Air Canada annonce 1 700 mises à pied

Pour partager cette publication :

Air Canada a annoncé ce matin qu’elle devait réduire sa capacité actuelle de 25%. Cette réduction est le résultat de la nouvelle baisse de la demande en début d’année. 

Une industrie en état de choc

Durant l’automne, la demande pour les séjours dans le Sud avait connu une certaine reprise. Mais c’était avant la décision d’imposer un test de COVID-19 négatif aux voyageurs avant leur retour au Canada. Cette nouvelle mesure s’ajoute à l’obligation pour les voyageurs de se mettre en quarantaine à leur retour. Le cumul de ces deux mesures a littéralement tué la demande. 

La décision d’Air Canada fait en sorte que son niveau d’activité sera réduit de 80 % par rapport à celui de 2019. La réduction entraine la mise à pied de 1 700 employés d’Air Canada et 200 chez ses transporteurs régionaux. Cette annonce survient moins d’une semaine après celle de Westjet. Les deux compagnies aériennes ont blâmé l’adoption du test négatif obligatoire pour ces coupures.

Alors que les compagnies aériennes canadiennes cherchaient désespérément à reprendre leur souffle, le fédéral leur a coupé l’oxygène. L’industrie est en état de choc et son agonie est évidente. 

Quand c’est l’incohérence qui mène

Personne ne remet en question le droit d’Ottawa de mettre en place des mesures sanitaires afin d’endiguer la pandémie. Mais la quarantaine obligatoire pour tous les voyageurs qui entrent au pays est un frein important. 

Afin de remédier à cette situation, les compagnies aériennes ont travaillé avec des experts en santé. La solution trouvée était de faire des tests de dépistage rapide à l’aéroport lors du retour des voyageurs. Les études menées par les compagnies aériennes ont prouvé que c’était une méthode efficace. Mais encore une fois, personne au gouvernement fédéral n’a écouté les compagnies aériennes. 

La décision d’ajouter l’obligation d’un test négatif à la COVID-19 avant l’entrée au pays a créé de nouvelles obligations; les compagnies aériennes doivent vérifier que les voyageurs ont un test négatif avant de les faire monter à bord. Le gouvernement n’a offert aucune compensation aux compagnies aériennes et cela a fait fuir les passagers. 

Le refus d’aider

Le gouvernement canadien a adopté une série de mesures qui équivalent à une fermeture complète de nos frontières. Les compagnies aériennes canadiennes se retrouvent donc dans l’impossibilité d’opérer normalement. Si Ottawa annonçait la fermeture officielle de nos frontières, cela créerait une obligation d’aide envers les compagnies aériennes. Mais nous assistons plutôt à un jeu d’esquive du gouvernement afin de ne pas avoir à dédommager. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

5 avis sur “Air Canada annonce 1 700 mises à pied

  • janvier 13, 2021 à 1:00 pm
    Permalink

    Le gouvernement fédéral semble déployer d’incroyables énergies pour anéantir le transport aérien au Canada. Lorsque la reprise arrivera, nos transporteurs canadiens auront les deux genoux à terre et se feront manger la laine sur le dos par la concurrence étrangère, qui profite déjà allègrement de notre position désavantageuse. Ajoutons à cela une « job » de salissage en règle orchestrée par un empire médiatique québécois bien connu et on se retrouve avec la tempête parfaite.

    Il est urgent de soutenir l’aviation, c’est la clé de la reprise économique!

    Répondre
  • janvier 13, 2021 à 1:13 pm
    Permalink

    Politiquement, je voit mal le gouvernement aider les transporteurs qui ne veulent pas se commettre à rembourser leur clients floués. Imaginez la réaction dans les journaux il n’y a pas un politicien qui va prendre ce risque. Surtout que l’industrie n’aura aucun problème à se remettre sur pied lors du retour à la normale.L’aide devra s’accompagner d’une annonce publique des transporteurs de leur engagement vers un remboursement de leur client. Autrement ce n’est politiquement pas viable

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *