Airbus ne veut plus de Qatar comme client

Pour partager cette publication :

La dispute qui oppose Airbus et la compagnie aérienne Qatar Airways vient de prendre une nouvelle direction. En effet, le fabricant a confirmé hier avoir annulé la commande de 50 A321neo de la compagnie qatarie. 

Origines de la dispute

C’est en janvier 2015 que l’A350 est entré en service avec son client de lancement Qatar Airways. Il semble que les premiers problèmes d’écaillement de la peinture sur l’A350 aient été rapportés à la fin de 2016 par Finnair. Mais c’est en juin 2021 que la discorde entre Airbus et Qatar devient publique. Le PDG de la compagnie aérienne, Akbar Al Baker (surnommé Ali le demi-tour dans l’industrie) déclare alors son mécontentement face à l’A350. Il menace de suspendre la réception d’A350 s’il n’obtient pas satisfaction. Lors de cette déclaration publique, il souligne également que Qatar Airways est actionnaire de deux gros clients d’Airbus IAG et LATAM. Si Qatar n’obtient pas un règlement qui lui convient, les relations commerciales d’Airbus avec ces deux autres clients pourraient être affectées. Du moins c’est ce qu’affirme M. Al Balker. 

Puis le 6 août 2021, l’autorité de l’aviation civile du Qatar interdit de vol 13 A350 en lien avec le problème de peinture. Selon ce qui est alors mentionné, l’écaillement de la peinture expose le fuselage en fibre de carbone. Ce matériel est sensible aux rayons ultraviolets et se dégrade rapidement lorsqu’il y est exposé. Qatar suspend alors la réception de nouveaux A350. 

Au moins six autres compagnies aériennes ont connu des problèmes de peinture similaires à ceux de Qatar sur l’A350 : Air France, Cathey Pacific, Delta, Etihad, Finnair et Lufthansa. Mais toutes réussissent à gérer le problème et à garder les avions en vol. En décembre dernier, Qatar inscrit une cause en cours à Londres contre Airbus et lui réclame plus de 600 M$. C’est cette semaine qu’Airbus confirme l’annulation de la commande de 50 A321neo.

Le problème

Le fuselage de l’A350 est fait de fibre de carbone qui est légère et résistante. Mais ce matériel est très mauvais conducteur d’électricité. Lorsqu’un avion est frappé par un éclair il doit être en mesure de conduire la charge électrique pour qu’elle retourne dans l’air. En moyenne, un avion est frappé par la foudre une fois par année. La présence d’un dispositif de protection est donc essentielle. Les fuselages en alliage d’aluminium sont conducteur et serve de paratonnerre en quelque sorte. 

Dans le cas du fuselage en fibre de carbone de l’A350, Airbus y rajoute un revêtement. Il s’agit en fait d’un très mince treillis conducteur. C’est là où se trouve le treillis que la peinture du fuselage écaille. La différence de dilatation thermique entre la fibre de carbone et treillis serait en cause. Plus la peinture d’un appareil est exposée à de grands écarts de températures, plus elle aurait tendance à s’écailler. Normalement, un enduit protecteur est applique sur la fibre de carbone avant sa livraison à la ligne d’assemblage.

L’agence européenne de régulation et les autres qui ont analysé ce problème n’y voient aucun enjeu de sécurité. 

Les conséquences pour Airbus

Airbus fait donc face à une poursuite de 618 M$ à laquelle s’ajoutent des frais de 4 M$ par jour. Ces frais sont pour les 20 A350 maintenant interdit de vol au Qatar. L’annulation de la commande de 50 A321neo n’est vraiment pas un inconvénient pour Airbus. C’est cette version qui est la plus populaire de la famille A320neo. La commande comprenait entre autres, 10 A321XLR qui est très en demande. Les premières livraisons étaient prévues en 2023 et Airbus vient donc de libérer des créneaux. Elle pourra sans doute les revendre à un prix plus élevé que celui consenti à Qatar. Officiellement, la compagnie aérienne a toujours 19 A350-100 en commande.

Le PDG de Qatar est bien connu dans l’industrie pour ces coups de gueule et ses décisions radicales. Airbus envoie le message à toute l’industrie qu’il y a des limites à ne pas dépasser : la sécurité aérienne est un enjeu sensible qui ne devrait pas être utilisé dans une dispute commerciale. 

Les conséquences pour Qatar

Du 21 novembre au 17 décembre 2022, le Qatar recevra la coupe du monde FIFA. La compagnie aérienne fera donc face à une demande inégalée et aura besoin de tous les avions à sa disposition. S’il ne parvient pas à s’entendre avec Airbus, Ali le demi-tour va devoir trouver une solution. Il se pourrait bien que d’ici le mois de novembre, il fasse honneur à son surnom une fois de plus. Allez ! On passe au suivant !

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

5 avis sur “Airbus ne veut plus de Qatar comme client

  • janvier 22, 2022 à 2:50 pm
    Permalink

    @ Pierre Quesnel: Merci pour le lien.

    C’est pas très joli à voir, bien sur aucun fabriquant et ce peut importe le produit n’aime se voir exposé à la critique ouvertement, mais d’un autre coté il faut comprendre qu’un avion est un outil très coûteux et sa rentabilisation passe par son utilisation, le coup de gueule n’était peut-être pas de mise mais après avoir vu ces images on peut comprendre, surtout si le problème est connu depuis 2016 et n’est toujours pas réglé.

    Je ne comprend pas que les ingénieurs n’ai pas vu venir le coup, a peu près tout le monde qui a une légère compréhension des facteurs de dilatations savent que le composite est pratiquement invariable et que l’aluminium bouge pas mal, la suite me semble donc assez prévisible, non?

    Répondre
    • janvier 25, 2022 à 11:47 am
      Permalink

      Personne ne nie le problème. Ici Airbus hausse le ton parce que Quatar veut faire cracher Airbus alors que toutes les autres compagnies aériennes confrontées aux mêmes problèmes ont trouvé une solution à l’amiable.

      Répondre
  • janvier 23, 2022 à 8:18 am
    Permalink

    Les ailes du A220 et Multi Spoiler sont en composite et je n’ai jamais vu de telle photo comme les photos de Qatar

    Répondre
  • janvier 24, 2022 à 3:27 pm
    Permalink

    Le PDG de Qatar n’est certainement pas quelqu’un de facile pour négocier mais si l’on se fie au vidéo ça fait peur. C’est pas normal que le revêtement se dégrade autant; la conception de l’appareil aurait dû tenir compte de ces changements de température. Comment se fait-il que la même compagnie n’a pas un problème similaire avec les Boeing 787 qui ont un gros pourcentage de composites également dans leur construction? Les 787 sont, semblent-ils, mieux conçus. Voici d’autres liens:
    https://www.youtube.com/watch?v=MtimXzhsyAU
    https://www.youtube.com/watch?v=Bnu9eZ5JRWM

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.