Air Canada-Transat A.T. le prix passe à 5 $ l’action.

Pour partager cette publication :

Air Canada-Transat A.T. annoncent une révision de l’entente d’acquisition de Transat A.T. par Air Canada. Ainsi, Air Canada offre aux actionnaires de Transat- A.T. de payer 5 $ l’action au lieu de 18 $. La nouvelle entente offre également de convertir les actions de Transat A. T. en actions d’Air Canada. Le taux de conversion est de 0,2862 action d’Air Canada par action de Transat A.T. Ce taux d’échange accorde donc à l’action d’Air Canada une valeur de 17, 47 $.  Le montant total de la transaction Air Canada-Transat est maintenant évalué à environ 190 M $. Les deux parties disent qu’il s’agit d’une entente négociée qui reflète la nouvelle réalité suite à la pandémie. Elle doit cependant être approuvée par les actionnaires de Transat A.T. 

Transat A.T. a la possibilité d’annuler l’entente si elle reçoit une offre supérieure à 6 $ l’action. La pénalité serait alors de 10 M $ si Air Canada n’égale pas l’offre. Mais si Transat met fin à l’entente suite à l’obtention d’une aide gouvernementale, la pénalité sera alors de 30 M $. De son côté, Air Canada versera 30 M $ de pénalité à Transat si elle invoque le rejet de la transaction par les autorités gouvernementales pour annuler l’entente. La nouvelle entente fixe également le 15 février 2021 comme date butoir pour l’obtention des approbations règlementaires. Enfin, la nouvelle entente autorise Transat à mettre en place une facilité de crédit de 250 M $ additionnels. C’est la Banque Nationale qui est le créancier. 

L’analyse

La révision à la baisse de cette entente ne surprend personne, car la COVID-19 a changé la donne. La valeur de 5 $ l’action reflète la perte de valeur moyenne pour l’ensemble de l’industrie du transport aérien. Le 14 janvier dernier, l’action d’Air Canada valait 52,01 $. La valeur de 17,47 $ établie dans la nouvelle entente représente donc une baisse de 66 %. Il faut également se souvenir qu’au mois de mars 2019, l’action de Transat A.T. se transigeait à 4,66 $. Ce n’est qu’après l’annonce d’une première offre que le prix a grimpé. L’offre actuelle replace donc la valeur de Transat à ce qu’elle était à l’hiver 2019. 

Pour ma part, j’ai toujours considéré que la transaction Air Canada-Transat A.T. était pertinente. La pandémie ne fait que la rendre encore plus importante. Cette nouvelle entente souligne à quel point Air Canada y tient. Il reste maintenant aux actionnaires de Transat de décider si eux ils tiennent encore à la transaction Air Canada-Transat A.T. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

35 réflexions sur “Air Canada-Transat A.T. le prix passe à 5 $ l’action.

  • octobre 10, 2020 à 3:16 pm
    Permalink

    Faudrait être fou pour refuser cette offre, même si elle est beaucoup moins généreuse que la précédente, c’est ça ou la faillite selon moi. À moins que le gouvernement intervienne mais il ne faut pas compter la dessus.

    Répondre
  • octobre 10, 2020 à 4:55 pm
    Permalink

    Air Canada arrive tout de meme a se payer le luxe d’acheter le groupe Transat, alors meme qu’elle a licencié 20 000 personnes, et surtout qu’elle refuse la ssuc pour ses employés. Quel scandal!

    Répondre
    • octobre 10, 2020 à 5:43 pm
      Permalink

      C’est faux

      https://www.lesoleil.com/actualite/covid-19/air-canada-espere-reembaucher-16-500-travailleurs-grace-a-la-subvention-salariale-e8bda7bec314e9e5777ce5d77cd30b94

      Transat ne vaut plus rien à part quelques actifs intéressant (et encore les avions récents sont tous en location), ce n’est qu’une question de temps avant la faillite, même si les vols reprennent demain, la plupart de ses clients seront des voyageurs avec des crédits voyages, donc peu de nouveaux revenus même s’il y avait reprise. Idem pour Sunwings.

      Répondre
      • octobre 10, 2020 à 6:48 pm
        Permalink

        Voilà e nouvelle intéressante

        Répondre
      • octobre 10, 2020 à 7:17 pm
        Permalink

        Je suis un des pilotes de la compagnie, Air canada a choisi de sortir de la ssuc le 4 Juillet, mais ca personne n’en parle… Skyregional (air canada express) ont egalement fait le choix de sortir de la ssuc, seul Jazz dans la famille Air canada continu sur la SSUC.

        Répondre
      • octobre 12, 2020 à 8:37 pm
        Permalink

        Bonjour Nicolas,

        Votre article date d’Avril 2020et n’est donc plus d’actualité.

        Bonsoir,

        Paquette, Antony G.

        Répondre
        • octobre 12, 2020 à 9:53 pm
          Permalink

          Effectivement, mon erreur, la date que j’ai vu était celle du jour et non la date de l’article.

          Répondre
    • octobre 11, 2020 à 10:34 am
      Permalink

      Le problème avec M. Girard c’est qu’il critique tout le temps; si Québec prend le contrôle de Transat A.T., il sera le premier à critiquer sa gestion et son mauvais rendement dès qu’il y aura un problème.N’oublions pas qu’il a dénoncé cette transaction alors qu’Air Canada offrait beaucoup plus. peut importe l’offre d’Air Canada c’est jamais assez aux yeux de M. Girard. D’ici le vote des actionnaires de Transat, il va probablement déchirer sa chemise en publique à quelques reprises. Mais les dirigeants d’Air Canada et les actionnaires de Transat n’en on rien à cirer des opinions de M. Girard.

      Répondre
  • octobre 11, 2020 à 9:08 pm
    Permalink

    C’est n’importe quoi cette sommes, 5$ l’action, qui accepterait cela. Je suis que les gros actionnaires vont refuser la proposition. En tout cas, moi quand ils vont m’envoyer la proposition, je vais la refuser !!!

    Répondre
    • octobre 12, 2020 à 9:23 am
      Permalink

      Donc qu’est ce qui est le mieux, de tout perdre car la faillite sera inévitable à moyen terme. Peut-être que prendre une petite perte est mieux que de ne plus rien avoir du tout à la fin. Aussi, je pense que l’option d’avoir des actions de AC peut être une autre option de récupérer un peu d’argent sur le long terme.

      Répondre
      • octobre 12, 2020 à 1:13 pm
        Permalink

        Surement qu’Air Canada va rebondir dans x x nombres d’années avec l’achat de Transat A/T. Cette ligne aérienne canadienne sera en bien meilleur position pour faire face à d’éventuels compétiteurs et ces actions vont surement remonter vers des sommets inégaler. Les actionnaires de Transat qui accepteront cette échange d’actions pour ceux d’Air Canada seront en bien meilleurs position pour récupérer leurs pertes et plus. ***Malheureusement sa va prendre quelques années, ça c’est sûr contenu de cette pandémie qui perdure***. Pour ceux qui en voyant uniquement un beau profit vite fait en achetant des actions de Transat à plus ou moins 10$ sans évaluer les risques à cour terme en faisant des prêt ou hypothéquant leurs propriétés pour eux sa sera pas facile, ça c’est sûr aussi. En refusant l’offre d’Air Canada la perte temporaire deviendra une perte permanente si le transporteur canadien ne peu conclure cette achat. Faut faire preuve d’inconscience collective de la part d’un journaliste qui publie des articles dit économique à saveur patriotique. Drôle de patriotisme de la part de ce journaliste qui aimerait faire échec à cette transaction Air Canada/Transat en faisant prendre un réel risque aux actionnaires de Transat de tout perdre en bout de ligne. C’est une opinion personnelle mais c’est ce en quoi je crois.

        Répondre
  • octobre 12, 2020 à 10:42 am
    Permalink

    Il est évident que personnes et aucunes institutions Québécoise ne va risquer un seul dollar dans Transat A/T après à voir lu l’article du journal le Soleil publier ci-haut. Surement pas PFK le patron du journaliste Michel Girard malgré sa « cabale » journalistique. Avant la pandémie sa aurait peut-être eu du sens et pas sûr non plus. Dommage que ce journaliste n’a pas « cabalé » en faveur de Bombardier entre 2015 et mars 2020 pour inciter les institutions privés et publiques d’investir massivement dans le capital action de l’avionneur Québécois. Bombardier aurait pas été obliger de vendre une très grande parti de son patrimoine pour sauver la division business jets sauf les programmes en fin de vie probablement. Les programmes C Serie et celui des Global en particulier avait de bonne chance de devenir les nourricières financière de l’avionneur. Jamais trop tard pour rétropédaler et commencer une « cabale » en faveur de Bombardier.

    Répondre
    • octobre 12, 2020 à 10:30 pm
      Permalink

      L’article du journal le Soleil ci-haut date de 08 avril 2020. Sa change rien à la situation actuel de Transat A.T qui ne c’est pas améliorer de manière notable depuis avril. Vendredi 09 octobre l’action à fermer à 3,83$ et Air Canada offre 5,$ si les actionnaires de Transat l’acceptent quand ils seront appeler a voter dans les prochains mois. Faudrait pas être surpris que l’action de Transat va continuer de descendre d’ici à la conclusion de cette vente à Air Canada. Mais l’offre d’Air Canada demeurera quand même à 5,$ de ce que je comprend. Surement que l’idéal serait qu’Air Transat continu son parcours seul, mais la réalité économique est venu changer cet itinéraire et encore plus depuis cette pandémie. C’est quand même mieux que risquer une faillite ou assister à une vente de feu. Même avec un appel au patriotisme économique d’un journaliste, il serait plus que surprenant que d’autres actionnaires Québécois ou Canadien puissent offrir plus qu’Air Canada en actions et avec plus de garanties financières.

      Répondre
  • octobre 12, 2020 à 2:11 pm
    Permalink

    Sait-on si les crédits voyages acquis avec Air Transat seront récupérables auprès de Air Canada ?

    Répondre
    • octobre 12, 2020 à 2:23 pm
      Permalink

      Ça j’en doute, mais il seront toujours utilisable avec Air Transat. par contre il se pourrait que les passagers d’Air Transat aient accès au programme de récompenses aéroplan. De plus, AT fera maintenant partie de Star Alliance et il serait alors possible de faire des réservations avec correspondances dans les pays où il y a des compagnies membres.

      Répondre
  • octobre 12, 2020 à 4:58 pm
    Permalink

    À deuxième vue.. dans les circonstances actuelles, celà semble un bon deal pour les actionnaires Transat et pour Air Canada qui semble  »sauver » la compagnie et le branding Transat.

    Si la transaction s’était conclu en début d’année, AC aurait rayé cet investissement de ces livres.

    Comme l’a fait Delta avec son investissement dans AeroMexico (51% pour 49% des votes), LATAM (20%, annoncé en début d’année) tous deux présentement sous la protection du Chapitre 11. La valeur de leur participation dans Virgin Atlantic (49%) est maintenant établi à 0. (INfo venant des Etats financiers de Juin 2020)

    Bref, plusieurs milliards rayés.. un sale temps pour l’aviation..

    Lâchez pas!

    Répondre
    • octobre 13, 2020 à 4:27 pm
      Permalink

      Oui mais… qui oserais investir dans une compagnie aérienne en ce moment?

      Répondre
  • octobre 13, 2020 à 5:54 pm
    Permalink

    À mon avis personne ne voudra ou pourra égaler l’offre d’Air Canada. Surement pas la Caisse de dépôt ou d’Investissement Québec qui sont toujours soumis à la dimension politique quand il vient tant de faire un investissement risquer de cette nature. La pandémie à radicalement changer la donne, faut bien le reconnaître. Ce mardi 13 octobre les acheteurs d’actions semblent près à refaire confiance à Air Canada avec sa nouvelle proposition. Faudrait pas être surpris que l’action redescendre de nouveau dans les prochains jours/semaines. …http://lesaffaires.com/bourse/nouvelles-economiques/l-action-de-transat-decolle-mardi-matin/620358

    Répondre
    • octobre 14, 2020 à 2:49 am
      Permalink

      Sa semble une manière polie du premier ministres et autres investisseurs publiques de dire non pas intéressés.
      En 2019 François Legault avait manifester sa préférence pour Air Canada, pas de doute que ça sera encore son choix. Quand un journaliste lui à poser la question mardi 13 octobre devant les caméras de télévisions il semblait assez clair dans sa préférence pour Air-Canada en insistant pour mentionner que c’était une compagnie Québécoises avec son siège social au Québec. ….http://journaldequebec.com/2020/10/14/quebec-pret-a-aider-un-autre-investisseur-quair-canada

      Répondre
  • octobre 13, 2020 à 10:28 pm
    Permalink

    Je vous lis et je crois qu’il y a une chose qu’il faut considérer : Vaccin

    Les Russes l’ont déjà et il marche bien semble-t-il, une compagnie Américaine en a développé un aussi, ils attendent le GO de la FDA et ils ont déjà des millions de doses en stock. D’autres compagnies sont presqu’en phase d’en déployer massivement. La planète biotech a tourné ses budgets de recherche là dessus.

    Si 5$ aujourd’hui vous semble une bonne offre, imaginons ce que ça vaut le lendemain de l’annonce du vaccin. Ici on parle de Air Transat mais ça vaut pour toutes les compagnies aériennes. Les gens qui voyageaient ont maintenant une rage de voyager. Imaginez le prix des billets quand la demande va exploser et que l’offre aura fondu. Ce n’est qu’une question de mois.

    Répondre
    • octobre 14, 2020 à 7:24 am
      Permalink

      Je suis tout à fait d’accord pour dire que la demande va reprendre une fois que le vaccin sera disponible pour tous. Mais il ne faut pas oublier qu’il y a une récession économique et que par conséquent il faudra du temps avant que la demande revienne à ce qu’elle était avant.

      Pour le vaccin: personne ne veut de celui des Russes, du moins tant qu’il n’aura pas fait ses preuves. Pour ce qui est des vaccins sur le point d’être approuvé, ce ne sera pas avant la fin de 2020. D’ailleurs, Johson & Johnson vient de suspendre ses essais qui arrivaient à la phase trois car une complication est survenu sur un patient. https://www.cnn.com/2020/10/12/health/johnson-coronavirus-vaccine-pause-bn/index.html Donc le fait d’être à la phase trois des essais cliniques ne garantie en rien que le vaccin sera approuvé.

      Une fois qu’un vaccin sera approuvé, ce ne sont pas des millions de doses dont nous aurons besoin, mais des milliards (7 pour être précis) afin de vacciner la planète. Ce n’est qu’une fois que la population du pays de départ ainsi que celle du pays de destination sera vaccinée que la libre circulation reprendra entre les pays. L’évaluation de l’IATA me semble donc exacte: pas retour à la rentabilité avant 2022.

      Répondre
      • octobre 14, 2020 à 11:13 am
        Permalink

        Oui, mais on parle ici du prix des actions, et celui-ci n’a souvent rien à voir avec la valeur d’une compagnie mais bien plus avec ses perspectives futures.

        Exemple: Tesla n’a jamais fait une cenne de profit et sa valeur boursière est supérieure à celle de ses concurrents qui ont pourtant un siècle de rendement derrière eux.

        Quand le vaccin aura été annoncé comme étant approuvé et disponible, le ciel va se dégager et les actions de toutes les compagnies encore en vie vont monter avant d’administrer la première dose.

        Répondre
        • octobre 14, 2020 à 12:20 pm
          Permalink

          Excellent point sur la valeur des actions.

          Répondre
        • octobre 15, 2020 à 10:31 pm
          Permalink

          Même s’il y a un vaccin, comme André dit, ça prendra des années avant de revenir au niveau pré-COVID. Les transporteurs américains par exemple ont réduits leurs taille au niveau de 2009, il faudra reconstruire les flottes pour revenir au niveau de l’an dernier, ce qui prendra des années.

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *