Airbus ou l’art de l’intégration culturelle et de la pollinisation croisée

Pour partager cette publication :

C’est aujourd’hui que prend effet un autre changement à la direction d’Airbus Canada. Mme Marcella Cortellazzi qui occupait le poste de Cheffe des communications d’Airbus Canada retourne à Toulouse. Elle occupera désormais le poste de Cheffe de la communication des affaires globales et coordination des communications internationales dAirbus. C’est Mme Annabelle Duchesne qui assumera maintenant la direction des communications d’Airbus Canada. À ce titre, elle siégera également sur le comité de direction de la filiale canadienne du fabricant. 

Depuis l’été dernier, il s’agit du troisième changement à survenir à la direction d’Airbus Canada . Loin d’être alarmants, ces changements fréquents font partie de la culture de ce géant industriel. Afin d’approfondir cette manière de faire, je me suis entretenue avec Mmes Cortellazzi et Duchesne. Leur parcours respectif et leur cheminement au sein de l’avionneur sont représentatifs de la culture de cette entreprise. Voici donc l’histoire de deux employées d’Airbus et de l’intégration du C Series dans la culture de cette entreprise mondiale. 

La passion pour l’innovation

Marcella Cortellazzi a débuté sa carrière en communication au milieu des années 1980 chez Apple France. Ce qui l’avait attiré à cette époque, c’était l’esprit d’innovation qu’il y avait dans cette entreprise. « Les gens d’Apple disaient qu’ils allaient changer le monde. » C’est ce même esprit d’innovation qui l’a incité à se jointe à Airbus en 2016. Mme Cortellazzi adore les nouveaux programmes d’avions et l’innovation qu’ils apportent. Par-dessus tout, elle aime avoir la possibilité de discuter avec ceux et celles qui font les avions. Le contact avec les gens techniques est une source d’enrichissement et elle considère que c’est un privilège de les côtoyer. 

Au fil du temps, l’enthousiasme débordant de Mme Cortellazzi lui a permis de faire sa marque dans le groupe Airbus. Voici une anecdote permettant d’illustrer son niveau d’engagement :

Lorsque le problème des criques sur les ailes de l’A380 a fait les manchettes, Mme Cortellazzi était en contact avec une journaliste généraliste qui n’avait aucune notion d’aéronautique. Comprendre un problème de structure aéronautique et de l’expliquer par la suite n’est pas une mince tâche. Elle mentionne à l’ingénieur en structure qu’elle est visuelle et qu’elle a besoin de voir. Les gens de la production lui ont alors ouvert une trappe donnant accès à l’intérieur de l’aile ; tous s’attendaient à ce qu’elle se contente de jeter un regard par la trappe. Mais à la surprise générale, elle est entrée dans l’aile. Elle a alors arpenté l’intérieur de l’aile de l’A380 de long en large. Si vous avez des questions sur la structure de l’aile de l’A380, vous savez à qui les adresser maintenant. 

La pollinisation croisée

Comme bien des gestionnaires à l’emploi d’Airbus, Marcella Cortellazzi a occupé plusieurs postes et dans différentes divisions. L’entreprise encourage les mouvements entre ses différents groupes et ses sites industriels partout sur la planète : le géant industriel est le résultat de la volonté de quatre pays de s’unir dans le but de mieux réussir ensemble. L’Allemagne, l’Espagne, La France et le Royaume-Uni sont les pays fondateurs du groupe. Les différences culturelles font donc partie de sa génétique et elles sont considérées comme une force et une complémentarités. Les différences culturelles ne sont donc pas un frein ou un embûche. 

Lorsqu’ils changent de pays, les employés sont en mesure de s’imprégner de la culture où ils résident quelques années. De plus, le brassage des équipes de travail permet de faire découvrir de nouvelles perspectives. L’innovation étant le moteur du développement d’Airbus, la pollinisation croisée des talents et des idées devient alors une composante essentielle de son succès. 

Mme Cortellazzi souligne que les déplacements d’un site à l’autre offrent un atout de plus ; avec le temps, les gestionnaires peuvent établir des contacts avec les clients et fournisseurs de plusieurs régions. Cela leur donne une meilleure évaluation des besoins des clients et des capacités des fournisseurs. 

La fierté des gens d’ici

Dans sa jeunesse, Annabelle Duchesne a eu l’occasion de résider quelques années en Europe. Elle se souvient de la fierté qu’elle éprouvait lorsqu’elle apercevait le logo de compagnies québécoises sur certains produits. Le logo de Bombardier faisait alors partie du nombre. 

Après des études en communication et quelques emplois, elle a été embauchée par Bombardier en 2011. C’est dans la division des avions d’affaires qu’elle a fait ses débuts dans l’aéronautique. Mais surtout elle se souvient du 16 septembre 2013 : elle s’était occupée d’organiser la présentation en direct à Dorval du premier vol du C Series qui se déroulait à Mirabel. C’est en regardant l’événement à distance qu’elle a compris où serait son prochain poste. C’est à la mi-2014 qu’elle est passée à la division des avions commerciaux à Mirabel. Tout comme les 2 500 personnes qui travaillent sur l’A220, elle est très fière de ce produit d’ici. 

Annabelle Duchesne et Marcella Cortellazzi comunicazione Airbus
Annabelle Duchesne à Gauche et Marcella Cortellazzi à droite des comunications d’Airbus

La rencontre

C’est à l’été 2018 que Marcella Cortellazzi est arrivée à Mirabel. À ce moment-là, le C Series venait d’entrer dans le portfolio d’Airbus, rebaptisé A220. Elle retrouve chez ses nouveaux collègues québécois la même fierté du produit et la passion pour l’innovation. Bien que les façons de faire sont parfois différentes, les objectifs et les valeurs se croisent. C’est également à ce moment qu’elle rencontre Annabelle Duchesne. Les deux employées apprennent rapidement à collaborer. 

S’il y a un domaine où les facteurs culturels sont importants, c’est bien dans les communications. Mme Duchesne a donc enseigné à sa nouvelle patronne toutes les subtilités des communications au Québec. Elle lui a également fait l’historique du C Series et de ses employés. De son côté, Mme Cortellazzi s’est affairée à lui faire connaître la culture d’Airbus et l’aspect multiculturel de l’entreprise. Les deux affirment que l’échange a été bilatéral et enrichissant. 

Au fil du temps, Marcella Cortellazzi est devenue une grande fan de l’A220. Elle compte bien continuer de vanter ses mérites à ses collègues, de retour à Toulouse.

Des opportunités 

Annabelle Duchesne est heureuse d’être une québécoise qui a pu évoluer avec l’avion. Avec d’autres collègues, elle se retrouve au sein du comité de Direction d’Airbus Canada en tant que locale et ancienne de Bombardier. Elle n’est pas encore à mi-chemin de sa carrière et certainement que d’autres opportunitéslocales ou internationales vont se pointer dans le futur. Airbus est une entreprise présente dans plusieurs pays et elle est ouverte à saisir les occasions qui peuvent se présenter ici comme ailleurs. Airbus va embaucher des milliers de personnes cette année partout sur la planète. Les employés de Mirabel, comme tous les autres employés d’Airbus peuvent postuler sur des postes affichés au sein du groupe. Pour Mmes Duchesne et Cortellazzi, le message est clair, accepter un poste chez Airbus, c’est s’ouvrir à une carrière qui peut prendre une dimension internationale. Cela peut également se faire dans les autres divisions d’Airbus, Hélicoptères et Défense et Espace, si c’est ce que l’on souhaite. 

Airbus Canada est en croissance et des gens d’ici peuvent très bien rêver d’une carrière à dimension locale ou internationale. Au cours des prochaines années, le brassage des cultures et des expériences va se poursuivre. Cela va se refléter dans la composition du conseil de direction d’Airbus au Canada comme partout ailleurs au sein du groupe. Abonnez-vous gratuitement à notre chaîne YouTube en cliquant ici 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

2 avis sur “Airbus ou l’art de l’intégration culturelle et de la pollinisation croisée

    • février 1, 2022 à 4:34 pm
      Permalink

      Ce fut agréable de discuter avec Annabelle et Marcella, et je trouve qu’Airbus a une excellente politique qui favorise la croissance et le développement de ses employés.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.