Airbus se qualifie pour la subvention salariale

Pour partager cette publication :

Airbus Canada se qualifie pour le programme de Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) et pourra payer ses employés. 

La SSUC couvre 75 % du salaire d’un employé mis à pied jusqu’à un maximum de 847 $ par semaine. L’employeur doit maintenir le lien d’emploi ainsi que les avantages sociaux comme les assurances et le fond de pension. Le gouvernement incite également les employeurs qui se qualifient à verser le 25% restant du salaire. 

Une entente particulière avec le syndicat

Si Airbus accepte de verser sa part de 25%, la prestation de la SSUC maximale sera 1111,45 $ pour un employé. Chez Airbus Canada, plusieurs employés syndiqués gagnent plus que le maximum couvert par la SSUC. Afin que l’employeur puisse payer sa part de 25 %, il fallait un amendement à la convention collective. C’est la section locale 712 de l’AIMTA qui représente les quelques 1 200 syndiqués d’Airbus à Mirabel. 

L’entente couvre les salaires des employés qui ne sont pas requis de se présenter au travail d’ici le 24 avril. Les employés qui seront requis de se présenter durant cette période toucheront leur plein salaire prévu par la convention collective. Également, l’entente prévoit de séparer les trois semaines consécutives d’arrêt estival, connue comme étant le « shut down » : la première semaine de cet arrêt est devancée et se tiendra du 25 avril au 1e mai. L’employeur est dispensé de son obligation de donner 4 semaines de préavis. Enfin, l’utilisation de la banque d’heures négatives a été réduite de manière à refléter les nouveaux salaires. Les représentants de l’AIMTA sont satisfaits de cette entente qui offre plus que l’assurance emploi ou encore que la PCU. 

Pour lire l’entente entre l’AIMTA et Airbus, cliquez ici

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

27 réflexions sur “Airbus se qualifie pour la subvention salariale

  • avril 9, 2020 à 1:00 pm
    Permalink

    Voici l’exemple d’une compagnie telle qu’ Airbus qui voit au bien être de leur employés pour maintenir le lien d’emploi et de diminuer le stresse monétaire au famille qu’apporte le Covid-19, est-ce que Bombardier en fera autant pour aider leurs employés car il nous mentionné que nous sommes si précieux à leurs yeux lorsque cela leur conviennent ou est-ce que sommes-nous toujours dans une zone grise telle qu’informé par le syndicat pour l’obtention de la subvention. Ou bien de faire travailler en cachette du travail non essentiel. Et de là nous contaminés lors de notre retour si possible le 4 mai.

    Répondre
    • avril 9, 2020 à 8:27 pm
      Permalink

      ce n’est pas Airbus qu’il faut remercier mais le gouvernement du Canada. Pour Bombardier, il ne sont peut-être tout simplement pas éligible.

      Répondre
      • avril 9, 2020 à 8:54 pm
        Permalink

        Pis d’avoir le gouvernement du Québec comme actionnaire a certainement contribué à prendre la décision de verser l’autre 25 %.

        Répondre
  • avril 9, 2020 à 3:02 pm
    Permalink

    Et le Canada subventionne Airbus pour qu’il puisse payer ses employés… Mais lesquels ? au Canada seulement. ou pour TOUS ses 129,000 employés ? Pas sûr que la France a le même programme !.

    Répondre
    • avril 9, 2020 à 4:26 pm
      Permalink

      En France on a une mesure similaire, le chômage partiel, qui correspond a 70% du salaire versé par l état jusqu’à 4.5 fois le smic. La mesure est généralisée (1/4 des salaires actuellement).
      Mesure inspirée de ce que l ‘Allemagne avait mise en place en 2008 et qui lui avait permis de se relancer plus rapidement.

      Répondre
    • avril 9, 2020 à 4:29 pm
      Permalink

      Il va de soit que chaque pays aide uniquement ses résidents…

      Répondre
  • avril 9, 2020 à 3:51 pm
    Permalink

    Merci Airbus et AIMTA!

    Répondre
  • avril 9, 2020 à 4:13 pm
    Permalink

    Pour que Bombardier se qualifie au programme de subvention salariale, ils doivent démontrer une perte de revenus de 15% en mars et 30% pour les mois suivants.
    Sans cette perte, ils ne pourront offrir cette aide à leurs employés. La question ici est comment calculer les pertes lié à la Covid?
    Est-ce que les trains à La Pocatiere et les avions d’affaires assemblés au Canada sont tous calculés ensembles?
    J’imagine qu’il se passe des trucs en coulisse à savoir comment démêler tout ça pour eux… à suivre

    Répondre
  • avril 9, 2020 à 4:17 pm
    Permalink

    J’oubliais, merci aussi à Justin!…………….:-) Ça va bien aller!

    Répondre
  • avril 9, 2020 à 9:18 pm
    Permalink

    A mobile il on pas arreté la ligne du A220
    Bombardier est dans une mauvaise posture faut se rendre a l’évidence .!!
    Meme avec un nouveau président , les chance son mince.!!!

    Répondre
  • avril 10, 2020 à 9:22 am
    Permalink

    Airbus en Europe a repris la production (en cadence reduite), je vois que pratt ici reprend aussi.
    Bombardier avait l obligation de rester ferme jusque au 27, ou 4, ou, ils en profitent en realite pour se reorganiser?

    Répondre
    • avril 10, 2020 à 9:35 am
      Permalink

      Techniquement, BBD doit rester fermé jusqu’au 4 mai, à moins que l’entreprise ne soit reclassée comme essentielle. La rumeur veut que BBD soit à se préparer pour mettre en place les nouvelles mesures de distanciation sociale afin de pouvoir reprendre le travail avant le 4. Mais cela reste à vérifier.

      Oui Airbus reprend avec des cadences réduites, mais Guillaume Faury a également mentionné qu’il faudrait maintenant réévaluer les cadences à tous les mois. À mon avis, Airbus a voulu éviter le choc d’une réduction trop brutale.

      J’ignore où en sont les européens, mais ici nos politiciens ont commencés à nous conditionner que le retour à la normale sera long: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1692434/justin-trudeau-coronavirus-covid-19-point-presse-mesures
      Ici, on commence à comprendre qu’il n’y aura pas de grands événements extérieurs en 2020 et que les restrictions d’entrée à la frontière seront en place pour longtemps. Je crois qu’Airbus a déjà assemblée plus d’avions qu’elle n’en livrera en 2020, sinon ce sera fait d’ici la fin mai tout au plus.

      Répondre
      • avril 10, 2020 à 10:41 am
        Permalink

        Il semble d’après les dépistages à 100% en italie que l’immunité soit loin. 5% uniquement de la population infectée, avec 60% sans aucun symptôme…
        Autrement dit, en cas de deconfinement, cela repartira… Il faudrait rester enferme pendant 1 an avec aucun flux international…
        Les États et banques centrales n’ont pas les moyens de tenir plus de deux ou trois mois avec une économie sous perfusion.
        L’économie française tourne à 70%, l’italie 60%, c’est intenable. Personnelemt j etais très surpris qu’ils ferment tout ici aux Canada. Car le but, il faut être clair, n’est pas de supprimer le virus, mais de m’assurer de ne pas saturer le stock de lits en Reanimation. De lisser la charge sans détruire son économie.
        Mais là je vais me faire traiter de monstre 🙂
        Ils vont devoir distribuer des masques, augmenter le nombre de tests, et renvoyer tout le monde au travail en débutant par les jeunes, et espérer que les autres vagues soient moins fortes.
        La piste la plus prometteuse semble être un traitement qui empêcherait le système immunitaire de s’emballer, et donc d’éviter ce passage sous respirateurs, ce qui en ferait un virus gérable.
        Bref, on n’est pas sorti des ronces 🙂

        Répondre
        • avril 10, 2020 à 12:43 pm
          Permalink

          Après le Japon, le Québec est le deuxième endroit dans le monde ou la population vieillit le plus rapidement. La mathématique funèbre de la COVID-19 risquait effectivement de mettre en péril notre système de santé qui était complètement inadapté à une telle situation. La crise aura permis de dé-scléroser ce sytème où la bureaucratie et ronds de cuirs avaient fait leurs nids. Quand on regarde les chiffres du classement funeste des décès, ici on est bien comptant des décisions de nos élus. Il ne faut pas oublier que le Canada est le pays du G20 qui a le plus réduit sa dette au cours des 20 dernières années, Résultat, nous avons la marge de manoeuvre pour affronter la crise et la facture qui vient avec. D’ailleurs, à proportion égale, le niveau d’endettement du Canada va revenir à ce qu’il était en 1984-85 après le déficit abyssale de 2020.

          Pour ce qui est de la reprise économique, voici quelques faits importants: selon l’Organisation mondiale du tourisme, en 2018, le tourisme international représentait 9,5% du PIB mondial. La relance de l’économie mondiale passe donc par la relance du tourisme international et de l’aviation. Les voyages de loisirs et d’agrément représentent 56%, vient ensuite ceux qui visitent parents et amis (visiting friends and relatives ou VFR en anglais) et 4% dans la catégorie autres. Évidement, l’aviation récolte la part du lion dans le choix des déplacements avec 58% et 37% pour la voiture, maritime 4% et ferroviaire 2%. Cela souligne donc l’importance de pouvoir rouvrir les frontières et d’attirer les touristes de nouveau. Mais pour que les touristes reviennent, il faut absolument juguler la pandémie. Or si les chiffres sur le faible taux d’immunisation se confirment, c’est pas demain la veille que l’Europe va vouloir rouvrir ses frontières.

          Enfin plus spécifiquement pour la France; C’est le pays de la planète qui reçoit le plus de touristes étrangers avec près de 90 millions par années. Ce sont surtout les Européens qui ont visités la France car ils étaient 70 M, l’Amérique 9 M, l’Asie 6,4 M et l’Afrique, 2,9 M. Rétablir le tourisme en France implique donc de laisser entrer Italiens, Allemands, Espagnols et Anglais… hum pas certain que cela ravisse les français en ce moment. Le tourisme représente près de 8% du PIB français, mais on se doute que pour l’ile de France et Paris, cette proportion est beaucoup plus élevée. Lutter contre la pandémie en France, c’est aussi s’occuper de l’économie. C’est juste que l’on ne s’entend pas sur les méthode pour lutter. 😉

          Répondre
          • avril 10, 2020 à 2:42 pm
            Permalink

            Je ne vois pas ce qui diffère au niveau méthode. On n’a pas forcément le même discours mais la méthode est exactement la même.

            Le confinement est une solution d’éradication dans le cas d’une épidémie locale.
            Mais dans cas d’une pendemie mondiale, la maitriser cela veut dire apprendre à vivre avec.

            Or en première étape on confine. Pourquoi? Pas pour éradiquer le virus, c’est impossible. (C’est là que le discours diverge peut-être)
            On confine pour palier a une situation d echec, pou éviter l’effondrement du système, laisser passer la première vague, et acheter du temps pour se donner les moyens de vivre avec (production de tests, de masques), mise en place de procédures dans les entreprises.

            L’étape suivante cest donc, de reprendre l’activite, tout en maitrisant une épidémie qui sera toujours presente, avec des vagues successives.
            Et a chaque fois qu’on se fera déborder, il faudra reconfiner….

          • avril 10, 2020 à 2:51 pm
            Permalink

            Ce qui est certain, c’est que le niveau de connaissance de la population en infectiologie a beaucoup augmenté. Le comportement des gens a changé également et l’organisation du travail aussi. Comme l’as fait remarqué le directeur national de la santé public du QC aujourd’hui, l’épidémie d’influenza 2020-21 sera probablement une des moins sévère des dernières décennies.

          • avril 12, 2020 à 12:37 am
            Permalink

            Ceci dit, les frontières en Europe sont ouvertes, sur justificatif (travail frontalier par exemple) puisque le confinement s applique partout, ou presque.
            Seul la frontière Franco espagnole est totalement fermée.

            En France on plafonne a 7000 lits en réanimation pour 14000 lits disponibles.
            Plus de peur que de mal…

            Cela veut dire qu’ ils vont de-confiner les jeunes et que l activité va redémarrer assez rapidement.
            Je vois qu’ ils commencent à en parler ici aussi.

            Profitez du confinement, on n’aura surement pas de vacances en août 🙂

  • avril 10, 2020 à 6:59 pm
    Permalink

    Ce qui est certain est que l’Aero va redémarrer en dernier.
    En 2008 on était épargne, mais cette fois si, on va s en prendre plein la figure….

    Répondre
  • avril 11, 2020 à 9:18 pm
    Permalink

    Est-ce quelqu’un sait si Stelia St-Laurent est près d’une entente ou de se qualifier pour la subvention salariale, car après tout, ce sont les p’tits frères de Airbus. Est-ce que le fait que Stelia à St-Laurent soit vraiment très récente pourrait vraiment leur nuire pour l’obtention de cette subvention salariale?

    Répondre
    • avril 12, 2020 à 9:16 am
      Permalink

      Carl …….Répondant à des commentaires/questions le jeudi 09 avril sur son site, l’Aimta 712 à mentionner qu’une demande à été formulée pour Stelia et Bombardier. Quand ils auront la réponse il est évident que ces membres en seront informer.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *