Air France pourrait commander des Boeing 737 MAX prochainement

Pour partager cette publication :

La situation chez Air France

Selon ce que rapporte le journaliste Bruno Trévidic, Air France pourrait commander des Boeing 737 MAX prochainement.

 

La commande serait liée à l’acceptation par les pilotes membres de l’ANPL AF d’une entente concernant la flotte d’Air France :

 

« C’est ce samedi 13 juillet qu’a débuté le référendum organisé par le principal syndicat de pilotes d’Air France, le SNPL AF, pour ou contre  le projet d’accord sur Transavia France . Du résultat du vote, attendu pour le 31 juillet au matin, dépend la poursuite du développement de la filiale low cost d’Air France. Avec en arrière-plan, une commande de plusieurs dizaines de Boeing 737 en perspective, qui constituerait la première grosse commande d’avions moyen-courriers d’Air France depuis très longtemps. »

 

Une aide venue d’Europe

Le 2 avril dernier, nous avions publié le texte B737MAX, le défi herculéen de Boeing en Europe. Ce texte soulevait le fait que Boeing n’avait toujours pas réussi à vendre de B737MAX aux grandes compagnies aériennes d’Europe. Or depuis, IAG a signé une commande pour 200 MAX et Air France devrait en commander quelques dizaines. Ces deux commandes constituent donc un retournement par rapport à la situation du MAX en Europe en avril.

 

La hantise des compagnies aériennes

S’il y a une chose que craignent toutes les grandes compagnies aériennes, c’est de n’avoir qu’un seul fabricant d’avions. La situation dans laquelle Boeing et le MAX se retrouvent, pose un risque pour les compagnies aériennes. Car si le MAX devait être retiré de la production, Airbus serait le seul fournisseur d’avions monocouloir. Il faudrait alors compter une dizaine d’années avant que Boeing mette en production un avion de 150 à 200 sièges.

 

Or, les avions monocouloirs de 150 à 200 passagers sont le pain et le beurre des compagnies aériennes. Près de 80% des passagers voyagent sur des courts et moyens-courriers de cette catégorie. L’absence de compétition diminuerait grandement le pouvoir de négociation des compagnies aériennes.

 

Il ne faut donc pas se surprendre de voir les grands noms commander des MAX afin de soutenir la compétition. Mais ne soyons pas dupe, ce soutient vient avec un prix, où plutôt avec un escompte… Un très, très, très gros escompte.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

21 réflexions sur “Air France pourrait commander des Boeing 737 MAX prochainement

  • juillet 15, 2019 à 2:20 pm
    Permalink

    Air france ou transavia?
    Car c’est pas la même chose. Meme si on parle de Transavia france, elle appartient à transavia qui appartient à KLM, et tout ce petit monde est deja en 737. Il n’a jamais été question de prendre du 737 pour Air France. Imaginez le scandale que cela ferait… :).
    Les A350 vont partir pour AF et les 787 pour KLM. Air france sera tout airbus, KLM tout boeing.

    Répondre
    • juillet 15, 2019 à 2:45 pm
      Permalink

      Le groupe Air France KLM est un client important des fabricants tout comme IAG et Lufthansa Group. Que les avions soient affectés à Transavia ne change rien au fait que c’est tout le groupe qui endosse le B737MAX.

      L’envoie des avions à Transavia permet de protéger la marque Air France si jamais…

      Répondre
      • juillet 15, 2019 à 4:05 pm
        Permalink

        Oui mai tel que c’est écrit, vous allez provoquer des crises cardiaque :).

        Aucun 737 ne sera aux couleur d’Air France. Cela provoquerai un scandale en france.
        Meme si il y a un groupe AF KLM, KLM n’est pas Air-France, et KLM est historiquement en 737. Ils n’ont aucune raison de changer.

        Le Groupe Air France KLM pourrait commander des Boeing 737 MAX prochainement.
        La ça serait plus correct 🙂

        Bonne journée.

        Répondre
        • juillet 15, 2019 à 4:39 pm
          Permalink

          Alors je dois avouer qu’à partir de Montréal, cette sensibilité n’est pas perceptible, ou du moins pas avant que vous m’en parliez.:-) Merci de l’info, j’en tiendrai compte dans les prochaines publications.

          Répondre
    • juillet 15, 2019 à 4:56 pm
      Permalink

      Transavia France appartient à 95% à Air France, le reste à Transavia aux Pays-Bas.

      Répondre
      • juillet 15, 2019 à 8:39 pm
        Permalink

        En effet. KLM possede transavia, AF transavia france. Les deux en 737.

        Répondre
      • juillet 15, 2019 à 8:56 pm
        Permalink

        Ok, mea coulpa.
        Donc on peut dire que Air France va acheter des 737, pour le compte de transavia France. :).
        La commande sera probablement commune avec transavia (Hollande) qui a une flotte semblable.

        Répondre
  • juillet 15, 2019 à 8:37 pm
    Permalink

    Actuellement, je pense qu’il n’existe aucun transporteur aérien cherchant à s’engager sérieusement dans l’acquisition de 737 MAX 8. Une telle démarche d’intérêt ne peut franchir la lettre d’intention.

    Pour l’instant, on ne sait pas ce que réserve l’avenir pour cet avion. La seule certitude, c’est que les erreurs de Boeing coûteront chères à tout le monde.

    Répondre
    • juillet 16, 2019 à 6:30 am
      Permalink

      Boeing doit livrer son max, et les compagnies qui sont en 737 n ont aucune alternative pour le renouvellement.
      Airbus ne peut pas remplacer 4000 737.
      On aimerai tous mais c est pas possible de monter a des cadences aussi haute en 2 3 an. Surtout que c est safran qui decide.
      Le risque pour boeing c est finalement de les livrer a perte. Car tout sur-cout en debut de programme plombe le cout unitaire de l avion.

      Répondre
  • juillet 16, 2019 à 1:41 pm
    Permalink

    La hantise des compagnies aériennes.
    Elles sont un peu responsables de ce qui arrive. Elles veulent des avions performants mais elles ne veulent pas payer plus chère. Les derniers programmes d’avions à la fine pointe de la technologie 787, CSeries ont couté très chère aux fabricants. Ceux ci ont du donner d’énormes rabais pour les vendres. Résultat, Boeing et Airbus ont décider de remotoriser plutôt que de créer des nouveaux avions. Pour Airbus c’est bon mais pour Boeing c’est un désastre, le 737 a été conçu il y a plus de 50 ans. Maintenant Boeing donnera d’énorme rabais pourque Air France et IAG achètent un avion qui a des problèmes très sérieux. Cet avion ne passerait pas une certification à 100%. Mais comme c’est Boeing et qu’il n’y a pas d’autres fabricants on essaie par tous les moyens de le refaire voler. 2 poids 2 mesures. Si c’était un avion fait par les Russes ou les Chinois, il ne volerait plus. Les gens ont perdu confiance envers cet avion et son constructeur.

    Répondre
    • juillet 16, 2019 à 3:22 pm
      Permalink

      Ultimement, ce sont les usagers qui décideront de l’avenir du 737 MAX 8. Même si Boeing, les transporteurs et les régulateurs veulent le faire voler, si les gens ne veulent pas l’utiliser, alors il n’y aura pas d’issu possible que de le mettre à la scap.

      Répondre
      • juillet 17, 2019 à 9:00 am
        Permalink

        Plus pour moins, faire jouer la concurrence, c est quand même normal. On ne peut pas reprocher cela à un client.
        Et, c est certain que pour Transavia france et KLM c est le moment idéal pour négocier le prix de leurs futur 737.

        NEO et MAX, ce n ‘est pas des nouveaux avions, c est juste des mises à jour d’avions existant. Mise à jour lourde.
        Faire une mise à jour lourde au lieux de renouveler la gamme, à la base, ce n’était pas l’idée des compagnies, mais d’airbus. Les gains en performances étaient surtout à aller chercher du coté des moteurs et pas de la cellule.
        Pour airbus, le principe du NEO etait d’upgrader sa gamme à moindre frais, à moindre risque (Airbus a toujours préféré la méthode incrémentale), en faisant supporter aux motoristes la majorité des investissements.
        Le 320 NEO, cela doit être 2 ou 3 milliards d investissement pour 5000 ou 6000 commandes à 80 millions l unité? Bon retour sur investissement…
        La baisse des coûts unitaire se fait par les cadences. Le choix de Boeing de gratter sur les sondes en supprimant les fail safe et sur la formation, la clairement ils sont allé trop loin… (Et la un programme de 2 3 milliards va avoir des sur-couts de 10-15 milliards, ils viennent de tuer tout l intérêt de la mise à jour, et de faire exploser le cout unitaire de leur avion.)

        Il y a un contre exemple. Le A350. Le plan d origine d Airbus c etait un A330NEO. C’est les compagnies qui ont demandé un appareil nouveau. Mais pas toutes. Certaines ne veulent pas changer d’avion et préfèrent une mise à jours surtout pour des questions de MRO. Aussi au final ils ont fait les deux.

        J’ai du mal a croire que Boeing n’arriverait pas à faire voler une simple upgrade d’un avion… Trump peut toujours dire que les commandes de vol électrique c est trop compliqué et que c est comme avoir Albert Einstein au volant 🙂 , mais c est aussi une techno que l on maîtrise depuis des années 80…

        Ils diront que c’est l’avion le plus sur au monde car il a été passé au peigne fin pendant des mois par le monde entier.
        Puis une autre catastrophe ou au autre scandale chassera celle la des mémoires.

        Sans compter que, si nous y travaillons, ou portons intérêt à la chose, le commun des mortels ne savent pas faire la différence entre un A340 et un 737 (Y en a bien qui confondent un mirage 2000 avec un rafale…).
        Enfin, pour les plus tenaces, le renommer en 737-8200 sera bien suffisant.

        Répondre
        • juillet 17, 2019 à 9:31 am
          Permalink

          « Le choix de Boeing de gratter sur les sondes en supprimant les fail safe et sur la formation, la clairement ils sont allé trop loin… »
          Une explication possible pour de ce choix douteux serait que l’ordinateur de vol du MAX n’est pas capable d’en prendre plus. Ce n’est que très dernièrement que la FAA a découvert qu’il a tendance à ralentir dès qu’un problème survient.

          Répondre
          • juillet 17, 2019 à 11:46 am
            Permalink

            C’est le hardware qui n’est pas assez puissant, ou c’est le code qui n’est pas optimisé?
            Il est clair qu’on semble avoir un problème grandissant sur les softwares. Masse, Optimisation du cote, et débogage.
            Airbus a eu beaucoup de problèmes sur le FADEC de l’A400m, avec des retards, des sur-coûts, et un crash en Espagne…
            Sauf que c’est du militaire, alors ça fait moins de bruits et les états passent à la caisse.
            Le F35 semble avoir le même problème.

          • juillet 17, 2019 à 1:45 pm
            Permalink

            Il semble que ce soit le processeur Intel 80286 du MAX qui serait en cause. Boeing tenter de trouver un moyen de faire passer l’information d’une manière différente, mais si elle ne réussi pas à faire la démonstration que le processeur est capable de gérer tous les scénarios de pannes, La FAA pourrait bien exiger le remplacement de l’ordinateur de de vol.

        • juillet 17, 2019 à 9:42 am
          Permalink

          enfin un commentaire rationnel sur le Max. S’imaginer que les clients refuseront en bloc de voler sur le Max c’est limite comique et c’est encore plus vrai au Canada car dans quelques années sur un gros paquet de liaisons il n’y aura que ça de disponible.

          Répondre
          • juillet 17, 2019 à 10:47 am
            Permalink

            Voilà les mêmes raisonnements et les mêmes calculs qui ont conduit Boeing a produire le MAX 8.

          • juillet 17, 2019 à 2:17 pm
            Permalink

            Pas vraiment, Boeing a lancé le Max parce que c’était la solution la plus efficace à court/moyen terme et qu’il fallait réagir rapidement. Ils ont clairement fait des erreurs en prenant quelques raccourcis faciles mais à l’époque lancer un avion complètement nouveau ne valait pas la peine puisque que la techno disponible, principalement des moteurs, n’aurait pas permis d’avoir un avion plus beaucoup performant par rapport à l’investissement nécessaire. Ces technologies pour avoir des moteurs beaucoup plus performants pour un coût de développement raisonnable ne seront pas disponible avant 2025 au plus tôt.

  • juillet 17, 2019 à 4:38 pm
    Permalink

    Améliorer, maintenir une cellule au gout du jour, faire des strechs, augmenter la masse au décollage, moderniser l’avionique, pour garder sa part de marché est une erreur? Tout le monde fait ça… Le 220 aura aussi ses upgrades. Il faut lui souhaiter :).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *