MHI RJ Aviation prépare l’après COVID

Pour partager cette publication :

Une augmentation de la demande 

Le premier novembre dernier, Mitsubishi RJ Aviation a annoncé son intention d’embaucher 240 personnes à Bridgeport en Virginie Occidentale. La compagnie a hérité de ces installations lors de l’acquisition du programme CRJ des mains de Bombardier. Il s’agit d’un centre d’entretien, réparation et révision ou MRO en anglais. MHI RJ Aviation va embaucher des techniciens en avionique et mécanique ainsi que des apprentis et des manutentionnaires.

Ces embauches ont pour but de faire face à une hausse de la demande pour les intervalles d’entretien de type C; au début de la pandémie, les compagnies aériennes ont retiré du service les avions les plus vieux. Bon nombre de ces appareils sont ou seront bientôt dus pour une révision de type C ». MHI RJ Aviation anticipe donc qu’il y aura une forte demande durant la deuxième moitié de 2021. La compagnie prévoit avoir complété les embauches d’ici la fin du printemps prochain. Le nombre d’employés à Bridgeport passera donc d’environ 300 à plus de 500.

La production du CRJ

Tandis que le dernier CRJ progresse sur la ligne d’assemblage à Mirabel, les employés procèdent au démantèlement de ligne. Les gabarits d’assemblage (les jigs) et l’outillage sont minutieusement démontés. Puis le tout est soigneusement emballé dans des caisses de bois et envoyé en entreposage dans la région de Montréal. 

De plus, plusieurs membres du personnel de soutien du CRJ sont beaucoup moins occupés à cause de la COVID-19. MHI RJ Aviation profiterait donc de cette plus grande disponibilité afin d’examiner différentes options. Une mise à jour de l’avionique ainsi qu’une remotorisation ferait partie des options étudiées. Mais pour l’instant, il ne s’agit que d’études préliminaires et rien ne garantit que MHI RJ ne relance la production du CRJ. À ce jour, la compagnie n’a pas eu à investir de grosses sommes et il sera facile d’arrêter le tout. 

Pour Mitsubishi, la question est de savoir ce qui serait plus rapide et moins dispendieux : relancer le CRJ mis à jour ou reprendre le développement du SpaceJet

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

10 avis sur “MHI RJ Aviation prépare l’après COVID

  • novembre 10, 2020 à 12:05 pm
    Permalink

    La remotorisation du CRJ n’arrivera jamais, fallait le faire quand Embraer a lancé le E2 pour rester compétitif même si au final le E175-E2 n’entrera probablement jamais en service en tant qu’appareil régional aux USA et au Canada (peut-être ailleurs où il n’y a pas de scope clause). Si Mitsubishi revient ce sera avec le Spacejet ou rien.

    Répondre
    • novembre 10, 2020 à 12:21 pm
      Permalink

      Je dirais qu’il y a 95% de probabilité que le CRJ ne revienne pas. La seule raison qui pousse MHI à étudier cette solution est qu’ils ont été traumatisé par les coûts et la lenteur du développement du SpaceJet.

      Répondre
  • novembre 10, 2020 à 12:09 pm
    Permalink

    « Ces embauches ont pour but de faire face à une hausse de la demande pour les intervalles d’entretien de type C; au début de la pandémie, les compagnies aériennes ont retiré du service les avions les plus vieux. Bon nombre de ces appareils sont ou seront bientôt dus pour une révision de type C  »

    Je ne suis pas sur de comprendre cette affirmation. MHI prévoit que certains de ces appareils reprendront du service?

    Répondre
    • novembre 10, 2020 à 12:19 pm
      Permalink

      Un partie de la flotte de trait effectivement reprendre du service, surtout les appareils qui ont moins de 12 ans d’âge.

      Répondre
  • novembre 10, 2020 à 12:35 pm
    Permalink

    Reprendre le développement du Space-Jet et avec l’expertise de ceux qui ont travaille a la conception du C-Series et le renommer D-Series.
    Juste une idee comme ca…

    Répondre
    • novembre 11, 2020 à 5:55 am
      Permalink

      Patrice,

      Je crois c’est exactement ce qu’ils ont essayé de faire. Ils ont embauché énormément d’anciens de C Series en 2015-2018.

      Ça n’a pas aidé.

      Répondre
  • novembre 10, 2020 à 12:40 pm
    Permalink

    Il me semble que le projet de nouvelle suite avionique était déjà très avancé à l’époque de Bombardier, voir meme en courte finale. MHI n’aura donc pas grand chose a faire sur ce point.

    Pour la remotorisation, ce sera un sacré boulot pour réussir à l’intégrer.

    Si relance de la production il y a, cela ne pourra venir qu’avec une grosse commande d’un opérateur US.

    Wait and see

    Répondre
    • novembre 11, 2020 à 5:57 am
      Permalink

      Une relance de production n’est pas pour demain.
      Il faudrait établir l’usine d’assemblage quelque part.
      En plus pendant la pause certains fournisseurs n’ont peut être pas gout d’attendre.

      Il y a beaucoup trop d’incertitudes.

      Répondre
      • novembre 11, 2020 à 6:44 am
        Permalink

        C’est pour cette raison que MHI doit xe décider rapidement sinon cela risque d’être effectivement un pour les fournisseurs.

        Il y a un marché dans les 5 prochaines années mais est-ce que MHI est prêt à prendre le pari ?

        Répondre
        • novembre 11, 2020 à 12:17 pm
          Permalink

          Le marché des jets régionaux est en panne sèches depuis un bon moment, quand on veut savoir si un produit va bien on regarde l’ensemble des commandes pour ce type d’avion et c’est là qu’on voit que les compagnies aérienne sont ailleurs, vers des modèles un peu plus gros.

          J’ai toujours trouvé étrange la venu de MHI dans les avions régionaux, les coûts de développement vs les commandes potentielles ça semblait un pari risqué depuis le début, avec la covid en scène tout peut arriver mais je ne tablerais pas sur un retour de ce type de jet et encore moins sur une reprise de production du CRJ.

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *