Boeing inscrit une charge de 3,5 G$ pour le B787

Pour partager cette publication :

Boeing a présenté ses résultats pour l’année 2021 qui se termine sur une perte d’exploitation de 4,1 G$. Une grande partie de cette perte s’explique par la charge de 3,5 G$ inscrite et qui est liée aux problèmes du B787. En effet, au printemps dernier, Boeing a été forcé de suspendre les livraisons de B787. Plusieurs problèmes de fabrication et d’assemblage des avions l’ont contraint à prendre cette décision. 

Des finances qui se stabilisent

Malgré les apparences, les finances de Boeing semblent se stabiliser. Le premier indice est le flux de trésorerie positif de 494 M$ au quatrième trimestre. Deux divisions de Boeing ont affiché des profits en 2021 : la défense avec plus de 1,5 G$ et Global Services 2 G$. Par contre, les avions commerciaux ont enregistré une perte de 6,5 $. 

Les revenus de Boeing se sont élevés à 62 G$ et tout indique qu’ils vont continuer de progresser l’an prochain. L’avionneur a livré 340 avions civils en 2021 et l’inventaire a diminué de 3 G$ pour s’établir à 78,8 G$. Le mot d’ordre pour Boeing en 2022 sera sans doute : livrez, livrez et livrez encore pour qu’il en reste moins. L’accélération des livraisons en 2022 est l’étape la plus importante que doit réussir le fabricant. 

La rumeur circule que Boeing serait sur le point de décrocher une commande de 50 B777X cargos. Le client serait Qatar Airways qui profiterait de l’occasion pour faire un pied de nez à Airbus. SI elle se concrétise, ce sera une excellente nouvelle pour Boeing et le développement du B777X qui en a grandement besoin. 

Les problèmes d’exécution

En avril prochain, cela fera un an que Boeing a interrompu les livraisons de B787. Passé cette date certains clients auront l’option de simplement annuler leurs commandes sans pénalité. Les problèmes découverts sur le B787 font partie du risque de développer une nouvelle technologie. Avant le B787, aucun avion de ligne de cette taille n’avait un fuselage en composite. Boeing a identifié les problèmes bien avant qui ne causent une réelle menace à la sécurité ; le fait qu’ils aient été identifiés maintenant est un signe de redressement de la sécurité chez le fabricant.

Ce qui n’est pas au rendez-vous, c’est la capacité de Boeing à mètres rapidement des solutions en application. Après des années à couper dans les personnelles, il n’y a plus assez d’ingénieurs. Le géant doit maintenant embaucher des talents et surtout leur fournir des conditions favorisant la créativité. 

Je suis donc moins pessimiste qu’en décembre dernier, mais je demeure prudent quant au redressement de l’entreprise

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

9 avis sur “Boeing inscrit une charge de 3,5 G$ pour le B787

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.