AirAsia et le C Series, ce qui pourrait faire la différence

Pour partager cette publication :

Dans notre le texte précédent sur l’intérêt d’AirAsia pour le C Series, nous avons relevé l’importance du prix d’achat par siège pour cette compagnie aérienne. Mais le coût d’acquisition n’est pas le seul facteur à être pris en considération et Bombardier peut améliorer son offre de plusieurs façons.

 

Il faut d’abord bien comprendre la mentalité et les orientations que prend cette compagnie aérienne. AirAsia cherche à se départir du plus grand nombre d’activités possible afin de se concentrer sur le marketing et la vente de billets.  Cela explique pourquoi elle a signé une entente avec CAE afin de se départir de toutes ses activités de formation, qu’il s’agisse du personnel en vol comme de ceux de l’entretien.

 

Pour ce qui est de l’entretien, les baux de location des avions couvrent des périodes qui évitent à l’entreprise de faire des entretiens de catégorie D ou structuraux, la dispensant d’avoir soit à négocier les contrats nécessaires ou d’avoir recours à d’importants investissements pour les faire elle-même.

 

En plus la compagnie est sur le point vendre sa filiale de crédit-bail AirAsia Capital, qui détient une petite partie de sa flotte, à une firme sud-coréenne. Il devient très évident que cette compagnie aérienne cherche à se départir de ses éléments d’actifs afin de se recapitaliser au maximum.

 

Tenant compte de ce contexte, Bombardier aurait tout intérêt à faire une offre clé en main à AirAsia qui inclurait : la formation du personnel, l’entretien des moteurs et des avions ainsi que le financement. Une telle offre aurait le mérite de correspondre en tout point aux orientations actuelles du client et de se démarquer de celle de son compétiteur Embraer.

 

Bombardier pourrait alors faire alliance avec CAE qui compte déjà AirAsia comme client et est aussi le fournisseur officiel des simulateurs du C Series. Pratt & Whitney qui est le fournisseur des moteurs du C Series pourrait être en mesure de participer à une telle entente. Puis, pour se joindre aux trois mousquetaires, il y a la Caisse, qui est un important actionnaire de Bombardier et qui est à mettre sur pied sa filiale de crédit-bail d’avions avec GE Capital.

 

De cette manière, AirAsia aurait à payer une facture mensuelle pour tous les services mentionnés plus haut pour la durée du bail, rendant ainsi le coût d’opération du C Series beaucoup plus prévisible. Il ne lui resterait plus qu’à payer les salaires des employés, le prix du carburant, les frais aéroportuaires et autres frais aériens.

 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

4 réflexions sur “AirAsia et le C Series, ce qui pourrait faire la différence

  • août 28, 2017 à 11:47 am
    Permalink

    Faut etre vraiment sur du client . MAis On reçoit une énorme visibilité

    Répondre
  • août 28, 2017 à 7:34 pm
    Permalink

    C’est un autre truc qui demande de l’argent en amont, ce que BBD n’a pas.

    Répondre
    • août 28, 2017 à 8:41 pm
      Permalink

      Mais en ayant un très gros contrat, je crois qu’il est plus facile d’avoir des $$$$ tous ont intérêt a ce que ce contrat s’exécute, même les banques. De plus Bombardier à toujours payé ces emprunts.

      Répondre
  • août 28, 2017 à 9:25 pm
    Permalink

    Voilà une proposition intéressante. Les partenaires comme la caisse de dépôt, CAE et PW pourraient laisser une belle carte de visite en Asie si un tel arrangement voyait le jour. Bombardier, CAE et PW apportent un produit d’une incroyable qualité et leur savoir faire alors que la caisse apporte les fonds.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *