Bombardier Aviation annonce 2 500 mises à pied

Campagne de sociofinancement 2022
Faites une contribution (*) pour supporter les Ailes du Québec



(*) Veuillez noter que Les Ailes du Québec ne peut émettre de reçus pour fins d'impôt.
Pour partager cette publication :

La crise de la COVID-19 n’épargne personne dans l’industrie aérospatiale y compris les livraisons d’avions d’affaires de Bombardier. Face à une baisse anticipée de 30 % des livraisons au cours des 12 prochains mois, l’entreprise n’a d’autres choix; ainsi, c’est près de 2 500 emplois qui seront coupés principalement au Canada. 

Bombardier s’attend à comptabiliser une charge spéciale d’environ 40 M $ pour l’exercice 2020. La compagnie donnera plus de détails sur les perspectives de marché lors de la présentation de ses résultats trimestriels le 6 août. 

L’annonce de Bombardier n’est pas vraiment une surprise alors que toute l’industrie aérospatiale est au neutre. Les clients ne sont tout simplement pas en mesure de prendre livraison des avions commandés. Cette situation s’applique tant aux avions d’affaires qu’aux avions commerciaux. Dans les prochaines semaines, d’autres importantes entreprises aéronautiques présentes à Montréal devraient procéder à de telles annonces. 

L’absence d’une stratégie canadienne de l’aérospatiale commence également à se faire sentir alors que l’industrie est en détresse. L’absence d’une volonté d’agir et surtout le manque de vision d’Ottawa annonce des temps très durs pour l’industrie aérospatiale canadienne. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

20 avis sur “Bombardier Aviation annonce 2 500 mises à pied

  • juin 5, 2020 à 7:22 am
    Permalink

    La famille Beaudoin et les hauts dirigeants va encore se servir dans le plat de bonbons j espère que le gouvernement va leur retreindre leur envie, et leurs montrés que c est les jobs en priorités et non leurs payés des dividendes, comme dans les 3 dernières fois qu il on eu besoin du Québec pour survivre,sans ses employé(e)s,Bombardier ne peu exister mais à l inverse pas sûr.

    Répondre
  • juin 5, 2020 à 7:26 am
    Permalink

    ont a beau dire que le gouvernement manque de vision, c’est a l’interne le manque de vision. les managers n’ont aucune ouverture d’écoute pour la plus part je dirais. les employés se font barouetter d’un bord pis de l’autre. on s’accroche sur des stupidités qui font perdre du temps. le côté humain qui dit un employé heureux est un employé productifs ils ne comprennent pas ça. la c’est le covid qui nuit mais si yavait pas eux le covid saurait été autres choses. depuis des années que bombardier bouette ……ont vas s’en sortir comment?

    Répondre
    • juin 5, 2020 à 7:57 am
      Permalink

      Bien dit, ils se foutent des employées depuis longtemps

      Répondre
    • juin 5, 2020 à 10:17 am
      Permalink

      Apparement que c’est pire chez Gulfstream!!

      Répondre
      • juin 5, 2020 à 10:52 am
        Permalink

        On peut parler de Rolls Royce aussi qui a mis à pied 25% de ses employés.

        Répondre
  • juin 5, 2020 à 7:48 am
    Permalink

    Il faut aider les salariés qui ont oeuvré et travaillé dur pour que Bombardier soit ce qu’il est. Ils ont servis fièrement pendant que d’autres se sont servis sans scrupules et allègrement !! Bombardier ne serait rien sans ses salariés. Il faut leur rendre leur dignité humaine et la motivation pour continuer à exister, « être et durer »…Vive la France et vive le Québec !!

    Répondre
    • juin 5, 2020 à 2:02 pm
      Permalink

      On.annonce la fermeture.de departement mais pour y rentrer des sous contractant sans expérience et moin cher les haut dirigeants ont les poches pleine.et son.paumer.de.rire

      Répondre
  • juin 5, 2020 à 7:52 am
    Permalink

    En les laissant tomber et d’arrêter de courir après eux alors qu’ils ont besoin de mains d’oeuvres. Les bons employés doivent être respectés après tout c’est grâce à eux et non pas ceux qui travaillent dans les bureaux qui savent c’est quoi le travail dans l’usine.

    Répondre
  • juin 5, 2020 à 12:23 pm
    Permalink

    À force d’en virer il ne restera plus personne … quand le maître d’oeuvre d’une région s’en va, tout tombe dans la marginalité. Et avec l’effondrement de la demande d’avions pour 10 ans, les pays européens et les USA vont faire pression pour faire les choses chez eux.

    Répondre
    • juin 6, 2020 à 10:55 am
      Permalink

      Se servir de la covid pour finir leur plan de démolition c est fort .

      Répondre
    • juin 6, 2020 à 2:13 pm
      Permalink

      Oui c est le problème d avoir un donneur d ordre à l etranger.
      Quand tout va bien il maintient l activité, mais quand ça va mal il se replie sur sa base nationale, et personne ne peut l en blâmer.

      Ceci dit, pour l instant, stelia semble tenir sa position et fait rentrer tout le monde.

      Répondre
  • juin 5, 2020 à 12:53 pm
    Permalink

    C’est une bien triste nouvelle en effet, mais y a t’il aujourd’hui des gens surpris?

    Toute l’industrie à annoncé des mise à pieds, tout le monde est sur pause en attendant que l’ensemble des pays soit ré-ouvert.

    Les chaînes d’approvisionnement sont mises à mal, comment voulez vous terminer un avion quand il vous manque des morceaux?

    Beaucoup de fournisseurs sont incapable de livrer, certains pays étant encore touché soit par la pandémie ou par le confinement, imaginez les sous-assemblage fabriqué en Italie, en Espagne, ou plus proche au Mexique.

    Ça vous prend de l’aluminium, est ce que les alumineries sont en fonctions? Les fournisseurs sont capable de vous en fournir? De vous livrer?

    Notre industrie en est une internationale, il va falloir que tout le monde soit reparti pour pouvoir se relever.

    Bon courage à tous ceux et celles qui ont perdu leurs emplois

    Répondre
  • juin 5, 2020 à 6:53 pm
    Permalink

    Mais silence radio pour le Learjet assemblé a Wichita/USA.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.