Québec Aéronature se lance dans l’hydravion électrique

Campagne de sociofinancement 2022
Faites une contribution (*) pour supporter les Ailes du Québec



(*) Veuillez noter que Les Ailes du Québec ne peut émettre de reçus pour fins d'impôt.
Pour partager cette publication :

En 2018, Ghislain Buisson a quitté son emploi de pilote de CRJ-200 pour lancer Québec Aéronature. Basée à Saint-Mathias sur Richelieu, l’entreprise offre entre autres l’annotation sur flotteur et des tours. Cela fait près d’une dizaine d’années que M. Buisson songe à mettre au point un hydravion électrique. 

Le projet

Alors que la technologie se développe, le projet prend graduellement forme et c’est cet hiver que débutera la construction. Une équipe de 8 bénévoles est réunie autour de ce projet unique, elle compte des pilotes, ingénieurs et mécanos. Après une évaluation plus en détail, l’équipe a opté pour la conversion à l’électricité d’un avion existant. L’appareil choisi est un BushCaddy et il sera à Saint-Mathias dans les prochaines semaines aux installations de Québec Aéronature. 

Cet automne, l’équipe va retirer tous ses systèmes liés au moteur à essence bien au chaud dans un hangar. Par la suite, il faudra installer les batteries, le contrôleur et le moteur de 80 CV. Toutes les composantes électriques seront achetées d’un manufacturier en Europe et existent déjà. L’intégration des systèmes électriques ressemblera donc à un « plug and play » où il faudra contrôler le masse et centrage. 

L’objectif est d’avoir une autonomie d’une heure plus la demi-heure de réserve réglementaire. Pour y arriver, il faudrait deux séries de batteries de 160 kilos qui fournissent 45 minutes chacune. Mais avec une masse maximale de 680 kg, c’est limite côté poids. L’utilisation d’une génératrice avec moins de batteries est donc à l’étude. L’équipe disposera d’un banc d’essai statique afin de valider les premières hypothèses. Si tout va bien, le premier vol devrait avoir lieu en 2022 afin d’obtenir une première certification dans la catégorie expérimentale. 

Le financement

M. Buisson estime que le projet devrait coûter entre 70 000 $ et 100 000 $ en matériel. Il compte faire une demande au centre local de développement afin d’obtenir du soutien. M. Buisson est également à mettre sur pied la fondation Québec Aéronature afin de pouvoir faire des levées de fonds. Il a déjà lancé sa première campagne de sociofinancement sur la plateforme Gofundme. L’objectif est de recueillir 5 000 $. 

Si vous me dites que M. Buisson est un peu fou ou que c’est un rêveur, je vous répondrai que j’adore les fous et les rêveurs ; ce sont eux qui font avancer le monde. Pour ma part, j’ai contribué en versant 50 $, et vous ? Cliquer ici

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.