Ottawa doit se doter d’une stratégie nationale

Pour partager cette publication :

Depuis deux semaines, Ottawa répond enfin par des signaux positifs aux demandes d’aide venant du transport aérien et de l’aérospatiale. Si je suis en faveur d’une telle intervention, je craints qu’elle ne se limite à une action sporadique à saveur électoraliste. Pourtant, il serait important qu’Ottawa profite de l’occasion afin d’adopter une stratégie nationale pour l’industrie aérospatiale et une autre pour le transport aérien régional.

En mai dernier, l’Institut du Québec avait publié une étude sur l’importance des secteurs stratégiques. L’étude en question avait alors identifié l’industrie aérospatiale comme étant un secteur stratégique. 

Pourquoi une politique nationale

Le coordonnateur québécois du syndicat des machinistes, M. David Chartrand, réclame la création d’une politique nationale de l’aérospatiale depuis près de 20 ans. M. Chartrand justifie sa position par le fait que c’est une industrie qui est vulnérable aux cycle économique; à chaque fois que l’aérospatiale connait un ralentissement, des entreprises d’ici se retrouvent en difficulté. Les gouvernements s’empressent alors d’intervenir afin de sauver les emplois. 

Le problème selon M. Chartrand, c’est que les interventions sont faites à la pièce afin de parer au pire. L’absence d’une politique nationale sur l’aérospatiale rend l’industrie prisonnière d’une logique politique de résultats à court terme. Si les interventions donnent des résultats rapides, elles ne garantissent pas la survie de l’industrie à long terme. Il faut alors recommencer à chaque fois que l’on entre dans la partie descendante du cycle. Si nous désirons attirer de nouvelles entreprises et les garder ici, il faut leur assurer plus de stabilité. 

Mais M. Chartrand n’est plus le seul à réclamer qu’Ottawa adopte une politique nationale : les élus municipaux et provinciaux, la grappe aérospatiale québécoise et canadienne, les patrons, les syndicats et les autres gouvernements provinciaux en réclament une. Il est temps pour le gouvernement Trudeau de saisir la balle au bond et de se joindre au consensus pancanadien. L’adoption d’une stratégie nationale de l’aérospatiale est le meilleur moyen afin de trouver des solutions à long terme. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *