Air Canada retire le 737MAX jusqu’au 30 juin

Pour partager cette publication :
Air Canada fait le point sur l’exploitation du 737 MAX de Boeing

MONTRÉAL, le 22 janv. 2020 /CNW Telbec/ – Air Canada a annoncé aujourd’hui le retrait de l’horaire de ses 737MAX de Boeing jusqu’au 30 juin 2020. Sa décision est fondée sur les facteurs d’exploitation à considérer à la suite de la déclaration du constructeur Boeing, qui estime que l’interdiction de vol des appareils 737MAX prononcée par les autorités de réglementation persistera jusqu’à la mi-2020.

 

Air Canada retire ses 737 MAX de l’horaire afin que sa clientèle puisse planifier et réserver ses vols en toute quiétude. Nous serons également en mesure de gérer plus efficacement notre horaire et le déploiement de nos flottes dans l’attente des décisions des autorités de réglementation canadiennes et internationales relatives à la reprise de l’exploitation sécuritaire des 737MAX. Nous informerons les clients touchés par ces changements de leurs nouveaux itinéraires et leur proposerons des options de voyages appropriées.

 

Conformément à l’avis de sécurité publié par Transports Canada le 13 mars 2019, Air Canada a immobilisé au sol sa flotte de 24 appareils 737 MAX. Les décisions finales quant à la reprise de l’exploitation des 737 MAX seront fondées sur l’évaluation de la sécurité faite par Air Canada à la suite de la levée des avis de sécurité du gouvernement et de l’approbation requise de la FAA et de Transports Canada.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

12 réflexions sur “Air Canada retire le 737MAX jusqu’au 30 juin

  • janvier 22, 2020 à 10:15 am
    Permalink

    Les compagnies aériennes devront passer au Plan B. Dans le cas d’Air Canada elle est chanceuse d’être en train de recevoir des A220 car en plus de lui permettre d’ouvrir de nouvelles liaisons cela lui permet également, dans une certaine mesure, de palier pour le manque de capacité engendré par l’interdiction de voler du 737 MAX, surtout sur les liaisons ne nécessitant pas de parcourir d’énormes distances comme la traversée de l’Atlantique.

    De plus, Air Canada pourrait demander à Airbus de lancer plus tôt que prévu une version allongée du A220-300, le modèle qu’elle a acheté initialement. Mais il faudrait alors que Air Canada soit prête à en acheter une assez bonne quantité car si plusieurs compagnies aériennes, parmi les plus réputées, sont prêtes à en commander une quantité suffisante cela pourrait inciter Airbus à lancer le A220-500 prochainement.

    En attendant Air Canada pourrait toujours convertir ses options d’achat du A220-300 en commandes fermes afin d’en lancer la production le plus tôt possible. Car l’avenir du 737 MAX est de plus en plus incertain alors que celui du A220 est de plus en plus prometteur.

    Répondre
    • janvier 22, 2020 à 10:53 am
      Permalink

      Air Canada pourrait bien être en compétition avec Delta pour les premier A220-500: Delta a encore plus 150 Mad Dog en services, ce sont les plus grosses versions avec une capacité de 149 à 159 passagers. Delta a repoussé au maximum la décision sur le remplacement de ses chars d’assaut volants et il y a maintenant un concurrent d’éliminer. Et comme elle n’a jamais commandée de MAX, Delta continue son plan de croissance alors que ses concurrents doivent se démener juste pour maintenir la capacité. De là à dire que l’A220-500 est un choix logique pour Delta, il n’y a qu’un pas que je franchi avec plaisir. Mais la donnée de base demeure, il faut à Airbus suffisamment de commandes pour lancer le programme.

      Répondre
      • janvier 22, 2020 à 11:47 am
        Permalink

        En fait Delta réclame le CS500 depuis 2011! Certains disent que Bombardier aurait dû développer simultanément le CS300 et le CS500 plutôt que le CS100 et le CS300.

        Avec ce que l’on sait aujourd’hui c’était en effet la meilleure chose à faire. Cependant à l’époque je me disais que développer le CS500 dès maintenant risquait de provoquer la colère de Boeing.

        J’avais à la fois tort et raison. J’avais raison car c’est en effet ce qui arrivé. Mais j’avais tort car on sait maintenant que Boeing a réagi tout aussi négativement après la commande de CS100 de Delta: https://www.youtube.com/watch?v=ul7KVapsJO4

        Donc si Bombardier avait lancé le CS500 à la place du CS100 cela n’aurait rien changé à la réaction de Boeing. Cependant l’armée américaine aurait peut-être envahi le Canada.😜

        Répondre
      • janvier 22, 2020 à 12:23 pm
        Permalink

        Ça sert à rien d’offrir un nouveau modèle s’il n’y a pas de capacité de production supplémentaire et un carnet de commande plein pour 5 ans au préalable. Comme je l’ai dit, le 500 sera réserver pour le marché US au début et assembler à Mobile.

        Répondre
  • janvier 22, 2020 à 11:32 am
    Permalink

    Une idée de sondage auprès de vos lecteurs : Quel nouvel avion sera lancé en premier? Le Boeing NMA ou le Airbus A220-500?

    J’exclue le Boeing NSA, à moins de l’abandon définitif du 737MAX, dont la probabilité semble faible, bien que plus grande que zéro…

    Répondre
    • janvier 22, 2020 à 12:22 pm
      Permalink

      Le NMA est morts à mon avis mais la question est bonne et je vais voir comment je peux faire un sondage avec plusieurs choix de réponses.

      Répondre
      • janvier 23, 2020 à 10:00 am
        Permalink

        Bowing devra développer à tout le moins de gros monocouloir dans les 220-280 sièges pour au moins stopper l’hémorragie dans le haut du marché qui est expansion d’ailleurs.

        Je serais plus qu’étonner si le MAX est déclaré incertifiable.

        Répondre
  • janvier 22, 2020 à 4:33 pm
    Permalink

    Il faut à Airbus suffisamment de commandes pour lancer le programme A220-500. On a déjà Air Canada, Delta, Air France, AirBaltic, Lufthansa, Moxy, Jet Blue. On commence à avoir bon coussin sans oublier Southwest qui a besoin de remplacer 500 737-700 de 143 places au cours des prochaines années par des A220-300. la présence de la version 500 pourrait l’intéresser. United et American ne pourront pas encore longtemps voir les A220 de Delta, AC, JetBlue, Moxy continuer de séduire les passagers dans les aéroports en Amérique du Nord. Et que fera Westjet dans tout cela. C’est quoi son plan B?
    Ce report nous indique que l’avenir du MAX est encore plus incertain. Comment les transporteurs convaincront les passagers de monter dans ses avions qui ne recommenceront à voler qu’en septembre 2020. On parle d’un arrêt de 1 an et demi.
    Ceux qui veulent changer le nom du MAX veulent berner les passagers en les prenants pour des valises. 40% des pilotes américains ne veulent plus rien savoir du MAX
    Boeing a l’intention d’accorder une aide spéciale à Spirit Aerospace qui voit son chiffre d’affaire baisser de 50% avec l’arrêt de production du Max. Dans le cas de Spirit la production ne reprendra pas avant janvier 2021 au plus tôt car elle a déjà 100 fuselages en stock. C’est Spirit qui fabriquera les ailes du A220 à Belfast. Airbus et Boeing prendront soins de Spirit quoi qu’il se passe. Advenant un arrêt de la production définitif du Max et le lancement du 500, Spirit pourrait faire des ailes et des fuselages à Wichita et il pourrait y avoir des chaines d’assemblages à Mirabel et Mobile.

    Répondre
  • janvier 23, 2020 à 8:46 am
    Permalink

    Airbus demande à Bombardier d’augmenter sa participation dans le «joint venture» de l’ancienne C series. Il voudrait développer le A220-500 alors que la production des A220-100 et 300 n’est pas encore rentable. Sûr que Bombardier ne pourra pas suivre. Une manoeuvre de Airbus pour forcer Bombardier à vendre sa participation dans le «joint venture»?

    Répondre
    • janvier 25, 2020 à 6:14 pm
      Permalink

      André, je fais du pouce sur ton observation…

      Pour se lancer dans un projet d’A220-500, il me semble qu’Airbus doit notamment tenir compte de deux choses importantes, soit l’avenir du MAX 737 et de la structure du CSALP.

      Airbus doit attendre de voir comment se terminera l’aventure du Boeing 737 MAX. Advenant un retrait définitif, il y aura évidemment une demande accrue pour un remplacement. Aussi, Airbus a intérêt à pousser BBD à s’écarter du projet. Il suffit d’augmenter la mise jusqu’au point de rupture; BBD ne pourra suivre. Airbus pourra alors développer le A220-500 à sa manière, soit en ne tenant compte que de ses intérêts.

      Avec l’appel d‘offre pour les chasseurs de l’armée canadienne qui a fermé la porte à l’Eurofighter, la donne a changé. Le Canada se colle officiellement sur les États-Unis, il n’y a donc pas vraiment de place pour des projets de développement à grande échelle pour Airbus au Québec; le Québec étant un territoire en servitude pour les États-Unis. Par conséquent, un A220-500 sera vraisemblablement assemblé chez nos voisins du sud et/ou ailleurs en Europe, malheureusement.

      Répondre
      • janvier 26, 2020 à 8:04 am
        Permalink

        Airbus a le contrat de remplacement des avions de recherche et sauvetage canadiens dont le premier vient d’être livré et il en reste 15 autres. Dans les années à venir il y sur le remplacement des avions de transport et ravitaillement Polaris qui sont en fait des A310. D’autres projets de remplacement de matériel militaire seront réalisés dans les deux prochaines décennies dont le remplacement des hélicoptères, des satellites, etc. Airbus est au Canada pour longtemps et je ne penses pas que la perte di contrat des avions de chasse n’ait changé cette décision.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *