La filière électrique utile à l’aérospatiale

Pour partager cette publication :

La filière électrique québécoise

Le gouvernement Legault espère développer la filière électrique afin de positionner le Québec comme un leader de cette industrie. Il faut dire que le Québec possède une combinaison exceptionnelle de ressources : de l’énergie renouvelable en grande quantité, des matières premières comme le lithium, le graphite, le titane, le phosphate, le cobalt, une grappe en intelligence artificielle et une industrie de fabrication de véhicule de transport terrestre. Il faut également ajouter un réseau de recherche et développement bien structuré et une culture d’innovation.

Bref, Québec a en main tous les éléments nécessaires pour que sa filière électrique s’impose sur le plan mondial. Il va de soi que l’intérêt du gouvernement québécois pour cette industrie se traduit également en soutien financier. Mais est-ce que cela pourrait éventuellement nuire à la grappe aérospatiale ? Pas selon le président de Jaunt Air Mobily du Canada M. Éric Côté. Ce dernier participait au sommet sur la chaîne d’approvisionnement organisé par Aéro Montréal la semaine dernière. 

Le lien avec l’aérospatiale

M. Côté est un vétéran de l’industrie aérospatiale et il connaît bien la grappe québécoise. Il a expliqué que le développement de la filière électrique au Québec était une bonne chose pour la grappe aérospatiale. D’abord parce que presque tous les projets de mobilité urbaine aérienne utilisent l’électricité comme source d’énergie. Il voit donc d’un très bon œil l’arrivée d’une chaîne d’approvisionnement à proximité du lieu d’assemblage final. 

M. Côté a également expliqué qu’actuellement, la densité d’énergie des accumulateurs ne permet pas la conception de gros avions. Mais pour lui, il est évident que d’ici une vingtaine d’années la capacité de stockage va augmenter considérablement. Il sera alors possible d’avoir des avions de ligne électrique moyen-courriers de plus de 100 passagers. À ce moment-là, l’industrie aérospatiale québécoise pourra profiter à plein de la présence d’une chaîne d’approvisionnement électrique. 

En plus du recours à l’énergie électrique, la décarbonnation du transport terrestre fait appel à l’intelligence artificielle. C’est un autre secteur dans lequel d’industrie aérospatiale investie afin de développer des avions zéro émission. C’est donc une raison de plus pour appuyer la filière électrique.

La grappe des transports électriques intelligents

Au Québec, c’est propulsion Québec qui chapeaute la grappe des transports électriques intelligents. Elle regroupe 147 entreprises actives qui contribuent à 1,3 G$ au PIB du Québec et exportent pour 830 M$ de produits. Ce secteur naissant devrait connaître une forte de croissance au cours de la prochaine décennie. Rappelons que plusieurs gouvernements ont choisi d’interdire la vente de véhicule neuf à essence à partir de 2035. 

Il est donc évident que le succès de cette grappe au Québec aidera l’industrie aérospatiale. C’est un secteur que je compte suivre de plus près dans les prochaines années.  

Abonnez-vous gratuitement à notre chaîne YouTube en cliquant ici

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

One thought on “La filière électrique utile à l’aérospatiale

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *