Airmedic acquiert son premier PC-24

Pour partager cette publication :

Airmedic a dévoilé hier son premier PC-24 qui sera affecté à l’évacuation aéromédicale dès l’hiver prochain.

Le PC-24

L’appareil a été acquis au coût de 10,5 M USD et nécessite un aménagement de ,5 M USD pour l’équipement médical, donc 14 M CAD. Pour le moment, l’appareil est configuré pour transporter huit passagers en configuration exécutifs. Ce n’est que le quatrième PC-24 à être enregistré au Canada et le premier qui sera utilisé en exploitation commerciale. Transports Canada est à valider la documentation afin de certifier son utilisation pour l’aéromedicale. Airmedic espère avoir complété le processus pour le mois de janvier, en attendant, C-FAMI va faire du nolisement passager.

Sophie Larochelle Présidente d'Airmedic et Yan Lafrennière député de Vachon et Ministre responsable des Affaires autochtones
Sophie Larochelle Présidente d’Airmedic et Yan Lafrennière député de Vachon et Ministre responsable des Affaires autochtones

Le PC-24 a une distance franchissable de 3 400 km et il peut emporter deux civières et 4 personnes assises. Il a une vitesse de croisière de 815 km/h et il est propulsé par deux Williams FJ-44-4A d’une poussée de 3 400 livres chacun. Sauf pour la distance franchissable, le PC-24 a plusieurs caractéristiques du Learjet 35 lorsque configuré en médical. Cependant, il représente une sérieuse amélioration en matière d’avionique, de consommation de carburant et de coûts d’opération. De plus, il a une caractéristique unique puisqu’il est certifié pour les pistes en terre battue. Bien qu’il soit certifié pour opérer avec un seul pilote, Airmedic l’exploitera en équipage double. 

Le premier PC-24 a été mis en service en 2018 et Pilatus en a déjà livré plus de 100. Dans la catégorie des avions d’affaires légers, il est dans une classe à part. 

Le poste de pilotage du PC-24
Le poste de pilotage du PC-24

Airmedic

Lentement mais sûrement, Airmedic développe ses services alors qu’elle prend de l’expansion. Actuellement elle exploite six PC-12, deux BK117 C2 (EC-145-E médevac) et un Astar 350-B2. Elle offre un abonnement annuel pour de l’évacuation aéromédical en hélicoptère à prix modique. Airmedic a plusieurs ententes avec des compagnies minières qui œuvrent en région éloignée. Elle a aussi plusieurs contrats de navette médicale avec différents niveaux de gouvernement et d’organisations territoriales. L’ajout du PC-24 permettra donc d’augmenter la gamme de services offerts par l’entreprise. Le marché des rapatriements aéromédicals de la côte est américain est visé avec ce nouvel avion. 

Le Hangar d'Airmedic à Saint-Hubert
Le Hangar d’Airmedic à Saint-Hubert

La compagnie compte maintenant 175 employés dont 125 sont pilotes ou du personnel médical en vol. La présidente d’Airmedic, Mme Sophie Larochelle, mentionne que le recrutement se déroule plutôt bien pour son entreprise. La compagnie a perdu quelques pilotes avec la reprise du transport aérien, mais le bassin de recrutement est encore suffisant. Cependant, le recrutement des pilotes d’hélicoptères a toujours posé un défi particulier. Airmedic exploite ses hélicoptères en vol aux instruments et de nuit. Il faut donc la qualification IFR et une autre pour l’utilisation des lunettes de vision nocturne. Ce sont deux qualifications rares dans l’hélicoptère et la combinaison des deux est très rare. Une fois qu’elle a trouvé un candidat intéressant, la compagnie doit donc voir à compléter sa formation. 

Du côté médical, Mme Larochelle s’attendait à perdre quelques effectifs à cause de l’effort de recrutement du gouvernement québécois. Or, è ce jour, aucun des membres de son personnel n’a quitté pour retourner dans le réseau public. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *