Des profits records pour Air Canada

Pour partager cette publication :

English follows

Air Canada annonce ses résultats annuels pour 2017

  • Bénéfice d’exploitation de 1,364 G$ et BAIIALA record de 2,921 G$
  • Produits d’exploitation sans précédent de 16,252 G$
  • Ratio de levier financier de 2,1 et liquidités non soumises à restrictions de 4,181 G$

MONTRÉAL, le 16 févr. 2018 /CNW Telbec/ – Air Canada a annoncé aujourd’hui pour l’exercice 2017 un BAIIALA1) (bénéfice avant intérêts, impôts, dotation aux amortissements et aux pertes de valeur et location avions) de 2,921 G$, chiffre sans précédent, comparativement au précédent record de 2,768 G$ au chapitre du BAIIALA, enregistré pour l’exercice 2016, soit une hausse de 153 M$. Air Canada a annoncé un bénéfice d’exploitation de 1,364 G$ pour 2017, contre 1,345 G$ en 2016. Le résultat avant impôts ajusté1) s’est chiffré à 1,158 G$ en 2017, en regard d’un résultat avant impôts ajusté de 1,148 G$ en 2016. La Société a annoncé un montant record au chapitre du bénéfice avant impôts selon les PCGR en 2017, soit 1,279 G$, par rapport à un bénéfice avant impôts de 877 M$ en 2016.

Les éléments particuliers sont exclus de tous les calculs du BAIIALA présentés par Air Canada. Il y a lieu de se reporter à la description ci-après des éléments particuliers comptabilisés en 2017 et en 2016.

« Nos excellents résultats pour 2017 mettent en relief l’efficacité de notre stratégie de transformation, le succès de notre expansion à l’échelle mondiale et la puissance de notre vaste réseau. Nous avons su étendre notre réseau mondial de façon rentable, au moyen, notamment du lancement de 30 nouvelles lignes, en plus d’avoir transporté le nombre sans précédent de 48 millions de passagers, tout en maintenant notre focalisation sur la maîtrise des coûts et l’amélioration des marges. Nos réalisations sont le fruit du travail assidu et de l’engagement indéfectible de nos 30 000 employés, et je les félicite d’avoir adopté avec enthousiasme les changements positifs au sein d’Air Canada. Je tiens tout particulièrement à saluer nos collègues dans les divers secteurs opérationnels, qui ont travaillé dans des conditions hivernales extrêmement difficiles, sources de nombreuses perturbations, durant la période des fêtes de fin d’année. Ils ont fait preuve d’une détermination et d’un professionnalisme hors pair quand il s’est agi de mener nos clients à bon port en toute sécurité, a indiqué Calin Rovinescu, président et chef de la direction.

« L’ampleur de notre transformation est manifeste au vu des records que nous accumulons au chapitre des résultats financiers. L’année 2017 marque ainsi le cinquième exercice d’affilée où nous avons dégagé un BAIIALA sans précédent. En outre, les produits passages ont crû de 10 % pour atteindre un montant record de 14,5 G$, alors que les liquidités non soumises à restrictions se sont établies à 4,2 G$ à la clôture de l’exercice. Notre transformation a permis à Air Canada de devenir rentable tout en atténuant le profil de risque dans de nombreux volets, comme l’endettement et les obligations de capitalisation des régimes de retraite, les deux piliers de la viabilité à long terme.

« Nous demeurons concentrés sur l’atteinte des cibles financières clés établies lors de notre Journée des investisseurs, en septembre 2017. Qui plus est, tandis que nous continuons de tirer parti du dynamisme de notre stratégie et d’intégrer la maîtrise des coûts dans notre ADN, nous avons entrepris un nouveau programme de transformation des coûts en vue de réaliser des économies supplémentaires de 250 M$ d’ici la fin de 2019, a confirmé M. Rovinescu.

« En 2018, le renouvellement de notre parc de gros-porteurs sera en grande partie achevé à mesure que s’accélère le programme de remplacement des appareils monocouloirs du parc aérien principal. Outre les nouveaux avions, nous continuerons d’investir dans les produits et services, notamment notre nouveau programme de fidélisation, les récentes technologies permettant d’enrichir l’expérience voyage ainsi que le rehaussement des prestations et services aéroportuaires. En 2017, Air Canada a été désignée « Meilleur transporteur aérien en Amérique du Nord » par Skytrax. Nous entendons bien continuer à offrir un produit de qualité supérieure à notre clientèle que je tiens à remercier, au nom de tous les employés d’Air Canada, de nous choisir comme transporteur aérien, de conclure M. Rovinescu. »

Points saillants relativement au compte de résultat – exercice 2017

En 2017, du fait du relèvement de 11,6 % de la capacité, les produits passages réseau ont atteint le montant record de 14,471 G$, en hausse de 1,323 G$ (+10,1 %) par rapport à 2016. L’accroissement des produits passages réseau est attribuable à l’amplification de 11,3 % du trafic, en partie contrebalancée par le recul de 1,0 % du rendement unitaire. L’augmentation de 4,8 % de la longueur d’étape moyenne a comprimé le rendement unitaire de 2,7 points de pourcentage à l’échelle du réseau. En données ajustées en fonction de la longueur d’étape, le rendement unitaire a crû de 1,7 % en glissement annuel.

En ce qui concerne la cabine Classe affaires, les produits passages réseau ont augmenté de 334 M$ (+13,4 %) en regard de 2016 du fait de l’amplification de 9,8 % du trafic et de l’accroissement de 3,3 % du rendement unitaire.

En 2017, les charges d’exploitation se sont établies à 14,888 G$, en hausse de 1,556 G$ (+12 %) par rapport à 2016, du fait surtout du relèvement de la capacité et de la hausse des prix du carburant d’un exercice à l’autre.

Les charges d’exploitation par siège-mille offert (« CESMO ») ont augmenté de 0,1 % par rapport à 2016. Les CESMO ajustées1) de la société aérienne ont reculé de 3,0 % par rapport à 2016, ce qui concorde avec la baisse de 3,0 % à 4,0 % que prévoyait Air Canada dans son communiqué de presse du 25 octobre 2017.

Air Canada a comptabilisé un bénéfice net ajusté1) de 1,142 G$ en 2017, soit un bénéfice net ajusté dilué de 4,11 $ par action, contre un bénéfice net ajusté de 1,147 G$, soit un bénéfice net ajusté dilué de 4,06 $ par action, en 2016. À compter du quatrième trimestre de 2017 inclusivement, le bénéfice net ajusté est calculé après impôts et tient compte de l’incidence fiscale des ajustements inclus dans le calcul du bénéfice net ajusté. Avant le quatrième trimestre de 2017, aucune charge d’impôt différé n’était constatée du fait d’actifs d’impôt différé non comptabilisés significatifs. Une charge d’impôt de 16 M$ a eu une incidence sur le bénéfice net ajusté du quatrième trimestre de 2017 et de l’exercice 2017. En 2017, la société aérienne a comptabilisé un bénéfice net selon les PCGR de 2,038 G$, soit un bénéfice net dilué par action de 7,34 $, en regard d’un bénéfice net de 876 M$, soit un bénéfice net dilué par action de 3,10 $, en 2016.

Points saillants relativement au compte de résultat – quatrième trimestre

Au quatrième trimestre de 2017, du fait du relèvement de 9,5 % de la capacité, les produits passages réseau ont atteint le chiffre record de 3,381 G$, en hausse de 346 M$ (+11,4 %) par rapport au précédent record établi au quatrième trimestre de 2016. L’accroissement des produits passages réseau est attribuable à l’amplification de 9,9 % du trafic et à la progression de 1,4 % du rendement unitaire. L’augmentation de 4,6 % de la longueur d’étape moyenne a comprimé le rendement unitaire de 2,6 points de pourcentage à l’échelle du réseau. En données ajustées en fonction de la longueur d’étape, le rendement unitaire du quatrième trimestre a crû de 4,0 % en glissement annuel.

En ce qui concerne la cabine de Classe affaires, les produits passages réseau ont augmenté de 96 M$ (+15,3 %) en regard du quatrième trimestre de 2016 du fait de l’amplification de 8,2 % du trafic et de l’accroissement de 6,6 % du rendement unitaire.

Au quatrième trimestre de 2017, les charges d’exploitation se sont établies à 3,687 G$, en hausse de 280 M$ (+8 %) par rapport au quatrième trimestre de 2016, du fait surtout du relèvement de la capacité et de la hausse des prix du carburant d’un exercice à l’autre.

Les charges d’exploitation par siège-mille offert (« CESMO ») ont fléchi de 1,2 % par rapport au quatrième trimestre de 2016. Les CESMO ajustées1) de la société aérienne ont reculé de 1,2 % par rapport au quatrième trimestre de 2016, ce qui concorde avec la baisse de 0,5 % à 1,5 % que prévoyait Air Canada dans son communiqué de presse du 25 octobre 2017.

Air Canada a annoncé un BAIIALA record de 521 M$ pour le quatrième trimestre de 2017, contre un BAIIALA de 455 M$ au quatrième trimestre de 2016. La société aérienne a annoncé une marge BAIIALA sans précédent de 13,6 % pour le quatrième trimestre de 2017, contre une marge BAIIALA de 13,3 % au quatrième trimestre de 2016. Le bénéfice d’exploitation selon les PCGR s’est chiffré à 133 M$ au quatrième trimestre de 2017 contre 18 M$ au quatrième trimestre de 2016.

Le résultat avant impôts ajusté s’est établi à 77 M$ au quatrième trimestre de 2017 contre un résultat avant impôts ajusté de 39 M$ au quatrième trimestre de 2016. Le bénéfice avant impôts selon les PCGR s’est chiffré à 20 M$ au quatrième trimestre de 2017 en regard d’une perte avant impôts de 178 M$ au quatrième trimestre de 2016.

Au quatrième trimestre de 2017, Air Canada a inscrit un bénéfice net ajusté de 61 M$, soit un bénéfice net ajusté dilué de 0,22 $ par action, contre un bénéfice net ajusté de 38 M$, soit un bénéfice net ajusté dilué de 0,14 $ par action, au quatrième trimestre de 2016. Comme il est mentionné plus haut, à compter du quatrième trimestre de 2017, le bénéfice net ajusté est présenté après impôts et tient compte de l’incidence fiscale des ajustements inclus dans le calcul du bénéfice net ajusté. Avant le quatrième trimestre de 2017, aucune charge d’impôt différé n’était constatée du fait d’actifs d’impôt différé non comptabilisés significatifs. Une charge d’impôt de 16 M$ a eu une incidence sur le bénéfice net ajusté du quatrième trimestre de 2017 et de l’exercice 2017. Air Canada a annoncé un bénéfice net selon les PCGR de 8 M$, soit un bénéfice net dilué de 0,02 $ par action, pour le quatrième trimestre de 2017, contre une perte nette de 179 M$, soit une perte nette diluée de 0,66 $ par action au quatrième trimestre de 2016.

Éléments particuliers

Au premier trimestre de 2017, Air Canada a comptabilisé une provision de 30 M$ au titre de l’amende imposée à nouveau par suite d’une décision de la Commission européenne relative aux enquêtes sur le fret. Air Canada a acquitté l’amende au deuxième trimestre de 2017, en attendant l’issue de son appel de la décision.

Au quatrième trimestre de 2016, Air Canada a comptabilisé un élément particulier de 91 M$ au titre du coût des services passés pour rendre compte des augmentations estimées du coût des prestations de retraite pour les pilotes représentés par l’APAC qui cotisent à un régime à prestations déterminées.

Points saillants relativement à la gestion financière et à la gestion des capitaux

Au 31 décembre 2017, les liquidités non soumises à restrictions (trésorerie, placements à court terme et fonds disponibles aux termes des marges de crédit) avaient atteint le chiffre record de 4,181 G$ (3,388 G$ au 31 décembre 2016).

Au 31 décembre 2017, le total de la dette à long terme et des contrats de location-financement (y compris la partie courante) s’est chiffré à 6,119 G$, en baisse de 499 M$ par rapport au 31 décembre 2016. Les nouveaux emprunts de 733 M$ ont été plus que compensés par les remboursements de 808 M$ sur la dette et par l’incidence favorable, de 402 M$, de l’appréciation du dollar canadien au 31 décembre 2017 comparativement au 31 décembre 2016 à l’égard de la dette libellée en devises (principalement en dollars américains) d’Air Canada.

Au 31 décembre 2017, la dette nette ajustée s’élevait à 6,116 G$, ce qui représente une diminution de 974 M$ par rapport au 31 décembre 2016, qui rend compte de l’effet de l’accroissement des soldes de trésorerie et des placements à court terme et de l’incidence favorable de l’appréciation du dollar canadien sur les soldes de dettes libellées en dollars américains. Au 31 décembre 2017, le ratio de levier financier1) d’Air Canada s’est établi à 2,1, soit une amélioration en regard de 2,6 au 31 décembre 2016.

Les flux de trésorerie nets liés aux activités d’exploitation ont atteint le chiffre record de 2,738 G$, en hausse de 317 M$ par rapport à 2016. Les flux de trésorerie disponibles1) se sont établis à 1,056 G$ en 2017, un niveau record qui dépasse la fourchette de l’ordre de 600 M$ à 900 M$ que projetait Air Canada dans son communiqué de presse du 25 octobre 2017, du fait principalement de la hausse des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation. Les flux de trésorerie disponibles dégagés en 2017 rendaient compte également d’une augmentation de 1,205 G$ par rapport à 2016, du fait de la hausse des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation et de la baisse des dépenses d’investissement nettes d’un exercice à l’autre.

Pour la période de 12 mois close le 31 décembre 2017, le rendement du capital investi1) s’est établi à 13,9 %, ce qui concorde avec la cible de rendement du capital investi annuel de 13,5 % à 14,5 % que projetait Air Canada dans son communiqué de presse du 25 octobre 2017, et ce qui représente une nette augmentation par rapport au coût moyen pondéré du capital de 7,6 %.

Perspectives actuelles

En plus de confirmer les cibles au chapitre de la marge BAIIALA, du rendement du capital investi, des flux de trésorerie disponibles et du ratio de levier financier établies à sa Journée des investisseurs, qui a eu lieu en septembre 2017, Air Canada présente les prévisions qui suivent.

Flux de trésorerie disponibles de l’exercice 2018

Air Canada prévoit enregistrer des flux de trésorerie disponibles positifs, de l’ordre de 250 M$ à 500 M$ en 2018. Air Canada ne prévoit réaliser aucune opération de cession-bail en 2018.

CESMO ajustées du premier trimestre de 2018 et de l’exercice 2018

Pour le premier trimestre de 2018, Air Canada s’attend à ce que les CESMO ajustées (qui ne tiennent pas compte de la charge de carburant, des coûts liés à la portion terrestre des forfaits de Vacances Air CanadaMD ni des éléments particuliers) augmentent de 2,0 % à 3,0 % par rapport au premier trimestre de 2017.

Pour l’exercice 2018, Air Canada prévoit que les CESMO ajustées varient selon une fourchette allant d’une baisse de 0,5 % à une hausse de 1,5 %, par rapport à l’exercice 2017. Une portion d’environ 0,75 point de pourcentage de cette fourchette est imputable à des investissements non récurrents dans la valorisation de la marque et les uniformes, le service à la clientèle et la technologie, l’amortissement accéléré pour les appareils E190 d’Embraer, ainsi que des coûts de démarrage de 10 M$ relativement au nouveau programme de fidélisation d’Air Canada dont le lancement est prévu pour 2020.

Dotation aux amortissements et aux pertes de valeur de l’exercice 2018

Air Canada prévoit que la dotation aux amortissements et aux pertes de valeur augmentera d’environ 150 M$ par rapport à l’exercice 2017.

Charges sociales de l’exercice 2018

Air Canada prévoit que les charges sociales augmenteront d’environ 75 M$ par rapport à l’exercice 2017.

Charge de maintenance avions de l’exercice 2018

Air Canada prévoit que la charge de maintenance avions augmentera d’environ 140 M$ en regard de l’exercice 2017.

Les perspectives ci-dessus ne sont pas tributaires du nouveau programme de transformation des coûts d’Air Canada, dans le cadre duquel celle-ci vise à réaliser des économies de 250 M$ d’ici la fin de 2019.

Perspectives pour 2018 – Principales hypothèses : Dans la préparation et la communication d’énoncés prospectifs, Air Canada a formulé certaines hypothèses. Dans le cadre de celles-ci, Air Canada part de l’hypothèse que la croissance du PIB du Canada sera modeste pour 2018. Air Canada a également présumé que le dollar canadien se négocierait en moyenne à 1,25 $ CA pour 1,00 $ US au premier trimestre et pour l’ensemble de 2018, et que le cours du carburant aviation s’établirait en moyenne à 0,72 $ CA le litre pour le premier trimestre de 2018 et à 0,70 $ CA le litre pour l’ensemble de 2018.

Le tableau qui suit présente un résumé des perspectives susmentionnées pour le premier trimestre et l’exercice 2018 au complet, ainsi que des principales hypothèses connexes :

Premier trimestre de 2018
par rapport au premier
trimestre de 2017

Exercice 2018 par rapport

à l’exercice 2017

Flux de trésorerie disponibles

250 M$ – 500 M$

CESMO ajustées

Hausse de l’ordre
de 2,0 % à 3,0 %

Fourchette allant d’une baisse
de 0,5 % à une augmentation
de 1,5 %

Dotation aux amortissements et aux pertes de valeur

Hausse de 150 M$

Charges sociales

Hausse de 75 M$

Charge de maintenance avions

Hausse de 140 M$

Principales hypothèses

Premier trimestre de 2018

Exercice 2018

PIB – Canada

Croissance relativement modeste

Croissance relativement modeste

Montant en $ CA pour 1,00 $ US

1,25 $

1,25 $

Carburant aviation – en $ CA le litre

0,72 $

0,70 $

Les perspectives présentées dans le présent communiqué constituent des énoncés prospectifs au sens où l’entendent les lois sur les valeurs mobilières; elles partent de diverses hypothèses supplémentaires et sont exposées à plusieurs risques. On se reportera à cet égard à la « Mise en garde concernant les énoncés prospectifs » qui suit.

1) Mesures hors PCGR

Sont décrites ci-après certaines mesures hors PCGR qu’utilise Air Canada pour fournir aux lecteurs des renseignements supplémentaires sur sa performance financière et opérationnelle. Comme ces mesures ne sont pas conformes aux PCGR pour la présentation d’états financiers et qu’elles n’ont pas de sens normalisé, elles ne sauraient être comparées à des mesures similaires présentées par d’autres entités et ne doivent pas être considérées comme pouvant se substituer à des résultats établis selon les PCGR ou comme ayant préséance sur ceux-ci. Les lecteurs sont invités à se reporter à la rubrique intitulée « Mesures financières hors PCGR » du rapport de gestion de 2017 d’Air Canada pour un complément d’information sur les mesures hors PCGR et pour un rapprochement de ces mesures avec les PCGR du Canada.

  • Air Canada utilise le bénéfice net ajusté (perte nette ajustée) et le résultat ajusté par action – dilué afin de mesurer le rendement financier global de ses activités sans égard aux effets après impôts du profit ou de la perte change, du produit (coût) financier net du passif au titre des avantages du personnel, des ajustements à la valeur du marché à l’égard des dérivés et autres instruments financiers comptabilisés à la juste valeur, du profit à la cession-bail d’actifs, du profit ou de la perte aux modifications et règlements de dettes ainsi que des éléments particuliers, car ces éléments risquent de fausser l’analyse de certaines tendances commerciales et de rendre moins pertinente l’analyse comparative avec les résultats d’autres compagnies aériennes. À compter du quatrième trimestre de 2017 inclusivement, le bénéfice net ajusté est calculé après impôts et tient compte de l’incidence fiscale des ajustements inclus dans le calcul du bénéfice net ajusté.
  • Air Canada se sert du résultat avant impôts ajusté pour mesurer le rendement financier avant impôts global de ses activités sans égard aux effets du profit ou de la perte de change, du produit (coût) financier net du passif au titre des avantages du personnel, des ajustements à la valeur du marché à l’égard des dérivés et autres instruments financiers comptabilisés à la juste valeur, du profit à la cession‑bail d’actifs, du profit ou de la perte aux modifications et règlements de dettes ainsi que des éléments particuliers. Air Canada se sert du résultat avant impôts ajusté afin de déterminer le rendement du capital investi.
  • Le BAIIALA est une mesure couramment employée dans le secteur du transport aérien et Air Canada s’en sert afin d’avoir un aperçu des résultats d’exploitation avant intérêts, impôts, dotation aux amortissements et aux pertes de valeur et location avions, étant donné que ces coûts peuvent varier sensiblement d’une compagnie aérienne à l’autre en raison de la façon dont chacune finance son matériel volant et ses autres actifs. Air Canada retranche les éléments particuliers du BAIIALA, car ces éléments fausseraient l’analyse de certaines tendances commerciales et rendraient toute analyse comparative en regard d’autres compagnies aériennes moins pertinente.
  • Air Canada se sert des CESMO ajustées afin d’évaluer le rendement courant des activités de la société aérienne et d’analyser l’évolution de ses coûts, à l’exclusion de l’incidence de la charge de carburant, des coûts liés à la portion terrestre des forfaits de Vacances Air CanadaMD et des éléments particuliers, car ces coûts et charges risquent de fausser l’analyse de certaines tendances commerciales et de rendre moins pertinente toute analyse comparative en regard d’autres compagnies aériennes. La charge de carburant avions n’est pas comprise dans les charges d’exploitation, car elle fluctue largement sous l’effet de facteurs multiples, dont la conjoncture internationale, les événements géopolitiques, les coûts de raffinage du carburant aviation et le taux de change entre le dollar canadien et le dollar américain. Qui plus est, Air Canada engage des coûts relativement à la portion terrestre des forfaits de Vacances Air CanadaMD que certaines compagnies aériennes qui n’exercent pas d’activités de voyagiste comparables n’engagent pas. En outre, ces coûts ne génèrent pas de SMO. Par conséquent, le fait d’exclure ces coûts des charges d’exploitation permet d’établir une comparaison plus pertinente d’une période à l’autre lorsque ces coûts peuvent varier.
  • Le ratio de levier financier s’entend du ratio dette nette ajustée-BAIIALA des 12 derniers mois. Ce ratio est couramment utilisé dans l’industrie du transport aérien et Air Canada s’en sert afin d’évaluer le levier financier. Le ratio de levier financier correspond à la dette nette ajustée divisée par le BAIIALA (compte non tenu des éléments particuliers) des 12 derniers mois. Comme il est mentionné plus haut, Air Canada retranche les éléments particuliers des résultats relatifs au BAIIALA (qui sont utilisés pour déterminer le ratio de levier financier), car ces éléments fausseraient l’analyse de certaines tendances commerciales et rendraient toute analyse comparative en regard d’autres compagnies aériennes moins pertinente.
  • Les flux de trésorerie disponibles sont couramment utilisés dans le secteur du transport aérien et Air Canada s’en sert comme indicateur de la vigueur financière et du rendement de ses activités dans la mesure où ils indiquent le montant de trésorerie que la société aérienne est en mesure de dégager de ses activités, compte tenu des dépenses d’investissement. Les flux de trésorerie disponibles correspondent aux flux de trésorerie nets liés aux activités d’exploitation, moins les achats d’immobilisations corporelles et incorporelles et déduction faite du produit tiré d’opérations de cession-bail.
  • Air Canada se sert du rendement du capital investi afin d’évaluer la rentabilité du capital qu’elle utilise. Le rendement se fonde sur le bénéfice ajusté (ou la perte ajustée, selon le cas) avant impôts, compte non tenu des charges d’intérêts et des intérêts implicites aux termes des contrats de location simple. Le capital investi comprend la moyenne de la dette à long terme en glissement annuel, la moyenne des obligations découlant des contrats de location-financement en glissement annuel, la moyenne des capitaux propres en glissement annuel et la valeur des contrats de location simple immobilisés (calculée en multipliant par 7 les coûts de location avions annualisés). Air Canada calculait auparavant le capital investi en fonction de l’actif diminué des passifs d’exploitation. À la suite de l’accroissement important de son capital investi et de la valeur comptable de ses capitaux propres, Air Canada a décidé d’adopter plutôt une méthode de calcul du rendement du capital investi basée sur la valeur comptable, comme il est décrit ci-dessus. Il y a lieu de se reporter à la définition du résultat avant impôts ajusté en vue de savoir pourquoi Air Canada recourt à cette mesure pour évaluer le rendement financier avant impôts global de ses activités.

Les états financiers consolidés audités de 2017 d’Air Canada et les notes complémentaires ainsi que son rapport de gestion de 2017 peuvent être consultés sur son site à aircanada.com et seront déposés sur SEDAR au www.sedar.com.

Pour un complément d’information sur les documents publics d’Air Canada, dont sa Notice annuelle datée du 24 mars 2017, veuillez consulter SEDAR au www.sedar.com.

Avis concernant la téléconférence

Air Canada invite les analystes à sa téléconférence trimestrielle qui se tiendra aujourd’hui, le 16 février 2018, à 8 h 30 HE. Calin Rovinescu, président et chef de la direction, Michael Rousseau, vice-président général et chef des Affaires financières, ainsi que Benjamin Smith, président – Transporteurs de passagers, répondront aux questions des analystes. Après la période de questions des analystes, Michael Rousseau, vice-président général et chef des Affaires financières, et Pierre Houle, directeur général et trésorier, répondront aux questions des porteurs d’obligations et des prêteurs de type B. Les membres des médias et du public peuvent écouter cette téléconférence. Suivent les renseignements détaillés :

Composez le 416 340-2218 ou le 1 800 478-9326

Écoutez la webémission audio en direct au :  http://bell.media-server.com/m/p/jaqzyvmn

MISE EN GARDE CONCERNANT LES ÉNONCÉS PROSPECTIFS 

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs au sens de la législation en valeurs mobilières applicable. Ces énoncés découlent d’analyses et d’autres renseignements fondés sur la prévision de résultats à venir et l’estimation de montants qu’il est actuellement impossible de déterminer. Ils peuvent porter sur des observations concernant, entre autres, des résultats préliminaires, des prévisions, des stratégies, des attentes, des opérations projetées ou des actions futures. Ces énoncés prospectifs se reconnaissent à l’emploi de termes tels que « préliminaires », « prévoir », « croire », « pouvoir », « estimer », « projeter » et « planifier », employés au futur et au conditionnel, et d’autres termes semblables, ainsi qu’à l’évocation de certaines hypothèses.

Comme, de par leur nature, les énoncés prospectifs partent d’hypothèses, dont celles décrites dans le présent communiqué, ils sont soumis à de grands risques et incertitudes. Les énoncés prospectifs ne sont donc pas entièrement assurés en raison, notamment, de la survenance possible d’événements externes ou de l’incertitude qui caractérise le secteur. Les résultats réels peuvent donc différer sensiblement des résultats évoqués par ces énoncés prospectifs du fait de divers facteurs, notamment la capacité d’Air Canada de dégager ou de maintenir une rentabilité nette ou de réaliser ses initiatives et ses objectifs, l’état du secteur, du marché, du crédit, de la conjoncture économique et du contexte géopolitique, les cours de l’énergie, les taux de change, la concurrence, sa dépendance à l’égard des technologies, les risques liés à la cybersécurité, sa capacité de rembourser ses dettes et d’obtenir du financement, sa capacité de mettre en œuvre efficacement des initiatives stratégiques opportunes ou de réduire les charges d’exploitation, les conflits armés, les attentats terroristes, les épidémies, les frais d’utilisation d’aéroport et frais connexes, le niveau élevé de coûts fixes, la liquidité, sa dépendance envers les fournisseurs clés, notamment les transporteurs régionaux et Aimia Canada Inc., la transition du programme d’Aéroplan vers le nouveau programme de fidélisation et le lancement fructueux de ce dernier, les pertes par sinistres, les relations de travail et les coûts connexes, sa capacité de préserver et faire croître sa marque, les questions de retraite, les facteurs liés à l’environnement (dont les systèmes météorologiques et autres phénomènes naturels, et des facteurs d’origine humaine), les limites imposées aux termes de clauses restrictives, les questions d’assurance et les coûts qui y sont associés, la dépendance envers les partenaires Star Alliance, les interruptions de services, l’évolution de la législation, de la réglementation ou de procédures judiciaires, les litiges actuels et éventuels avec des tiers, outre sa capacité de recruter et de conserver du personnel qualifié, ainsi que les facteurs dont il est fait mention dans le dossier d’information publique d’Air Canada qui peut être consulté à l’adresse www.sedar.com, notamment à la rubrique 18, Facteurs de risque, du rapport de gestion de 2017 d’Air Canada. Les énoncés prospectifs contenus ou intégrés par renvoi dans le présent communiqué représentent les attentes d’Air Canada en date du présent communiqué (ou à la date à laquelle ils sont censés avoir été formulés) et ils peuvent changer par la suite. Toutefois, Air Canada n’a ni l’intention ni l’obligation d’actualiser ou de réviser ces énoncés à la lumière de nouveaux éléments d’information ou d’événements futurs ou pour quelque autre motif, sauf si elle y est tenue par la réglementation en valeurs mobilières applicable.

POINTS SAILLANTS

Le tableau ci-dessous présente les points saillants de nature financière et opérationnelle d’Air Canada pour les périodes indiquées ci-après.

Quatrièmes trimestres

Exercices

(en millions de dollars canadiens,
sauf indication contraire)

2017

2016

Variation
($)

2017

2016

Variation
($)

Mesures de performance financière

Produits d’exploitation

3 820

3 425

395

16 252

14 677

1 575

Bénéfice d’exploitation

133

18

115

1 364

1 345

19

Bénéfice (perte) avant impôts sur
le résultat

20

(178)

198

1 279

877

402

Bénéfice net (perte nette)

8

(179)

187

2 038

876

1 162

Résultat avant impôts ajusté1)

77

39

38

1 158

1 148

10

Bénéfice net ajusté1) 2)

61

38

23

1 142

1 147

(5)

Marge d’exploitation (en %)

3,5

%

0,5

%

3,0

pt

8,4

%

9,2

%

(0,8)

pt

BAIIALA (compte non tenu des éléments particuliers)1)

521

455

66

2 921

2 768

153

Marge BAIIALA (compte non tenu des éléments particuliers) (en %)1)

13,6

%

13,3

%

0,3

pt

18,0

%

18,9

%

(0,9)

pt

Liquidités non soumises à restrictions3)

4 181

3 388

793

4 181

3 388

793

Flux de trésorerie nets liés aux activités d’exploitation

389

351

38

2 738

2 421

317

Flux de trésorerie disponibles1)

(43)

121

(164)

1 056

(149)

1 205

Dette nette ajustée1)

6 116

7 090

(974)

6 116

7 090

(974)

Rendement du capital investi (en %)1)

13,9

%

16,7

%

(2,8)

pt

13,9

%

16,7

%

(2,8)

pt

Ratio de levier financier1)

2,1

2,6

(0,5)

2,1

2,6

(0,5)

Résultat par action – dilué

0,02

$

(0,66)

$

0,68

$

7,34

$

3,10

$

4,24

$

Résultat ajusté par action – dilué1)

0,22

$

0,14

$

0,08

$

4,11

$

4,06

$

0,05

$

Statistiques d’exploitation4)

Variation
(%)

Variation
(%)

Passagers-milles payants (« PMP ») (en millions)

19 396

17 643

9,9

85 137

76 481

11,3

Sièges-milles offerts (« SMO ») (en millions)

24 191

22 091

9,5

103 492

92 726

11,6

Coefficient d’occupation (en %)

80,2

%

79,9

%

0,3

pt

82,3

%

82,5

%

(0,2)

pt

Produits passages par PMP
(« rendement unitaire ») (en cents)

17,1

16,9

1,4

16,7

16,8

(1,0)

Produits passages par SMO (« PPSMO ») (en cents)

13,7

13,5

1,8

13,7

13,9

(1,3)

Produits d’exploitation par SMO (en cents)

15,8

15,5

1,9

15,7

15,8

(0,8)

Charges d’exploitation par SMO (« CESMO ») (en cents)

15,2

15,4

(1,2)

14,4

14,4

0,1

CESMO ajustées (en cents)1)

11,3

11,4

(1,2)

10,6

10,9

(3,0)

Effectif moyen en équivalents temps plein (« ETP ») (en milliers)5)

28,3

26,2

8,0

27,8

26,1

6,7

Avions en service à la clôture de la période

395

381

3,7

395

381

3,7

Utilisation moyenne du parc aérien
(en heures par jour)

9,7

9,5

2,4

10,4

10,2

1,8

Sièges routés (en milliers)

14 522

13 873

4,7

60 820

57 135

6,4

Fréquences des appareils (en milliers)

138,4

136,7

1,3

569,6

565,5

0,7

Longueur d’étape moyenne (en milles)6)

1 666

1 592

4,6

1 702

1 623

4,8

Coût du litre de carburant (en cents)

67,5

59,4

13,8

62,6

53,9

16,2

Consommation de carburant
(en milliers de litres)

1 254 111

1 160 404

8,1

5 331 888

4 837 159

10,2

Passagers payants transportés (en milliers)7)

11 314

10 719

5,6

48 126

44 849

7,3

 

1)

Le résultat avant impôts ajusté, le bénéfice net ajusté, le résultat ajusté par action – dilué, le BAIIALA (à savoir le bénéfice avant intérêts, impôts, dotation aux amortissements et aux pertes de valeur et la location avions), la marge BAIIALA, le ratio de levier financier, les flux de trésorerie disponibles, le rendement du capital investi et les CESMO ajustées ne sont pas des mesures financières reconnues par les PCGR et la dette nette ajustée est une mesure complémentaire aux PCGR. Se reporter aux rubriques 9 et 20 du rapport de gestion de 2017 d’Air Canada pour la description des mesures financières hors PCGR et mesures complémentaires aux PCGR d’Air Canada. Les éléments particuliers mentionnés dans le tableau ci-dessus sont exclus des calculs du BAIIALA présentés par Air Canada. Se reporter aux rubriques 6 et 7 du rapport de gestion de 2017 d’Air Canada pour de plus amples renseignements sur les éléments particuliers. 

2)

À compter du quatrième trimestre de 2017 inclusivement, le bénéfice net ajusté est calculé après impôts et tient compte de l’incidence fiscale des ajustements inclus dans le calcul du bénéfice net ajusté. Avant le quatrième trimestre de 2017, aucune charge d’impôt différé n’était constatée du fait d’actifs d’impôt différé non comptabilisés significatifs. Une charge d’impôt de 16 M$ a eu une incidence sur le bénéfice net ajusté du quatrième trimestre et de l’exercice 2017.

3)

Les liquidités non soumises à restrictions s’entendent de la somme de la trésorerie, des équivalents de trésorerie, des placements à court terme et des fonds disponibles aux termes des facilités de crédit renouvelables d’Air Canada. Au 31 décembre 2017, les liquidités non soumises à restrictions se composaient de trésorerie et de placements à court terme de 3 804 M$ et de facilités de crédit non utilisées de 377 M$. Au 31 décembre 2016, les liquidités non soumises à restrictions se composaient de trésorerie et de placements à court terme de 2 979 M$ et de facilités de crédit non utilisées de 409 M$.

4)

À l’exception de l’effectif moyen en ETP, les statistiques d’exploitation dans ce tableau tiennent compte des transporteurs tiers (comme Jazz Aviation S.E.C. (« Jazz »), Sky Regional Airlines Inc. (« Sky Regional »), Air Georgian Limited (« Air Georgian ») et Exploits Valley Air Services Limited (« EVAS ») exerçant leurs activités aux termes de contrats d’achat de capacité avec Air Canada.

5)

Rend compte des ETP à Air Canada, à l’exclusion des ETP chez des transporteurs tiers (comme Jazz, Sky Regional, Air Georgian et EVAS) exerçant leurs activités au titre de contrats d’achat de capacité avec Air Canada.

6)

La longueur d’étape moyenne correspond au total de sièges-milles offerts divisé par le total de sièges routés.

7)

Les passagers payants sont dénombrés en fonction des indicatifs de vol (non en fonction du voyage/de l’itinéraire ou du segment de trajet), conformément à la définition établie par l’IATA.


Air Canada Reports 2017 Annual Results

  • Operating income of $1.364 billion and record EBITDAR of $2.921 billion
  • Record operating revenues of $16.252 billion
  • Leverage ratio of 2.1 and unrestricted liquidity of $4.181 billion

MONTRÉAL, Feb. 16, 2018 /CNW Telbec/ – Air Canada today reported record full year 2017 EBITDAR(1) (earnings before interest, taxes, depreciation, amortization, impairment and aircraft rent) of $2.921 billion compared to the previous record full year 2016 EBITDAR of $2.768 billion, an increase of $153 million. Air Canada reported 2017 operating income of $1.364 billion compared to 2016 operating income of $1.345 billion. Adjusted pre-tax income(1) amounted to $1.158 billion in 2017 compared to adjusted pre-tax income of $1.148 billion in 2016. On a GAAP basis, the airline reported record income before income taxes of $1.279 billion in 2017 compared to income before income taxes of $877 million in 2016.

Special items are excluded from Air Canada’s reported EBITDAR calculations. See below for a description of the special items recorded in 2017 and 2016.

« Our strong 2017 results underscore the effectiveness of our transformation strategy, as well as the success of our global expansion and the power of our comprehensive network. We profitably expanded our global network with 30 new routes launched, and carried a record 48 million customers, while maintaining our focus on cost discipline and continuing to improve margins. Our achievements were driven by the hard work and commitment of our 30,000 employees and I commend them for enthusiastically embracing positive change at Air Canada. I especially want to thank our colleagues from our various Operations branches who worked through extremely challenging and disruptive winter conditions over the holiday period, for their commitment and professionalism in bringing our customers safely to their destinations, » said Calin Rovinescu, President and Chief Executive Officer.

« The extent of our transformation is evident in our continuing records for financial results. In 2017, we achieved our fifth consecutive year of record EBITDAR, passenger revenue climbed 10 per cent to a record $14.5 billion, and our unrestricted liquidity amounted to $4.2 billion at year-end. Our transformation has made Air Canada profitable while reducing risk in many areas, such as level of indebtedness and pension obligations, the twin pillars of long-term sustainability.

« We remain committed to meeting the key financial targets set during our September 2017 Investor Day. Beyond this, as we continue to capitalize on the momentum of our strategy and to further entrench cost discipline into our DNA, we have undertaken a new Cost Transformation Program intended to secure an additional $250 million in savings by the end of 2019, » said Mr. Rovinescu.

« In 2018, our wide-body fleet renewal will be substantially completed as our mainline narrow-body replacement program accelerates. Along with new aircraft, we will keep investing in products and services, including our new loyalty program, technology to enrich the travel experience, and enhanced airport services and amenities. In 2017, we were recognized as « Best Airline in North America » by Skytrax and we intend to continue providing a superior product to our customers, whom I thank on behalf of all Air Canada employees for choosing to fly with us, » concluded Mr. Rovinescu.

Full Year Income Statement Highlights

In 2017, on capacity growth of 11.6 per cent, record system passenger revenues of $14.471 billion increased $1.323 billion or 10.1 per cent from 2016. The increase in system passenger revenues was driven by traffic growth of 11.3 per cent partly offset by a yield decline of 1.0 per cent. An increase in average stage length of 4.8 per cent had the effect of reducing system yield by 2.7 percentage points. On a stage-length adjusted basis, system yield increased 1.7 per cent year-over-year.

In the business cabin, system passenger revenues increased $334 million or 13.4 per cent from 2016 on traffic and yield growth of 9.8 per cent and 3.3 per cent, respectively.

In 2017, operating expenses of $14.888 billion increased $1.556 billion or 12 per cent from 2016, mainly driven by the increase in capacity and higher fuel prices year-over-year.

Air Canada’s cost per available seat mile (CASM) increased 0.1 per cent from 2016. The airline’s adjusted CASM(1) decreased 3.0 per cent from 2016, in line with the 3.0 to 4.0 per cent decrease projected in Air Canada’s October 25, 2017 news release.

Air Canada recorded adjusted net income(1) of $1.142 billion or $4.11 per diluted share in 2017 compared to adjusted net income of $1.147 billion or $4.06 per diluted share in 2016. Starting as of and including the fourth quarter of 2017, adjusted net income is determined net of tax and includes the income tax effect of adjustments included in the measurement of adjusted net income. Prior to the fourth quarter of 2017, there was no deferred income tax expense recorded because of significant unrecognized deferred tax assets. A tax expense of $16 million affected fourth quarter and full year 2017 adjusted net income results. On a GAAP basis, the airline reported 2017 net income of $2.038 billion or $7.34 per diluted share compared to 2016 net income of $876 million or $3.10per diluted share.

Fourth Quarter Income Statement Highlights

In the fourth quarter of 2017, on capacity growth of 9.5 per cent, record system passenger revenues of $3.381 billion increased $346 million or 11.4 per cent from the previous record in the fourth quarter of 2016. The increase in system passenger revenues was driven by traffic growth of 9.9 per cent and a yield improvement of 1.4 per cent. An increase in average stage length of 4.6 per cent had the effect of reducing system yield by 2.6 percentage points. On a stage-length adjusted basis, fourth quarter system yield increased 4.0 per cent year-over-year.

In the business cabin, system passenger revenues increased $96 million or 15.3 per cent from the fourth quarter of 2016 on traffic and yield growth of 8.2 per cent and 6.6 per cent, respectively.

In the fourth quarter of 2017, operating expenses of $3.687 billion increased $280 million or 8 per cent from the fourth quarter of 2016, mainly driven by the increase in capacity and higher fuel prices year-over-year.

Air Canada’s cost per available seat mile (CASM) decreased 1.2 per cent from the fourth quarter of 2016. The airline’s adjusted CASM(1) decreased 1.2 per cent from the fourth quarter of 2016, in line with the 0.5 to 1.5 per cent decrease projected in Air Canada’s October 25, 2017 news release.

Air Canada reported record EBITDAR of $521 million in the fourth quarter of 2017 versus EBITDAR of $455 million in the fourth quarter of 2016. The airline reported a record fourth quarter EBITDAR margin of 13.6 per cent compared to an EBITDAR margin of 13.3 per cent in the fourth quarter of 2016. On a GAAP basis, the airline reported fourth quarter 2017 operating income of $133 million compared to fourth quarter 2016 operating income of $18 million.

Adjusted pre-tax income amounted to $77 million in the fourth quarter of 2017 compared to adjusted pre-tax income of $39 million in the fourth quarter of 2016. On a GAAP basis, the airline recorded income before income taxes of $20 million in the fourth quarter of 2017 compared to a loss before income taxes of $178 million in the fourth quarter of 2016.

In the fourth quarter of 2017, Air Canada recorded adjusted net income of $61 million or $0.22 per diluted share compared to adjusted net income of $38 million or $0.14 per diluted share in the same quarter in 2016. As mentioned above, starting as of and including the fourth quarter of 2017, adjusted net income is determined net of tax and includes the income tax effect of adjustments included in the measurement of adjusted net income. Prior to the fourth quarter of 2017, there was no deferred income tax expense recorded because of significant unrecognized deferred tax assets. A tax expense of $16 million affected fourth quarter and full year 2017 adjusted net income results. On a GAAP basis, Air Canada reported net income of $8 million or $0.02 per diluted share in the fourth quarter of 2017 compared to a net loss of $179 million or $0.66 per diluted share in the fourth quarter of 2016.

Special Items

In the first quarter of 2017, Air Canada recorded a provision of $30 million relating to a fine which was reinstated by a decision of the European Commission pertaining to cargo investigations. Air Canada paid the fine in the second quarter of 2017, pending the outcome of its appeal of the decision.

In the fourth quarter of 2016, Air Canada recorded a past service cost expense of $91 million to reflect the estimated cost of pension increases applicable to ACPA-represented pilots who participate in a defined benefit plan.

Financial and Capital Management Highlights

At December 31, 2017, unrestricted liquidity (cash, short-term investments and undrawn lines of credit) amounted to a record $4.181 billion (December 31, 2016$3.388 billion).

At December 31, 2017, total long-term debt and finance leases (including current portion) of $6.119 billion decreased $499 millionfrom December 31, 2016. New borrowings of $733 million were more than offset by debt repayments of $808 million and the favourable impact of a stronger Canadian dollar of $402 million, as at December 31, 2017 compared to December 31, 2016, on Air Canada’s foreign currency denominated debt (mainly U.S. dollars).

At December 31, 2017, adjusted net debt of $6.116 billion decreased $974 million from December 31, 2016, reflecting the impact of higher cash and short-term investment balances and the benefit of a stronger Canadian dollar on U.S. dollar denominated debt balances. At December 31, 2017, Air Canada’s leverage ratio(1) improved to 2.1 versus 2.6 as at December 31, 2016.

Record net cash flows from operating activities of $2.738 billion improved $317 million compared to 2016.  Record free cash flow(1) of $1.056 billion in 2017 was above the range of $600 million to $900 million projected in Air Canada’s October 25, 2017 news release, mainly as a result of higher cash flows from operations. The free cash flow generated in 2017 also reflected an improvement of $1.205 billion from 2016 due to higher cash flows from operating activities and a reduced level of net capital expenditures year-over-year.

For the 12 months ended December 31, 2017, return on invested capital (ROIC(1)) was 13.9 per cent, in line with the 13.5 to 14.5 per cent ROIC projected in Air Canada’s October 25, 2017 news release, and significantly higher than Air Canada’s weighted average cost of capital of 7.6 per cent.

Current Outlook

In addition to reaffirming its EBITDAR margin, ROIC, free cash flow and leverage ratio targets set during its September 2017 Investor Day, Air Canada is providing the following guidance:

Full Year 2018 Free Cash Flow

Air Canada expects positive free cash flow in the range of $250 to $500 million in 2018. Air Canada is not planning any sale-leaseback transactions in 2018.

First Quarter and Full Year 2018 Adjusted CASM

For the first quarter of 2018, Air Canada expects adjusted CASM (which excludes fuel expense, the cost of ground packages at Air Canada Vacations and special items) to increase 2.0 to 3.0 per cent when compared to the first quarter of 2017.

For the full year 2018, Air Canada expects adjusted CASM to range between a decrease of 0.5 per cent to an increase of 1.5 per cent compared to the full year 2017. Approximately 0.75 percentage points of this range are driven by non-recurring costs for branding and new uniforms, customer service and technology investments, accelerated depreciation for Embraer 190 aircraft, and start-up costs of approximately $10 million related to Air Canada’s new loyalty program scheduled to launch in 2020.

Full Year 2018 Depreciation, Amortization and Impairment Expense

Air Canada expects depreciation, amortization and impairment expense to increase by approximately $150 million from the full year 2017.

Full Year 2018 Employee Benefits Expense

Air Canada expects employee benefits expense to increase by approximately $75 million from the full year 2017.

Full Year 2018 Aircraft Maintenance Expense

Air Canada expects aircraft maintenance expense to increase by approximately $140 million from the full year 2017.

The above outlook is not dependent on Air Canada’s new Cost Transformation Program which is targeting to generate savings of $250 million by the end of 2019.

2018 Outlook – Major Assumptions: Assumptions were made by Air Canada in preparing and making forward-looking statements. As part of its assumptions, Air Canada assumes relatively modest Canadian GDP growth for 2018. Air Canada also expects that the Canadian dollar will trade, on average, at C$1.25 per U.S. dollar in the first quarter and the full year 2018 and that the price of jet fuel will average 72 CAD cents per litre in the first quarter of 2018 and 70 CAD cents per litre for the full year 2018.

The following table summarizes the above-mentioned outlook for the first quarter and the full year 2018 and related major assumptions:

First Quarter 2018 versus

First Quarter 2017

Full Year 2018 versus

Full Year 2017

Free Cash Flow

$250 – $500 million

Adjusted CASM

Increase of 2.0% to 3.0%

Range between a decrease of
0.5% to an increase of 1.5%

Depreciation, Amortization and Impairment Expense

Increase by $150 million

Employee Benefits Expense

Increase by $75 million

Aircraft Maintenance Expense

Increase by $140 million

Major Assumptions

First Quarter 2018

Full Year 2018

Canadian GDP

Relatively modest growth

Relatively modest growth

Canadian dollar per U.S. dollar

1.25

1.25

Jet fuel price – CAD cents per litre

72

70

The outlook provided constitutes forward-looking statements within the meaning of applicable securities laws and is based on a number of additional assumptions and subject to a number of risks. Please see section below entitled « Caution Regarding Forward-Looking Information ».

(1) Non-GAAP Measures

Below is a description of certain non-GAAP measures used by Air Canada in an effort to provide readers with additional information on its financial and operating performance. Such measures are not recognized measures for financial statement presentation under GAAP, do not have standardized meanings, may not be comparable to similar measures presented by other entities and should not be considered a substitute for or superior to GAAP results. Readers are advised to review the section entitled Non-GAAP Financial Measures in Air Canada’s 2017 MD&A for a further discussion of such non-GAAP measures and a reconciliation of such measures to Canadian GAAP.

  • Adjusted net income (loss) and adjusted earnings (loss) per share – diluted are used by Air Canada as a means to assess the overall financial performance of its business without the after-tax effects of foreign exchange gains or losses, net financing income (expense) relating to employee benefits, mark-to-market adjustments on derivatives and other financial instruments recorded at fair value, gain on sale and leaseback of assets, gains or losses on debt settlements and modifications and special items as these may distort the analysis of certain business trends and render comparative analysis to other airlines less meaningful. Starting as of and including the fourth quarter of 2017, adjusted net income is determined net of tax and includes the income tax effect of adjustments included in the measurement of adjusted net income.
  • Adjusted pre-tax income (loss) is used by Air Canada to assess the overall pre-tax financial performance of its business without the effects of foreign exchange gains or losses, net financing income (expense) relating to employee benefits, mark-to-market adjustments on derivatives and other financial instruments recorded at fair value, gain on sale and leaseback of assets, gains or losses on debt settlements and modifications, and special items. Air Canada uses adjusted pre-tax income (loss) to determine return on invested capital.
  • EBITDAR is commonly used in the airline industry and is used by Air Canada as a means to view operating results before interest, taxes, depreciation, amortization, impairment and aircraft rent as these costs can vary significantly among airlines due to differences in the way airlines finance their aircraft and other assets. Air Canada excludes special items from EBITDAR as such items would distort the analysis of certain business trends and render comparative analysis to other airlines less meaningful.
  • Adjusted CASM is used by Air Canada as a means to assess the operating and cost performance of its ongoing airline business without the effects of fuel expense, the cost of ground packages at Air Canada Vacations® and special items, as such expenses may distort the analysis of certain business trends and render comparative analysis to other airlines less meaningful. Aircraft fuel expense is excluded from operating expense results as it fluctuates widely depending on many factors, including international market conditions, geopolitical events, jet fuel refining costs and Canada/U.S. currency exchange rates. Air Canada also incurs expenses related to ground packages at Air Canada Vacations® which some airlines, without comparable tour operator businesses, may not incur. In addition, these costs do not generate ASMs and therefore excluding these costs from operating expense results provides for a more meaningful comparison across periods when such costs may vary.
  • « Leverage ratio » refers to adjusted net debt to trailing 12-month EBITDAR leverage ratio and is commonly used in the airline industry and is used by Air Canada as a means to measure financial leverage. Leverage ratio is calculated by dividing adjusted net debt by trailing 12-month EBITDAR (excluding special items). As mentioned above, Air Canada excludes special items from EBITDAR results (which are used to determine leverage ratio) as such items would distort the analysis of certain business trends and render comparative analysis to other airlines less meaningful.
  • Free cash flow is commonly used in the airline industry and is used by Air Canada as an indicator of the financial strength and performance of its business, indicating the amount of cash Air Canada is able to generate from operations and after capital expenditures. Free cash flow is calculated as net cash flows from operating activities minus additions to property, equipment and intangible assets, and is net of proceeds from sale-leaseback transactions.
  • Return on invested capital (ROIC) is used by Air Canada as a means to assess the efficiency with which it allocates its capital to generate returns. Return is based on adjusted pre-tax income (or loss, as applicable), excluding interest expense and implicit interest on operating leases. Invested capital includes average year-over-year long-term debt, average year-over-year finance lease obligations, average year-over-year shareholders’ equity and the value of capitalized operating leases (calculated by multiplying annualized aircraft rent by 7). Air Canada previously calculated invested capital based on an asset less operating liabilities approach. Following a significant increase in Air Canada’s invested capital and book value of its equity, Air Canada decided to change the methodology to a book value-based method of calculating ROIC, as described above. Refer to the definition of adjusted pre-tax income for a discussion of why Air Canada uses this measure to assess the overall pre-tax financial performance of its business.

Air Canada’s 2017 Audited Consolidated Financial Statements and Notes and its 2017 Management’s Discussion and Analysis of Results of Operations and Financial Condition are available on Air Canada’s website at aircanada.com, and will be filed on SEDAR at www.sedar.com.

For further information on Air Canada’s public disclosure file, including Air Canada’s Annual Information Form dated March 24, 2017, consult SEDAR at www.sedar.com.

Analyst Conference Call Advisory

Air Canada will host its quarterly analysts’ call today, February 16, 2018 at 08:30 E.T. Calin Rovinescu, President and Chief Executive Officer, Michael Rousseau, Executive Vice President and Chief Financial Officer, and Benjamin Smith, President, Passenger Airlines, will be available for analysts’ questions. Immediately following the analysts’ Q&A session, Michael Rousseau, Executive Vice President and Chief Financial Officer, and Pierre Houle, Managing Director and Treasurer, will be available to answer questions from holders of Air Canada’s bonds and term loan B lenders. Media and the public may access this call on a listen-in basis. Details are as follows:

Dial 416-340-2218 or 1-800-478-9326

Live audio webcast:  http://bell.media-server.com/m/p/jaqzyvmn

CAUTION REGARDING FORWARD-LOOKING INFORMATION 

This news release includes forward-looking statements within the meaning of applicable securities laws. Forward-looking statements relate to analyses and other information that are based on forecasts of future results and estimates of amounts not yet determinable. These statements may involve, but are not limited to, comments relating to preliminary results, guidance, strategies, expectations, planned operations or future actions.  Forward-looking statements are identified using terms and phrases such as « preliminary », « anticipate », « believe », « could », « estimate », « expect », « intend », « may », « plan », « predict », « project », « will », « would », and similar terms and phrases, including references to assumptions.

Forward-looking statements, by their nature, are based on assumptions, including those described herein and are subject to important risks and uncertainties. Forward-looking statements cannot be relied upon due to, amongst other things, changing external events and general uncertainties of the business. Actual results may differ materially from results indicated in forward-looking statements due to a number of factors, including without limitation, our ability to successfully achieve or sustain positive net profitability or to realize our initiatives and objectives, industry, market, credit, economic and geopolitical conditions, energy prices, currency exchange, competition, our dependence on technology, cybersecurity risks, our ability to pay our indebtedness and secure financing, our ability to successfully implement appropriate strategic initiatives or reduce operating costs, war, terrorist acts, epidemic diseases, airport user and related fees, high levels of fixed costs, liquidity, our dependence on key suppliers including regional carriers and Aimia Canada Inc., our success in transitioning from the Aeroplan program and launching our new loyalty program, casualty losses, employee and labour relations and costs, our ability to preserve and grow our brand, pension issues, environmental factors (including weather systems and other natural phenomena and factors arising from man-made sources), limitations due to restrictive covenants, insurance issues and costs, our dependence on Star Alliance, interruptions of service, changes in laws, regulatory developments or proceedings, pending and future litigation and actions by third parties and our ability to attract and retain required personnel, as well as the factors identified in Air Canada’s public disclosure file available at www.sedar.com and, in particular, those identified in section 18 « Risk Factors » of Air Canada’s 2017 MD&A. The forward-looking statements contained or incorporated by reference in this news release represent Air Canada’s expectations as of the date of this news release (or as of the date they are otherwise stated to be made) and are subject to change after such date. However, Air Canada disclaims any intention or obligation to update or revise any forward-looking statements whether because of new information, future events or otherwise, except as required under applicable securities regulations.

HIGHLIGHTS

The financial and operating highlights for Air Canada for the periods indicated are as follows.

(Canadian dollars in millions, except where indicated)

Fourth Quarter

Full Year

2017

2016

$ Change

2017

2016

$ Change

Financial Performance Metrics

Operating revenues

3,820

3,425

395

16,252

14,677

1,575

Operating income

133

18

115

1,364

1,345

19

Income (loss) before income taxes

20

(178)

198

1,279

877

402

Net income (loss)

8

(179)

187

2,038

876

1,162

Adjusted pre-tax income (1)

77

39

38

1,158

1,148

10

Adjusted net income (1) (2)

61

38

23

1,142

1,147

(5)

Operating margin %

3.5%

0.5%

3.0 pp

8.4%

9.2%

(0.8) pp

EBITDAR (excluding special items) (1)

521

455

66

2,921

2,768

153

EBITDAR margin (excluding special items) % (1)

13.6%

13.3%

0.3 pp

18.0%

18.9%

(0.9) pp

Unrestricted liquidity (3)

4,181

3,388

793

4,181

3,388

793

Net cash flows from operating activities

389

351

38

2,738

2,421

317

Free cash flow (1)

(43)

121

(164)

1,056

(149)

1,205

Adjusted net debt (1)

6,116

7,090

(974)

6,116

7,090

(974)

Return on invested capital (« ROIC ») % (1)

13.9%

16.7%

(2.8) pp

13.9%

16.7%

(2.8) pp

Leverage ratio (1)

2.1

2.6

(0.5)

2.1

2.6

(0.5)

Diluted earnings (loss) per share

$

0.02

$

(0.66)

$

0.68

$

7.34

$

3.10

$

4.24

Adjusted earnings per share – diluted (1)

$

0.22

$

0.14

$

0.08

$

4.11

$

4.06

$

0.05

Operating Statistics (4)

% Change

% Change

Revenue passenger miles (« RPM ») (millions)

19,396

17,643

9.9

85,137

76,481

11.3

Available seat miles (« ASM ») (millions)

24,191

22,091

9.5

103,492

92,726

11.6

Passenger load factor %

80.2%

79.9%

0.3 pp

82.3%

82.5%

(0.2) pp

Passenger revenue per RPM (« Yield ») (cents)

17.1

16.9

1.4

16.7

16.8

(1.0)

Passenger revenue per ASM (« PRASM ») (cents)

13.7

13.5

1.8

13.7

13.9

(1.3)

Operating revenue per ASM (cents)

15.8

15.5

1.9

15.7

15.8

(0.8)

Operating expense per ASM (« CASM ») (cents)

15.2

15.4

(1.2)

14.4

14.4

0.1

Adjusted CASM (cents) (1)

11.3

11.4

(1.2)

10.6

10.9

(3.0)

Average number of full-time equivalent (« FTE »)

employees (thousands) (5)

28.3

26.2

8.0

27.8

26.1

6.7

Aircraft in operating fleet at period-end

395

381

3.7

395

381

3.7

Average fleet utilization (hours per day)

9.7

9.5

2.4

10.4

10.2

1.8

Seats dispatched (thousands)

14,522

13,873

4.7

60,820

57,135

6.4

Aircraft frequencies (thousands)

138.4

136.7

1.3

569.6

565.5

0.7

Average stage length (miles) (6)

1,666

1,592

4.6

1,702

1,623

4.8

Fuel cost per litre (cents)

67.5

59.4

13.8

62.6

53.9

16.2

Fuel litres (thousands)

1,254,111

1,160,404

8.1

5,331,888

4,837,159

10.2

Revenue passengers carried (thousands) (7)

11,314

10,719

5.6

48,126

44,849

7.3

(1)

Adjusted pre-tax income, adjusted net income, adjusted earnings per share – diluted, EBITDAR (earnings before interest, taxes, depreciation, amortization, impairment and aircraft rent), EBITDAR margin, leverage ratio, free cash flow, ROIC and adjusted CASM are each non-GAAP financial measures and adjusted net debt is an additional GAAP measure. Refer to sections 9 and 20 of Air Canada’s 2017 MD&A for descriptions of Air Canada’s non-GAAP financial measures and additional GAAP measures. As referenced in the table above, special items are excluded from Air Canada’s reported EBITDAR calculations.  Refer to sections 6 and 7 of Air Canada’s 2017 MD&A for information on special items.

(2)

Starting as of and including the fourth quarter of 2017, adjusted net income is determined net of tax and includes the income tax effect of adjustments included in the measurement of adjusted net income. Prior to the fourth quarter of 2017, there was no deferred income tax expense recorded because of significant unrecognized deferred tax assets.  A tax expense of $16 million affected fourth quarter and full year 2017 adjusted net income results.

(3)

Unrestricted liquidity refers to the sum of cash, cash equivalents, short-term investments and the amount of available credit under Air Canada’s revolving credit facilities. At December 31, 2017, unrestricted liquidity was comprised of cash and short-term investments of $3,804 million and undrawn lines of credit of $377 million. At December 31, 2016, unrestricted liquidity was comprised of cash and short-term investments of $2,979 million and undrawn lines of credit of $409 million.

(4)

Except for the reference to average number of FTE employees, operating statistics in this table include third party carriers (such as Jazz Aviation LP (« Jazz »), Sky Regional Airlines Inc. (« Sky Regional »), Air Georgian Limited (« Air Georgian ») and Exploits Valley Air Services Limited (« EVAS ») operating under capacity purchase agreements with Air Canada.

(5)

Reflects FTE employees at Air Canada. Excludes FTE employees at third party carriers (such as Jazz, Sky Regional, Air Georgian and EVAS) operating under capacity purchase agreements with Air Canada.

(6)

Average stage length is calculated by dividing the total number of available seat miles by the total number of seats dispatched.

(7)

Revenue passengers carried are counted on a flight number basis (rather than by journey/itinerary or by leg) which is consistent with the IATA definition of revenue passengers carried.

 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.