Airbus se joint au consortium SAF+

Pour partager cette publication :

Airbus et le consortium SAF+ de Montréal annoncent la signature d’un protocole de collaboration.

Le consortium

SAF+ regroupe plusieurs grandes entreprises du secteur aérospatial ainsi que des centres de recherche québécois. Air Transat, Aéroport de Montréal, Polytechnique de Montréal et Aéro Montréal sont membre entre autres. L’objectif est de faire de Montréal une plaque tournante de l’aviation durable en Amérique du Nord. 

Le projet

En mai 2019, SAF+ avait été sélectionné pour être finaliste du Défi visez haut. Ce concours a pour but de favoriser le développement de combustible durable pour l’aviation.

SAF+ compte produire du carburant pour l’aviation à partir des rejets de CO² des grandes usines. Une fois capté, le CO² est recombiné avec de l’hydrogène en usine afin d’en faire du JetA. Cette méthode satisfait les attentes de l’économie circulaire. Aucun additif d’origine agricole n’est utilisée et l’hydrogène est obtenue à partir d’hydro-électricité. L’utilisation de ce carburant durable permet une réduction de 80 % des émissions ce CO².

La construction de l’usine pilote servant à faire la démonstration du concept est complétée. Elle est sur le point de débuter ses opérations alors que l’injection d’hydrogène est en cours. Le Défi visez haut requiert la production d’une quantité minimum d’ici la fin du mois d’août. Pour le moment, SAF+ s’affaire donc à remplir les exigences du concours. Par la suite, le consortium construira une usine dont la capacité sera de 30 millions de litres par année. SAF+ prévoit que c’est en 2025 que débutera la production industrielle. 

En juillet 2020, Air Transat s’est jointe au consortium et a signé une entente d’achat de la production. Il n’a pas été possible de savoir quels seront les quantités, mais le PDG du consortium, M. Jean Paquin, mention que ce sera important. 

L’implication d’Airbus

M. Paquin a souligné à grands traits l’importance de l’arrivée d’Airbus avec le groupe de partenaires. Il explique que la présence du géant européen ajoute beaucoup de crédibilité au projet. L’expertise de l’avionneur sera très utile lors des prochaines étapes. M. Paquin insiste pour dire que même si à court terme la contribution d’Airbus ne semble pas significative, elle le sera et surtout sur le long terme. 

Le responsable du programme New Energy d’Airbus, M. Steven Le Moing, explique la décision du fabricant : Airbus soutien le développement des énergies durables afin de relever le défi environnemental. Puisque l’aviation est une industrie globale, le succès des biocarburants passe donc par une présence mondiale. L’Avionneur veut donc s’assurer que des initiatives sont en cours partout sur la planète. SAF+ répondait aux critères d’Airbus, dont la présence de partenaires crédibles.

Pour l’instant, le fabricant fournira de l’expertise et des conseils sur le développement. Entre autres, il fera les contrôles de qualité afin de valider la conformité du Jet A produit par SAF+.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.