Bombardier hausse ses prévisions

Pour partager cette publication :

Bombardier a publié ses résultats trimestriels ce matin et ils sont meilleurs que prévu. L’avionneur profite donc de la vigoureuse et surprenante reprise de l’aviation d’affaires. Le nombre d’heures de vol fortement à la hausse augmente les revenus des services après-vente tandis que la hausse des livraisons augmente les revenus de la production.

Le deuxième trimestre

Pour le trimestre terminé le 30 juin, les revenus de Bombardier se sont élevés à 1,5 G US. Toutes les activités d’aviation ont généré une marge bénéficiaire et le flux de trésorerie a été positif. La compagnie dispose de 2,8 G$ en trésorerie et équivalent de trésorerie. L’avionneur a remboursé 2,9 G$ de sa dette pour un total de 3,7 G$ depuis le début de 2021. 

La dette brute de Bombardier s’élève maintenant à 7,5 G$ dont 514 M$ seront remboursés cette année et 514 M$ en 2023. Le tableau suivant présente les différentes échéances de sa dette : 

Dette de Bombardier
Dette de Bombardier source : rapport de gestion de Bombardier du deuxième trimestre de 2021

Les employés de Bombardier progressent plus rapidement que prévu dans la courbe d’apprentissage du Global 7500. Cela a pour effet de réduire considérablement le coût de fabrication unitaire et d’atteindre plus rapidement la rentabilité. Au cours du trimestre, l’avionneur a livré trois Learjet 75, neuf Challenger 350 et 650 ainsi que dix-sept Global. Le total pour le trimestre est de 29 livraisons et de 55 pour le semestre. Le ratio des nouvelles commandes sur les livraisons est de 1,8. Cela veut dire que Bombardier aurait vendu près de 52 avions au cours du trimestre. 

Le parc aérien des avions de Bombardier en exploitation est maintenant de 4 900 appareils. Ce vaste inventaire permet de générer de bons revenus pour les services après-vente surtout avec la reprise. 

Les nouvelles prévisions

Bombardier a donc décidé de revoir à la hausse ses prévisions pour l’année 2021. Ainsi, les revenus sont revus à 5,8 G$ plutôt que les 5,6 G$ initiaux. Les revenus avant impôts intérêts et amortissement seront de 575 M$ plutôt que les 500 M$ annoncés précédemment. L’utilisation des flux de trésorerie est réduite de 200 M$ pour s’établir à 300 M$. Une partie importante des flux de trésoreries, 200 M$ sont une sortie de fond non récurrente. Il s’agit des versements pour des valeurs résiduelles et des frais de restructuration. 

Le prochain semestre de Bombardier devraient donc être positifs et générer une marge bénéficiaire. La compagnie terminera donc l’année tout près de l’équilibre budgétaire. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

8 avis sur “Bombardier hausse ses prévisions

  • août 5, 2021 à 8:37 am
    Permalink

    Je ne penses pas que Bombardier a livré 3 Learjet 85, probablement une erreur de frappe….

    Répondre
    • août 5, 2021 à 8:53 am
      Permalink

      Faute de frappe non, mais crampe au cerveau oui😜. LOL les trois lear 85 étaient en pièces détachées. Merci pour la remarque et j’ai corrigé pour le lear 75

      Répondre
  • août 5, 2021 à 8:48 am
    Permalink

    J’imagine qu’il y as une faute de frappe pour le Learjet 85 a moins que ce soit des restant 😜

    Répondre
    • août 5, 2021 à 8:53 am
      Permalink

      Faute de frappe non, mais crampe au cerveau oui😜. LOL les trois lear 85 étaient en pièces détachées. Merci pour la remarque et j’ai corrigé pour le lear 75

      Répondre
  • août 5, 2021 à 9:39 am
    Permalink

    En somme on peu dire que Bombardier inc est en très bonne position pour réaliser son plan d’affaire de 05 ans soit mars 2021 à mars 2026.

    Répondre
  • août 5, 2021 à 6:02 pm
    Permalink

    On si perd avec ces dettes…
    514 + 534 + 1000 + 1500 + 1321 + 2000 + 510= 7379G

    Résumé
    Source JDM fév. 2020: La dette s’élève à 12 milliards et doit se situer à 2,5 milliards après toute les ventes (ou liquidations).
    Source Le soleil nov 2020: Bbd empoche près de 4 milliards $ (12 – 4 = 2,5..?) US pour Bbd Transport . Sa dette alors de 4,5 milliards $ US, ce qui est supérieur à la prévision de 2,25 milliards $ US (dû à la à la pendémie). Mais comment arrive t-on à 7379$ milliards ($ canadien?).

    Répondre
    • août 5, 2021 à 6:13 pm
      Permalink

      D’abord il s’agit de dollars us quand on parle de 7,4 G$ et cela a toujours été la cas. Certains article parlent de dette brute et d’autres de dette nette. Il faut soustraire certains actifs pour obtenir la dette nette. avant la la vente de la division transport, BBD avait près de 3,5 G $ en trésorerie alors cela affectait forcément la dette nette. C’est pour cette raison que maintenant, je vais consulter le rapport de gestion qui est publié lors des résultats trimestriels. celui publié aujourd’hui fait 60 pages, mais il contient toutes les informations détaillées dont le tableau que j’ai reproduit dans le texte.

      Répondre
  • août 6, 2021 à 10:38 am
    Permalink

    Le gros feu de paille, commence à revoir le jour sur une meilleure année depuis la catastrophe de Bellemare.
    Éric Martel est homme qu’il fallait à Bombardier.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.