Calin Rovinescu prendra sa retraite

Pour partager cette publication :

Le président et chef de la direction d’Air Canada, M. Calin Rovinescu prendra sa retraite le 15 février prochain. C’est M. Michael Rousseau, chef de la direction adjoint et chef des Affaires financières, succédera à M. Rovinescu.

C’est en 1988 que Calin Revinescu a eu ses premières interactions avec Air Canada lors de sa privatisation. Il agissait alors à titre d’avocat conseil. Puis il est intervenu lors de l’offre d’achat hostile par ONEX et lors de la fusion avec Canadian Airlines. En 2003, il a été nommé au poste de vice-président général – Croissance et Stratégie de l’entreprise. Par la suite il a occupé le poste de chef de la restructuration. C’est en 2009 que Calin Rovinescu prend la direction d’Air Canada. 

La transformation

La première décennie du 21e siècle a été très difficile pour Air Canada avec une faillite en 2003. Puis en 2008, la compagnie replonge dans les difficultés financières, alors que la faillite est évitée de justesse.

Lorsque Calin Rovinescu prend la direction d’Air Canada en 2009, il décide que l’entreprise doit changer afin de survivre. L’un des plus gros problèmes d’Air Canada à cette époque est que ses employés ont encore une mentalité de société d’état. La compagnie n’est pas efficace et ne peut soutenir la compétition internationale. C’est en 2014 que la compagnie signe sa première convention collective de 10 ans avec ses pilotes. Cette entente donne beaucoup plus de flexibilité à Air Canada afin de réduire ses coûts d’exploitation. En échange, les pilotes ont droit à un système de partage des bénéfices. 

Après cette entente, la mentalité des pilotes change et ils commencent à se préoccuper de la rentabilité de leur entreprise. Par la suite, les autres groupes d’employés syndiqués d’Air Canada vont également signer des ententes à long terme. Avant le début de la pandémie, Air Canada avait des ententes avec les syndicats représentants 24 000 employés.

AVEOS

Toutefois, on ne peut passer sous silence le triste épisode de la fermeture d’AVEOS et des 1 300 emplois perdus. Calin Rovinescu est un homme déterminé et opiniâtre quand il s’agit d’atteindre ses objectifs. Il a également tendance à se braquer lorsqu’il est confronté à une forte opposition. Il est donc allé jusqu’au bout dans sa confrontation avec les anciens employés d’entretien d’Air Canada transférés chez AVEOS. La manière dont s’est terminée la relation d’Air Canada avec ses anciens syndiqués est une tache à son dossier. 

L’expansion

Sous la gouverne de Calin Rovinescu, Air Canada a entrepris un vaste programme d’expansion et de croissance. La pierre angulaire de cette stratégie consiste à faire transiter par le Canada les passagers entrants et sortant des États-Unis. Combinée à une meilleure structure de coûts, cette stratégie a donné d’excellents résultats. En 2009, les revenus d’Air Canada étaient de 8,5 G $ avec une perte de 769 M $. En 2019 les revenus d’Air Canada ont atteint 19,1 G $ avec des profits de 3,6 G $. De plus, M. Rovinescu, a réintégrée Montréal dans les plans de croissance d’Air Canada.

Au cours des dernières années, Calin Rovinescu et Air Canada ont remporté plusieurs distinctions et mérites. Le porte étendard canadien est devenu une entreprise extrêmement rentable et très appréciée de la clientèle affaires. La compagnie canadienne est maintenant un joueur important sur le marché transatlantique. Le contexte de la COVID-19, donne encore plus d’importance à l’acquisition stratégique du groupe Transat A.T. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Une réflexion sur “Calin Rovinescu prendra sa retraite

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *