Transports, un changement qui donne peu d’espoir

Pour partager cette publication :

Tard lundi soir, La Presse nous apprenait que le ministre Marc Garneau passait du ministère des Transports aux Affaires étrangères. Enfin me suis-je en lisant le titre de l’article. La plupart des gens que je connais dans l’industrie du transport aérien ont eu la même réaction. 

C’est après l’élection de l’automne 2015 que Marc Garneau a été nommé ministre des transports. Un an plus tard, la plupart des intervenants du transport aérien en avaient déjà marre de ce ministre qui n’écoutait pas. Après l’élection de 2019, c’est avec consternation que ces mêmes intervenants ont appris que Marc Garneau demeurait en poste. 

Depuis le lancement du site Les Ailes du Québec, j’ai fait bien attention de ne pas m’en prendre aux individus. J’ai réussi à respecter cette règle à une exception près et c’est pour Marc Garneau que l’ai brisée. La raison est simple, tous ceux et celles à qui je parlais me disaient la même chose : « Marc Garneau l’astronaute n’est jamais revenu sur terre, il n’a aucune conscience de ce qui se passe ici. » Dans le dernier numéro du magazine Air je me suis permis de le critiquer encore une fois. Tout cela pour dire que ce ministre était extrêmement impopulaire dans l’industrie du transport aérien.

L’autre réalité

Pour tout ce qui est du transport aérien, le bilan de Marc Garneau est désastreux et son départ est un soulagement. Mais la perception qu’ont les élus du parti Libéral du Canada de Marc Garneau est bien différente : M. Garneau est un ministre sénior qui aurait une grande influence sur les autres membres du cabinet Trudeau. Ses bons états de service et le fait qu’il a toujours livré lui aurait valu cette promotion aux Affaires étrangères. Ouche! Bin voyons donc! 

Ainsi, le ministre que plus personne dans le transport aérien ne voulait voir est un champion dans son parti. Il faut donc en déduire que c’est pour ses réalisations dans d’autres secteurs que le transport que Marc Garneau a été récompensé. Voilà qui en dit long sur l’importance qu’accorde le premier ministre du Canada au transport aérien. En fait, lorsque Marc Garneau avait reçu de Justin Trudeau son mandat de ministre des transports en 2015, le document ne faisait aucune référence au transport aérien. Le premier ministre canadien vit dans sa propre réalité où le transport aérien est un problème et non une solution.

Le nouveau ministre des transports, M. Omar Alghabra, est un novice au cabinet des ministres. Avant sa nomination, M. Alghabra était le secrétaire parlementaire du premier ministre. On peut donc s’attendre à ce que ce ministre junior suive à la lettre les consignes de son mentor Justin Trudeau. Si le passé est garant de l’avenir, je ne vois rien de bon dans cette nomination. Pour ma part je veux bien donner la chance au coureur, mais si le PM lui met des boulets au pieds, il n’ira pas très loin.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

One thought on “Transports, un changement qui donne peu d’espoir

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *