de l’aviation à l’international et ce n’est pas Bombardier qui a perdu des points. Il reste toute l’Asie et toute l’Europe a conquérir pour Bombardier Aviation.
        Je crois que ça devient ”le début d’un temps nouveau” !

        Répondre
    • septembre 28, 2017 à 6:20 am
      Permalink

      Félix le chantait si bien: « Le plaisir de l’un c’est de voir l’autre se casser l’cou ». Beaucoup (trop) de québécois éprouve du plaisir à voir BBD se casser l’cou. Je n’éprouve que du dégoût envers cette mentalité de pense-petit, de faiblard et d’eunuque. Et les publications de Québecor attisent cette mentalité. On n’a qu’à lire les commentaires des lecteurs… lorsqu’on parvient à en déchiffrer le contenu ça va de soit.

      Répondre
    • septembre 28, 2017 à 4:16 pm
      Permalink

      Pour moi, le Journal de Québec ou de Montréal n’ont aucune crédibilité en aviation. L’on ne devient pas expert suite a une ou deux nouvelles.

      Répondre
    • septembre 30, 2017 à 7:17 pm
      Permalink

      Cher Louis, à chaque fois que t as un problème de lien cela me rassure: je me dis que tous est normal! 🙂

      Répondre
  • septembre 30, 2017 à 8:45 pm
    Permalink

    Sa doit être la faute a Boeing, il modifie mon lien a distance. Je vais déposer une plainte auprès du président Trump pour qui force boeing a me payé 220% de 220’000’000. de dollars US de dommages. Le 220% và peut-être devenir populaire sur des chandails, quoi que le pourcentage exact est 219,63% selon la décision rendu.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.