Air Transat s’active fébrilement

Pour partager cette publication :

C’est le 30 juillet prochain que les opérations aériennes reprendront chez Air Transat. Si pour le grand public tout semble calme, ce n’est pas le cas pour le transporteur aérien. Relancer les activités d’une compagnie aérienne après six mois d’arrêt est un exercice complexe qui demande énormément de coordination entre les différentes équipes ainsi qu’un suivi très serré. La coordination de la relance relève directement du PDG de la filiale Air Transat, M. Jean-François Lemay. La première étape est la planification de la formation et de la requalification des employés. Elle a débuté deux mois avant la reprise des vols. Quatre groupes d’employés doivent passer par une formation : les pilotes, les agents de bord, les techniciens d’entretien ainsi que les régulateurs de vols. 

Les pilotes 

Ce sont les pilotes qui devront suivre le programme de formation et de requalification le plus complexe et le plus long. Certains pilotes étaient dus pour leur requalification annuelle et alors que d’autres doivent effectués celle de six mois. La réglementation exige également qu’un pilote effectue un minimum de deux secteurs de vols sur type en six mois. Pour être valides, les deux secteurs doivent être effectués sur un avion, pas de simulateur. De plus, le pilote doit être aux commandes ou le pilote en fonction (PF) pour les initiés. Il faudra également refaire la qualification pour les approches de catégorie 3. 

La formation des pilotes s’échelonnera sur une période de six à huit semaines. La planification doit tenir compte de plusieurs facteurs : la convention collective, la disponibilité des simulateurs, la disponibilité des formateurs et enfin des besoins particuliers de chacun. Le programme de formation se divise en trois grandes étapes : les pilotes devront d’abord suivre un cours technique avec des séances de formation en ligne ou en classe. Par la suite, ils passeront à la formation en simulateur. Finalement, ils devront effectuer un minimum d’heures de vol ainsi que des posés décoller sous la supervision d’un inspecteur de Transports Canada.

Évidemment, le nombre de pilotes rappelés dépend du nombre d’appareils qui seront remis en vol. Mais pour le premier groupe qui a est à l’entraînement, ils sont une soixantaine. Pour les autres groupes, ils seront approximativement 50. Mais là encore, Transat n’a aucune certitude quant à l’évolution de la pandémie et des restrictions de voyage à venir. Il pourrait donc y avoir plusieurs changements selon la situation.

Les agents de bord

La formation des agents de bord ne dure que quelques jours et ils seront dans les derniers à être rappelés. Là encore, la disponibilité des équipements de formation sera à considérer.

Les techniciens d’entretien

Le groupe des techniciens d’entretien est celui parmi les employés aux opérations qui est demeuré le plus actif. Malgré l’arrêt des vols, ils ont poursuivi les activités d’entretien au-delà des exigences réglementaires. Ils doivent tout de même suivre une formation afin de prendre connaissance des nouvelles directives émises par Airbus. En effet, des problèmes particuliers sont apparus suite à la remise en service des avions après de longs mois d’inactivité. On pense entre autres aux tubes pitot de la famille A320 qui ont tendance à se boucher. Pour les techniciens, cette formation les met au courant des problèmes de remise en service les plus fréquents. 

Les régulateurs de vol

Les régulateurs de vol doivent se soumettre à une vérification de compétence tous les douze mois. De plus, ils doivent également soumettre au moins un plan de vol au six mois afin de maintenir leur certification. Dans le cas d’Air Transat, ils devront donc presque tous se soumettre à une vérification de compétence.

La logistique

L’autre grand défi d’Air Transat est la logistique de la chaîne d’approvisionnement. Il faut passer les commandes de nourriture suffisamment longtemps à l’avance pour que les fournisseurs se réapprovisionnent eux aussi. Et les fournisseurs de service aux aéroports étrangers ? Sont-ils encore en opération et en mesure de fournir les services ?

Il y a également la question des contrats de couverture pour le carburant : afin de garantir une certaine stabilité des prix, Air Transat achetait son carburant à l’avance. Les contrats de couvertures peuvent être signés jusqu’à 12 mois avant la livraison. Mais dans le contexte actuel, prévoir plus de trois mois est à peu près impossible. La compagnie dois donc accepter de vivre avec une incertitude sur le prix du carburant.

Comme on le constate, même si les avions ne volent pas encore, il y a beaucoup d’activité et de fébrilité chez Air Transat. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

3 avis sur “Air Transat s’active fébrilement

  • juillet 2, 2021 à 1:53 pm
    Permalink

    J’aime voyager avec vous j’ai hâte de reprendre un vol avec vous j’espère que j’aurais l’occasion en septembre si le gouvernement ne bloque pas une autre fois

    Répondre
  • juillet 3, 2021 à 4:51 pm
    Permalink

    Mon conjoint et moi avons très hâte de vous revoir en février 2022 j’espère pour Holguin Cuba ! Vous êtes les meilleures et les plus gentils.
    Bonne journée !

    Répondre
  • juillet 18, 2021 à 1:07 pm
    Permalink

    Félicitation, à l’équipe Transat je vois que c’est du sérieux ces formations nous voyons que nous sommes en sécurité dans les air avec de bon pilote et agent bord .
    Nous aimons voyager et le fait de savoir que la sécurité est un besoin essentiel chez transat nous rassure.
    Nous prévoyons faire un voyage en Jamaïque en novembre 2021 avec Transat.
    Bon retour à toute l’ équipe de transat et bon vol….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.