La transaction Bombardier Mitsubishi serait imminente

Pour partager cette publication :

C’est le 25 juin 2019 que Bombardier a signé une entente avec Mitsubishi concernant le CRJ. À cette époque, les deux parties se donnaient jusqu’à la fin juin 2020 afin de conclure une entente finale. Selon plusieurs sources, la transaction serait complétée d’ici le 15 mai prochain. Cette transaction permettrait à Bombardier d’encaisser près de 550 M USD. De plus Mitsubishi prendrait à sa charge un passif de 200 M USD lié à la valeur résiduelle des CRJ. Pour le nouveau président de Bombardier, M, Éric Martel, ce sera un fardeau en moins. 

Par ailleurs, plusieurs fournisseurs du CRJ nous confirment qu’ils doivent accélérer la cadence pour les derniers CRJ. Bombardier tenterait d’accélérer la production des 14 derniers appareils afin de pouvoir les livrer rapidement. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

12 réflexions sur “La transaction Bombardier Mitsubishi serait imminente

  • mai 5, 2020 à 5:42 pm
    Permalink

    Sylvain Faust annonce le contraire…qui aura le dernier mot

    Répondre
    • mai 5, 2020 à 6:06 pm
      Permalink

      550 millions pour des centres de services fonctionnels c’est pas cher payé.

      Il reste encore des CRJ en services, ceux-ci donnent du volume de travail aux centres, quand le Spacejet entrera en service on n’aura qu’a certifier le personnel, ça sera plus facile d’inclure le Spacejet dans des centres bien établi que de devoir bâtir un peu partout et de débusquer le talent, de plus ça prendrait un certain temps pour avoir un achalandage lucratif avec juste un avion, le CRJ donne du temps à Mistubishi.

      Répondre
    • mai 5, 2020 à 6:15 pm
      Permalink

      Il annonçait aussi une ligne 350 aux USA où un A220-800.
      Je dis ça…
      🙂

      Répondre
  • mai 5, 2020 à 6:09 pm
    Permalink

    Moi j’ai surtout hâte de voir la transaction de BT passer le test des autorités, sans cette vente ça pourrait bien être la fin de Bombardier puisque la dette est bien élevé, a moins bien sur que M. Martel soit un petit génie pour redresser cette division, mais sans vouloir dénigrer l’homme, je crois qu’il manquerait de temps pour rencontrer les échéances.

    Répondre
  • mai 5, 2020 à 7:22 pm
    Permalink

    MHI a tout intérêt à compléter la transaction parce que revenir avec Bowing c’est comme faire un deal avec une pute. Ça durera pas longtemps et ça va mal se finir comme d’habitude avec eux. MHI sera indépendant ainsi que son compétiteur principal Embraer.

    Répondre
  • mai 5, 2020 à 8:49 pm
    Permalink

    Alternative à BBD ?
    Boeing selon Sylvain Faust?
    Réellement…Qui voudrait s’afficher à Boeing pour faire certifier ses avions???
    Plus faust que cela…

    Répondre
  • mai 5, 2020 à 9:04 pm
    Permalink

    L’incertitude est relié à l’échec Boeing-Embraer. Certains pensent à un partenariat Boeing-Mitsubishi mais comment les Japonais pourraient encore faire confiance à Boeing. Pour ce dernier l’important est l’avoir des actionnaires (dividendes et rachats d’actions) et l’aviation est accessoires. Ils empruntent des milliards plutôt que d’avoir de l’aide du gouvernement. Si cela tourne mal, les contribuables paieront le sauvetage. https://airinsight.com/buy-boeing-or-bye-boeing/

    Répondre
  • mai 5, 2020 à 9:49 pm
    Permalink

    Richard a écrit: « Sylvain Faust annonce le contraire…qui aura le dernier mot »

    En ce qui me concerne, tout ce que cet individu écrit sur son site est à prendre avec de très grosses pincettes. Il arrive parfois qu’il vise juste… parfois.

    Répondre
  • mai 6, 2020 à 3:36 am
    Permalink

    Ce qui est clair c’est qu’il est urgent pour Airbus Canada de se débarrasser de la production de CRJ dans les locaux de Mirabel.
    Il est hors de question d’avoir des activités en dehors de A220 dans le périmètre de l’ancien usine de Bombardier à Mirabel.

    La pression sur Bombardier (et Mitsubishi ?) de partir de Mirabel au plus vite est immense. Airbus Canada va probablement imposer des pénalités s’ils ne respectent pas les délais.
    Donc, l’hypothèse d’accélération de cadence de production du CRJ parait tout-à-fait justifiée.

    Je ne sais pas du tout qui va financer la remise en état des lieux après le départ des activités CRJ à Mirabel. Ce n’est pas bien cher, mais c’est toujours quelques millions à dépenser.

    Il se peut qu’il y a déjà des dessins sur la future configuration de l’usine de Mirabel sans le CRJ. Ce serait bien si André peut se procurer le plan ou au moins une description du plan.

    Répondre
  • mai 7, 2020 à 9:14 am
    Permalink

    Le fait que le programme CRJ n’aura plus de locaux pour assembler des avions réduit de beaucoup les chances de voir des spacejet assembler à Mirabel. Si tel est la volonté de MHI d’en assembler en AduN, ils construiront aux USA pour être sûr de ne pas être baiser par une situation arbitrairement changeante du «libre échange».

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *