Airbus : 3 500 licenciements de moins en France

Pour partager cette publication :

Le 30 juin dernier, Airbus avait annoncé un plan mondial visant à éliminer 15 000 emplois au sein du groupe. Puis l’entreprise a entrepris des démarches avec les syndicats européens. L’objectif d’Airbus et des syndicats était d’éviter les licenciements de salariés. Les discussions ont donc permis de trouver un accord entre la compagnie et les syndicats Force-Ouvrière et la CFE-CGC. Ces deux syndicats représentent les employés d’Airbus en France. Plusieurs médias français ont confirmé                                                                                                                                                                                 la nouvelle malgré l’absence d’un communiqué de presse d’Airbus.

Au départ, le géant avait besoin d’éliminer 5 000 postes en France en incluant ses filiales Stelia et ATR. Environ 4 300 postes étaient en jeux chez Airbus dont 3 400 à Toulouse. L’entente prévoit 1 000 départs à la retraite anticipée dont les coûts sont à la charge de l’employeur. Le nombre de salariés éligibles à l’activité partielle longue durée sera augmenté de 1 500. 400 personnes seront éligibles au programme de départ pour création d’entreprise. Enfin, 600 personnes seront affectées au programme de développement de l’avion vert. Il resterait donc 800 emplois à éliminer chez Airbus en France mais parmi des employés non syndiqués. 

L’entente prévoit également une révision des résultats en décembre 2020 et en mars 2021. Si les programmes mis en place n’atteignent pas les objectifs visés, d’autres mesures devront être examinées. Pour leur part, les syndicats considèrent avoir atteint leur objectif d’éviter les licenciements de leurs membres. 

Notez que cette entente n’a aucun impact sur les employés d’Airbus Canada à Mirabel. Le fabricant de l’A220 a toujours comme objectif d’augmenter la cadence de production à quatre appareils par mois d’ici décembre.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

8 réflexions sur “Airbus : 3 500 licenciements de moins en France

  • octobre 13, 2020 à 9:39 am
    Permalink

    Je ne suis pas certain qu il y aura augmentation de cadance sur l a220 avec la nouvelle cédule ms 20 …

    Répondre
  • octobre 13, 2020 à 10:13 am
    Permalink

    Parlant d’Airbus, dans la dernière mise à jour du carnet de commande, on voit que Macquarie a annulé 3 A220-300, passant de 40 à 37.

    Répondre
  • octobre 13, 2020 à 11:38 am
    Permalink

    En France il n’y a pas vraiment la différence entre les employés syndiqués ou pas syndiqués.

    La notion de syndicat en France n’a rien à voir avec le syndicalisme à la mode américaine du nord.

    Répondre
    • octobre 14, 2020 à 7:13 am
      Permalink

      C est partiellement vrai.

      On n’est généralement pas syndiqué dans le privé pour la simple raison que les avantages sociaux sont négociés au niveau nationale pour chaques branches (convention collectives).

      Ceci dit, depuis un certain nombre d années, les syndics peuvent négocier par entreprise des accords de compétitivité, donc des réductions d avantages sociaux par rapport au niveaux national pour que l activité soit compétitive par rapport au coût du travail à l étranger.

      Donc en fait c est la logique inverse à ce qui se fait ici.

      Répondre
    • octobre 14, 2020 à 7:22 am
      Permalink

      Oui, par contre les accords s appliquent à tout le monde.
      L appartenance au syndic ne change rien. Et en générale, être syndicalise est plus un acte d appartenance politique.
      Comme historiquement c est au niveau nationale, il y a beaucoup de politique dans tout ça (sans compter les origines communistes du syndicalisme).
      Oui parce-que ici vous les diabolisez, sauf qu’ on doit aux cocos les ongés payés 😋.

      Par contre on fait la différence entre cadre et non cadres.

      Répondre
      • octobre 14, 2020 à 3:26 pm
        Permalink

        Mais c’est quand même plus compliqué de virer un salarié syndiqué qu’un non-syndiqué.

        Répondre
        • octobre 14, 2020 à 8:08 pm
          Permalink

          C est le premier sur la liste tu veux dire 😋.
          Non je ne sais pas. Je n’ ai jamais vu de syndiqué dans le privé. Cela ne concerne que les grandes entreprises et c est environ 8%…
          Autant dire que c est pas bien vue…

          Répondre
        • octobre 15, 2020 à 3:24 pm
          Permalink

          Les seules qui sont entre guillemets protégés sont les délégués. Les autres employés membre du syndicat sont traités comme d’autres employés.

          Les syndicats en France font partie de la force du progrès. Donc ils peuvent très bien être d’accord pour des licenciements si c’est vraiment nécessaire.

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *