51 avis sur “Sondage : quand le Max reviendra-t-il en vol?

  • avril 22, 2019 à 3:58 am
    Permalink

    Je pense le plus important à savoir est la reprise des livraisons: parce que ces avions auront déjà le nouveau logiciel amélioré: Je tiens à utiliser le terme amélioré car à mon avis malgré tout le conséquence de la panne du système n’aurait pas du être un accident si l’action appropriée a été effectuée par les pilotes. On ne va pas revenir dessus et on attendra la conclusion finale dans un an ou deux.

    Je pense que la livraison reprendra avant fin juin voire plus tôt.

    Beaucoup de gens ont fait une conclusion hâtive sur le sujet et je le regrette énormément car la situation aura créé un precedent qui pourrait devenir néfaste pour l’industrie aéronautique en générale car aucun avion aussi sophistiqué qu’il soit n’est pas immune à une réponse inadaptée des pilotes: Mon commentaire s’applique aussi bien aux avions derniers nés comme le 787, A350 ou même le C Series.

    Sur le prochain accident, car il y en aura, on appliquera le faux principe de précaution comme pour le 737 MAX.

    Je vous garantis qu’un accident se produira. Je n’ai absolument aucun doute sur le sujet. S’il arrive à un avion comme le C Series, les conséquences indirectes pourraient être dévastatrices. On dira merci aux gens et aux organismes qui ont pris une conclusion hâtive aujourd’hui.

    Répondre
    • avril 22, 2019 à 9:09 am
      Permalink

      Oui mais ici plusieurs (voir la plupart) transposent leur haine de Boeing suite à leur plainte anti-dumping en commentaires irrationnels et mélangent la réalité et leurs désirs, je crois qu’on appel cela du « wishful thinking ».

      https://en.m.wikipedia.org/wiki/Wishful_thinking

      Répondre
      • avril 22, 2019 à 9:37 am
        Permalink

        Donc, le fait que le MAX ait tendance à se cabrer au point où il décroche avec les moteurs à peine puissance ce n’est pas un problème? Le trim qui se bloque lorsque le manche est poussé à fond vers l’avant ou vers l’arrière , ce n’est pas un problème? Le fait que les documents de certification du MAX indiquent 0,6 degrés comme braquage maximum alors que c’est 2,5 degrés dans les faits c’est pas un problème? Le fait que l’EASA et Transports Canada aient décidé de revoir le processus de certification du MAX, ce n’est pas un problème. Le fait que la FAA ait perdue de la crédibilité au point où elle a invité 9 agences gouvernementale (dont l’Indonésie) à participer au processus de révision du MCAS, ce n’est pas un problème?
        Le fait que Boeing qui a plus de 10G$ de liquidité, refuse toujours de suggérer une formation supplémentaire pour les pilotes du MAX, c’est pas un problème?

        Bref, « tout va très bien madame le marquise, tout va très bien! »

        Répondre
        • avril 22, 2019 à 11:24 am
          Permalink

          Non, ce n’est pas un problème. En réalité il n’y a pas plus de problème de cabrage lié à la poussée du MAX qu’il y en a sur NG ou sur le C Séries out A320.

          C’est vraiment une question levée par des gens qui connaissent mal la mécanique du vol.

          En revanche, le fait que la réaction de cet accident a été très émotionnelle crée un précédent qui fera beaucoup de mal à l’industrie.

          La vraie victime de cette attitude irrationnelle sera le constructeur qui subit le prochain accident. Vue la formation de pilotes qui ne soit pas uniforme dans le monde, je vous garantis qu’il y aura d’autres accidents. C’est inévitable.

          Répondre
          • avril 22, 2019 à 11:32 am
            Permalink

            « Non, ce n’est pas un problème. En réalité il n’y a pas plus de problème de cabrage lié à la poussée du MAX qu’il y en a sur NG ou sur le C Séries out A320. » Là je suis stupéfait de lire ce que tu viens d’écrire. Mais s’il n’y a pas de problème avec la poussée des moteurs alors qu’elle est l’utilité du MCAS?

          • avril 22, 2019 à 5:06 pm
            Permalink

            S’il n’y a pas de problème, pourquoi le Seattle Time et Scott Hamilton qui ont pignon sur rue dans la région de Seattle ont écrit des articles très précis pour expliquer pourquoi le MAX avait des problèmes de stabilités. Le 737 aurait du être remplacé en 2011. Le NG aurait du être sa dernière version. Plusieurs ingénieurs de Boeing l’ont dit. Boeing ne voulait pas être distancé par Airbus. Il a pris un risque qui n’avait rien de rationnel. Il a privilégié le profit versus le risque. Il a continué à dire que son avion était sécuritaire alors que ce n’était pas le cas. Il y aura d’autre accident, mais chaque accident est différent et implique un avion différent. 2 accidents identiques, avec le même appareil, avec la même cause, en l’espace de 5 mois, avec une certification douteuse, un manque de transparence du constructeur cela mérite des explications. Si un autre accident implique un 737 MAX dans des conditions semblables, Boeing sera dans le trouble ainsi que tous ses clients. Présentement il y a 370 avions de clouer au sol. Dans 3 ans il y en aura 2000 et si l’accident arrive plus personne ne voudra voler sur le MAX et là il faudra compenser 2000 avions, des transporteurs aériens comme AC auront 61 avions à remplacer. L’industrie a donc intérêt de ne pas précipiter les choses. Les débris trouvés dans les avions ravitailleurs de la USAF ne sont sûrement pas une invention de personnes qui n’aiment pas Boeing. Il y a aussi les débris dans les 787 assemblés en Caroline du Sud selon le NY Time. Il y a un problème chez Boeing présentement.

          • avril 22, 2019 à 9:24 pm
            Permalink

            T’étais pas dans les deux avions qui se sont écrasés. Ça parait. Je ne suis pas émotionnel. J’ai seulement pensé que les ingénieurs chez Bowing était sérieux et les agences de certification l’étaient encore plus. Tout ça c’est parti en fumer.

            Pour certifier un avion dont le stabilisateur horizontal se bloque et de recommander de faire monter et descendre l’avion pour le débloquer, mesure qui a été certifier dans les années 80-82, ça prend un idiot pour voir ça comme normal et surtout un super idiot pour l’avoir certifier.

            D’ailleurs des clauses grand-père qui dure 50 ans dans une industrie qui innove constamment C’EST DÉBILE. C’est en quelque sorte une mesure pour protéger les médiocres comme Bowing et garder des vieux coucou sur le marché. Si le CSeries avait été certifier avec les normes de 1980 et bien les coûts aurait été diminués d’au moins 2 milliards.

        • avril 22, 2019 à 5:57 pm
          Permalink

          Tu m’enle les mots de la bouche. Le problème c’est pas juste le 737 Max 8, mais bien tout ce que la FAA a approuvé dernièrement. Pas bon de perdre confiance a ton agence qui régulise ton aviation civil

          Répondre
      • avril 22, 2019 à 11:39 am
        Permalink

        Les plaintes anti-dumping reviennent dans l’actualité depuis des années voir boeing versus airbus sans oublier bombardier versus embraer. Après des années de tournage en rond et d’auto-accusation auprès de l’OMC, il a toujours un règlement hors cour ou les plaintes d’un commun accord sont retirer. Ou d’autres règlements imaginatifs des plaintes entre les auto-accusateurs sont mis en pratiques. Dans le cas de Boeing présentement c’est d’un tout autre ordre. La quasi-totalité des dénonciations ou observations viennent de commentateurs très crédibles qui ont longtemps oeuvrer dans l’industrie aérospatiale et sans parler d’ex-employés et parfois d’employés actuels ou récents de boeing qui affirment avoir été congédier pour avoir signaler des manquements graves à leurs supervisions. Comme (non) par hazard ce sont des Américains. On peu quand même dire et affirmer que tous ces gens Américains ne sont pas anti-boeing. Je les qualifieraient de patriotes qui voit un fleuront de leur industrie aérospatiale se déclassé de jour en jour par l’irresponsabilité de la direction actuel. Ce sont aussi ces mêmes américains qui ont encore une fois de manière presque unanime critiqué sévèrement la décision du PDG de porter plainte contre bombardier pour des motifs fallacieux concernant l’ex-c serie. Plainte qui fu rejeter du reverts de la main faut-il rappeler.

        Répondre
      • avril 22, 2019 à 11:47 am
        Permalink

        Pis j’imagine que lorsque la US Air Force a suspendu les livraisons de KC-46, c’est par haine pour Boeing et non pas parce que les KC-46 ont servit de « truck de vidanges »

        Répondre
          • avril 22, 2019 à 12:07 pm
            Permalink

            Ca je sais, mais la US Air Force a quand même eu des problèmes de qualité avec Boeing et là on parle du basic; enlever les retailles et autres objets qui trainent avant de fermer.

          • avril 22, 2019 à 10:07 pm
            Permalink

            Sans rien enlever à Boeing, ce type « d’incident qualité » s’est produit souvent chez Bombardier également (et les autres), mais ça ne fait pas toujours les manchettes. Creuse chez tes contacts de Bombardier ils pourront t’en conter plusieurs croustillantes.

      • avril 22, 2019 à 9:08 pm
        Permalink

        Personnellement je déteste les bullshiter qui raconte être les meilleurs alors qu’ils coupent les coins et laissent plein de débris dans leurs avions fraichement livrer à des pigeons obligé de les acheter.

        Après les KC ce sont les 787 qui sont dénoncés pour être livrer avec des déchets de coupe et des outils à l’intérieur des murs. Avec le MAX c’est une autre preuve que c’est une bande de clowns dangereux.

        Répondre
    • avril 22, 2019 à 9:20 am
      Permalink

      VV……résultat de l’enquête dans un ou deux ans comme tu dit……Donc si les B737 MAX reviennent en vols AVANT UNE DEUXIÈME certification à 100% on pourrait dire et même affirmer que boeing avec l’accord des agences va à la pêche. Après deux crashs et 346 morts en 2018/2019 on pourrait aussi dire et affirmer que la pêche fut également bonne. Une petite gêne même une grosse devrait guider les agences de certifications il me semble avant une remise en service.

      Répondre
      • avril 22, 2019 à 11:29 am
        Permalink

        Il me semble que AF447 a fait pas mal de morts aussi et il y a d’autres accidents de tous les constructeurs.

        Le MAX reviendra plus vite que vous pensez.

        Comme je dis précédemment, il y aura d’autres accidents et la réponse irrationnelle de cet accident crée un précédent dont les conséquences peuvent être dévastatrices pour un programme comme le C Séries. Je souhaite de tout mon cœur que cela ne se produise pas.

        Rappelez-vous juste que ce as aura créé le précédent.

        Répondre
        • avril 22, 2019 à 11:34 am
          Permalink

          Les causes de l’accident d’AF447 ne ce sont pas reproduisent au bout de 5 mois, voilà la différence.

          Répondre
          • avril 22, 2019 à 2:04 pm
            Permalink

            Que les deux accidents se sont produits en espace si court n’est qu’une coïncidence. Un phénomène statistique rare. Pire encore, ça prouve un gros problème de lecture du côté des éthiopiens.

            Parce qu’il y a un AD qui a mis l’accent sur la procédure qu’ils n’ont pas faite correctement.

            J’ai été surpris que captain de 29 était mis en équipage avec quelqu’un de 25 ans

  • avril 22, 2019 à 8:28 am
    Permalink

    ‘Sur le prochain accident, car il y en aura, on appliquera le faux principe de précaution comme pour le 737 MAX’
    Il faut tenir compte de:
    – 2 accidents sur le même avion neuf en 5 mois.
    – avion qui a fait son premier vol il y a plus de 50 ans.
    – déplacement des moteurs vers l’avant était très controversé chez Boeing.
    – causes des accidents semblables.
    – logiciel MCAS pour compenser un problème de stabilité.
    – certification de l’avion mal faite. Fait en parti par des ingénieurs de Boeing.
    – Boeing a caché l’existence du logiciel aux pilotes.
    – entrainement déficient et Boeing persiste.
    – Profit avant sécurité.

    Pour le prochain accident on ne rencontrera pas tous ces éléments.
    Un autre accident sur un MAX serait catastrophique pour l’industrie.
    Retour en 2020.

    Répondre
  • avril 22, 2019 à 10:43 am
    Permalink

    @Nicolas: « ici plusieurs (voir la plupart) transposent leur haine de Boeing suite à leur plainte anti-dumping en commentaires irrationnels et mélangent la réalité et leurs désirs »

    On pourrait dire la même chose des partisans de Boeing qui sont unanimes à faire porter le blâme sur les pilotes. À prime abord leurs arguments semblent objectifs et rationnels. Mais pour être vraiment rationnel et objectif face à une situation il faut tenir compte de tous les aspects sans se focaliser strictement sur un seul en particulier, en excluant tous les autres, simplement parce qu’il a la vertu d’exonérer l’entreprise que l’on aime et que l’on admire. Le même phénomène pourrait d’ailleurs se produire chez les partisans de Bombardier ou d’Airbus dans l’éventualité où ils auraient à faire face à une situation semblable. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’un chirurgien n’est pas autorisé à opérer l’un de ses proches.

    Répondre
  • avril 22, 2019 à 11:16 am
    Permalink

    Malheureusement, mon choix de réponse n’apparaît pas dans la liste.

    Historiquement, j’ai toujours admiré Boeing et ses produits. Mon premier modèle réduit d’avion de ligne à coller quand j’étais enfant fut un gracieux 737-200; il y a belle lurette! Mes premiers vols de voyage ont été sur des 737. J’ai piloté un simulateur de 737 pendant une heure et demi avec un immense plaisir, car piloter un tel avion doit offrir des sensations extraordinaires. Avec le traditionnel « yoke », la roue de trim automatique qui s’emballe sans cesse à basse vitesse, le bruit des moteurs et la grande manœuvrabilité de l’avion… c’est magique. Vraiment, un appareil admirable… mais d’un autre temps. Demandez à n’importe quel pilote s’il préfère les sensations d’un vintage ou celles d’un computer volant, la réponse ne se fera pas attendre!

    Mais, j’ai également toujours aimé les produits de Bombardier aéronautique. Je suis en admiration profonde devant ces prouesses d’ingénierie. Je connais plusieurs personnes qui y ont travaillé. Je peux témoigner personnellement de leur haut degré d’intégrité et de professionnalisme. Je suis particulièrement fier du CSeries; un vrai chef-d’œuvre!

    Oui, les conflits entre ces deux entreprises m’ont très marqué. C’est pour moi l’expression de la folie qui sous-tend les guerres. Mais ce type de folie, qui n’hésite pas à sacrifier la vie humaine, s’est soudainement répercuté sur de simples voyageurs humanitaires en Éthiopie. C’est là que je débarque!

    Le 737 MAX 8 n’est pas un avion comme les autres. Il est le pauvre résultat d’une guerre commerciale qui a poussé Boeing à faire de sérieux compromis (pour ne pas dire plus) sur la sécurité des voyageurs.

    Je pense effectivement que le MAX 8 établie une nouvelle norme pour les accidents futurs. À l’avenir, les enquêteurs devront considérer si des aspects criminels ont joué un quelconque rôle dans la tragédie. Une nouvelle donne s’introduit donc dans le processus. C’est la grande innovation de cet avion dans le monde de l’aviation civile. Les répercussions sont considérables.

    Répondre
  • avril 22, 2019 à 11:18 am
    Permalink

    Version abrégée de Madame la Marquise:

    Tout va très bien, Madame la Marquise, tout va très bien. Pourtant, il faut que l’on vous dise, on déplore un tout petit rien : un incident, une bêtise, la mort de votre jument grise. Elle a péri dans l’incendie qui détruisit vos écuries. Si l’écurie brûla, Madame, c’est que le château était en flammes. Apprenant qu’il était ruiné, à peine fut-il revenu de sa surprise que Monsieur le Marquis s’est suicidé, et c’est en ramassant la pelle qu’il renversa toutes les chandelles, mettant le feu à tout le château qui se consuma de bas en haut ; le vent soufflant sur l’incendie, le propagea sur l’écurie, et c’est ainsi qu’en un moment on vit périr votre jument ! Mais, à part ça, Madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien.

    Version américaine de Madame la Marquise:

    https://www.youtube.com/watch?v=pdFl__NlOpA

    Répondre
  • avril 22, 2019 à 12:12 pm
    Permalink

    @André: « Là je suis stupéfait de lire ce que tu viens d’écrire. Mais s’il n’y a pas de problème avec la poussée des moteurs alors qu’elle est l’utilité du MCAS? »

    Le MCAS n’existe pas. C’est une invention des journalistes pour faire vendre de la copie. La rumeur a d’abord été propagée par Airbus qui était incapable de compétitionner avec son misérable A320 qui n’a même pas de câbles et de poulies afin de pouvoir actionner le stabilisateur en cas de panne électrique.

    Boeing est la compagnie la mieux gérée au monde. Il n’y a qu’à voir le prix de l’action pour s’en convaincre. Pour ce qui est des plus gros moteurs sur le Max il faut comprendre qu’ils apportent davantage de stabilité au 737 que sur les modèles précédents. C’est une simple question de physique. Mais ce serait trop long à vous expliquer.

    Si les passagers du vol précédent le crash de Lion Air ont senti une odeur de brûlé dans la cabine cela n’était dû qu’à un inoffensif court circuit dans la cafetière. Pour ce qui est de la fumée qui s’échappait de l’arrière de l’appareil d’Ethiopian avant de s’écraser il s’agit d’une fausse rumeur qui s’est répandue suite à ce qu’a rapporté un témoin illettré d’un pays du tiers monde.

    Entre temps j’ai appris de source sûre, car je suis très branché sur Boeing, que le 737 Max sera de retour en service dès la semaine prochaine et les pilotes pourront se qualifier suite à un entraînement de deux minutes sur une montre Apple.

    Répondre
    • avril 22, 2019 à 9:42 pm
      Permalink

      Le MCAS est un allume cigarette pour non fumeur …

      Répondre
  • avril 22, 2019 à 12:44 pm
    Permalink

    Dans la pratique, il sera impossible de clore la saga MAX 8 dans un court délais.

    Il faudra un consensus des différentes agences internationales, la mise en œuvre d’une solution qui satisfasse tout le monde.
    Pour regagner la confiance du public voyageur, ce consensus est indispensable. Personne ne se collera à une décision partagée lorsqu’il est question de sa sécurité personnelle.

    Aussi, je doute que l’avion puisse être certifié dans un pays et pas dans l’autre. Il s’agit d’un long-courrier à très large usage et dont le succès commercial repose sur le volume de vente et l’accessibilité sociale.

    Ce ne sera pas simple. Il faut également considérer l’ampleur des enquêtes. Celles-ci débordent le cadre habituel des enquêtes d’accident.

    Si le CSeries se définissait comme un « market disruptors », le MAX 8 peut se définir comme un « agency disruptors ».

    Répondre
    • avril 22, 2019 à 3:56 pm
      Permalink

      @VV :
      Si tu permets, je pense comprendre un peu ton point de vue.

      En gros, il est impossible d’éviter à 100% les défaillances mécaniques, d’éviter à 100% les erreurs de pilotage, d’éviter à 100% les erreurs de conception ou d’entretien. Ça, personne ne peut le réfuter, c’est admis comme une norme. Il y aura infailliblement d’autres accidents. Aucun opérateur ni aucun constructeur n’est à l’abris. C’est la définition même d’une « norme ». On aura beau mettre toute notre science et nos compétences au service de la sécurité, il y aura tout de même des accidents.

      Voilà le mot clé : accident.

      Le cas unique du MAX 8 échappe à cette « norme » liée au concept « accident ». Car, dans le cas du MAX 8, les accidents de Lion Air et d’Ethiopian Airlines sortent de la norme définissant un accident. On ne parle pas ici de négligence ou d’erreur, mais de bien d’autres choses. Je pense que c’est tout à fait hors norme.

      Ceci-dit, je suis bien d’accord avec toi lorsque tu anticipes des changements importants dans la perception des futurs catastrophes aériennes.

      Répondre
  • avril 22, 2019 à 6:26 pm
    Permalink

    Si tout ce qui est rapporté dans cet article s’avère véridique, Boeing n’est pas sortie du bois :
    https://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/apres-le-737-max-un-autre-boeing-presente-des-failles-compromettantes-pour-la-securite-de-l-appareil-5cbc5970d8ad586a5aa18b73

    Je sais que ça peut arriver qu’on ne fasse pas un travail à 100% de qualité. Il arrive qu’une pièce d’importance secondaire soit rivetée un peu croche, reprise, puis finalement retouchée pour pas que ça paraisse. Ça peut arriver, et ça arrive. Normalement, le travail est inspecté et on cherche à réduire au maximum ce genre d’incident.
    Dans le cas de Boeing, il semble que ce soit la culture même de l’entreprise qui est défaillante. Un problème systémique.

    Répondre
    • avril 23, 2019 à 5:50 am
      Permalink

      J’espère qu’ils ne sont pas pressé, car le C919 ne sera pas certifié EASA avant plusieurs années. Ils auraient de meilleurs chances le MC-21 russe selon moi…

      Répondre
      • avril 23, 2019 à 10:53 pm
        Permalink

        Nouvelle très intéressante. AirBaltic est le meilleur ambassadeur du A220. Il s’agit également de 2 low cost. South West a présentement dans sa flotte 513 B737-700 de 143 places, 207 B737-800 de 175 places et 33 B737 MAX8 de 175 places. En commande 217 B737 MAX8 et 30 B737 MAX7. Les A220-300 d’airBaltic ont 145 places. Le 737 MAX7 ne sera probablement jamais certifié et ne fait pas le poids par rapport au A220, il serait logique qu’il remplace dans un premier temps la commande de MAX7 par des A220-300. Le fait que AirBaltic adore l’A220 CSeries au point de transformer leur flotte en tout A220 est de bonne augure. SW ne peut remplacer plus de 500 avions de 143 places par des avions de 175 places. Airbus a une opportunité de faire une incursion chez SW. Cette dernière pourrait opter pour des locations avec équipages. Airbaltic a des options pour 30 A220. De plus il y aura 2 autres low coast ( Jet Blue et Moxy) avec des A220. SW tient au tout 737, mais Boeing ne peut lui fournir ce qu’elle a besoin. L’association des pilotes semble voir d’un bon oeil l’arrivé du A220. Il ne faut pas mettre tous nos œufs dans le même panier surtout quand le panier présente des failles.

        Répondre
        • avril 24, 2019 à 3:05 pm
          Permalink

          Sur le lien précédent de Louis.
          Un article révélateur de l’ampleur du malaise causé par la saga MAX. Pour braquer Southwest, il en faut pas mal! Voici un extrait et sa traduction Google Chrome :
          “The memo clearly channeled a degree of anger from pilots regarding the MCAS, particularly how it was never mentioned in pilots training and wasn’t even in the MAX flight manuals. Weaks said, “Boeing will, and should, continue to face scrutiny of the ill-designed MCAS and initial nondisclosure of the new flight control logic,””
          « La note de service a clairement canalisé une certaine colère des pilotes à l’égard du MCAS, en particulier du fait que cela n’a jamais été mentionné dans la formation des pilotes et même dans les manuels de vol du MAX. Weaks a déclaré: «Boeing continuera et devra continuer à faire face à l’examen minutieux du MCAS mal conçu et à la non-divulgation initiale de la nouvelle logique de contrôle de vol», »

          Répondre
  • avril 24, 2019 à 11:03 am
    Permalink

    Le PDG de Boeing semble sur un nuage non motoriser depuis le premier crash du B737 Max en 2018 et son nuage se raproche de la lune depuis le deuxième crash en mars 2019. J’espère qui a pas oublier son parachute quand il va retomber dans le parking de l’usine Boeing dont il pourrait bien retrouver son bureau avec un nouveau occupent ayant son titre de PDG ????? ……..https://airlinerwatch.com/boeing-expects-the-faa-to-approve-its-updated-anti-stall-software-by-mid-may/

    Répondre
    • avril 24, 2019 à 6:44 pm
      Permalink

      GM
      Article intéressant.
      N.B. Une portance accrue des nacelles de moteurs ou une traînée supplémentaire sur les ailes occasionnée par les moteurs, le résultat sera le même : un cabrage exponentiel pouvant entraîner un décrochage abrupt.

      Répondre
      • avril 24, 2019 à 11:08 pm
        Permalink

        J’ai le feeling que les moteurs ont été pivoter vers le haut de quelques degrés. Ça c’est en plus du relèvement du train avant ainsi que du repositionnement vers le haut et à l’avant des moteurs pour une garde au sol sécuritaire. Et tous ça a bousillé le comportement en montée de l’avion.

        Répondre
  • avril 24, 2019 à 4:31 pm
    Permalink

    Gros problème d’acceptabilité sociale pour le MAX :
    « Le Boeing 737 est un cheval de bataille populaire pour les compagnies aériennes du monde entier. Toutefois, après le deuxième crash du modèle Max remanié, un sondage mené par Business Insider suggère que 53% des adultes américains ne veulent jamais voler à bord d’un 737 Max, même une fois que cela est considéré comme sûr. »
    “The Boeing 737 has been a popular workhorse for airlines around the world. But after the second crash of the revamped Max model, a poll conducted by Business Insider suggested 53 per cent of American adults never want to fly on a 737 Max, even once it’s deemed safe to do so.”
    https://www.cbc.ca/news/business/the-national-737-max-boeing-1.5107529

    je t’en ai volé une Louis 😉

    Répondre
    • avril 24, 2019 à 7:38 pm
      Permalink

      Marcel C. comme punition tu devra continuer à alimenté le site Les Ailes et de commenter pour les 20 prochaines années. D’ailleur je trouve que tes commentaires sont de bonne compréhensions. Tous les textes qui provients de différents médias électroniques et que je re-publies sur le présent site les ailes, faut pas se gêner pour en commenter le contenu. C’est comme çà que le site Les Ailes du Québec và devenir un incontournable pour ceux que le secteur aéronautique/aérospatiale intéresse. 👀👀

      Répondre
    • avril 24, 2019 à 11:11 pm
      Permalink

      Disons que si l’avion retourne en service un jour et bien les gens auront tout oublier 3 mois plus tard. Évidemment si il n’y a pas d’autres petits problèmes comme un crash entretemps …

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.