L’aviation d’affaires vole à plein régime

Pour partager cette publication :

Les statistiques pour l’aviation d’affaires en juillet sont maintenant disponibles et elles sont excellentes. Toutes les données de ce texte proviennent de la firme WingX. Au niveau mondial la hausse est de 13 % par rapport à juillet 2019. Ce sont les petits avions et les super intermédiaires ont été les plus utilisés. 

Les États-Unis

Encore une fois, les États-Unis dominent avec 25 % plus de vol qu’avant la pandémie. Bonne nouvelle pour Bombardier, les super intermédiaires (Challenger 350) dominent avec une hausse de 30 %. Autre statistique intéressante pour l’avionneur québécois : Les compagnies de nolisement ont connu une hausse de 25 % alors que Bombardier domine auprès des cette clientèle. Presque toutes les catégories d’avions sont plus utilisées sauf les turbohélices et les avions de ligne convertis en bizjet. 

Phénomène nouveau, même les grands avions d’affaires à long rayon d’action ont connu une hausse. En effet, cette catégorie a effectué 23 % de vols cette année par rapport à juillet 2019. C’est une reprise spectaculaire alors que cette catégorie traînait de la patte depuis le début de la pandémie. Les appareils couverts par la réglementation FAR 91 reprennent graduellement du service, cette réglementation concerne les avions corporatifs. Les niveaux d’utilisation sont supérieurs à 2020, mais encore sous ceux de 2019. 

Je souligne l’importance du marché américain pour l’aviation d’affaires alors que plus de 60 % du parc aérien mondial s’y trouve.

L’Europe

L’aviation d’affaires a également connu un excellent mois de juillet en Europe avec un bond de 14 % par rapport à 2019. Mais la reprise est encore inégale sur le vieux continent avec une hausse de 30 % pour les avions légers. Les grands avions à long rayon d’action sont encore sous-utilisés par rapport à 2019. Ce sont surtout les vols vers les destinations vacances qui dominent. La méditerranée attire les touristes fortunés alors que les destinations d’Ibiza, Majorque et Olbia sont les préférées.

En Europe, les vols corporatifs et longue distance n’ont pas encore entamé leur reprise. Il faudra sans doute attendre au mois de septembre avant que cela ne se fasse. 

Conclusion

Depuis le début de 2021, la reprise de l’aviation d’affaires aux États-Unis devance l’Europe de deux ou trois mois. Si la tendance se maintient, l’automne sera fort occupé et le taux d’utilisation des avions sera à son comble. Nous approchons donc du moment où les grands opérateurs vont constater une croissance soutenue ; ce constat va nécessairement entraîner de nouvelles commandes. Nous aurons droit à une fin d’année fort intéressante. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.