Bombardier devrait surprendre encore en 2022

Pour partager cette publication :

2021 aura été une bonne année pour Bombardier qui a enfin réussi à reprendre le contrôle de ses finances. Le nouveau plan stratégique de l’entreprise table sur une augmentation des revenus ainsi qu’une amélioration des marges bénéficiaires. Pour les trois premiers trimestres de 2021, l’entreprise a satisfait et même dépassé les attentes. Voici les facteurs qui vont avoir une influence positive sur ses résultats financiers en 2022.

Les services

L’année 2021 va permettre d’établir un nouveau sommet pour aviation d’affaires. Au cours des derniers mois, les avions ont connu un taux d’utilisation record. Les revenus du secteur de l’après-vente font bonne figure et pourraient bien dépasser ceux de 2019. 

Bombardier qui a beaucoup investi dans ce secteur et devrait en augmenter les revenus et la rentabilité en 2022. En effet, c’est à partir de la deuxième moitié de l’année que certains agrandissements et nouvelles installations seront opérationnels. Cela se reflétera dans les résultats du dernier trimestre en particulier. 

De plus, Bombardier a paraphé une importante entente avec Signature FBO l’automne dernier. L’importance de ce contrat est passée sous le radar de bien des analystes : il permettra au fabricant de déployer rapidement des équipes d’entretiens là où la demande le justifiera. L’avantage pour le fabricant est qu’il n’a pas besoin d’investir dans le béton pour augmenter ses revenus. Signature est présente dans 200 aéroports sur la planète dont 117 aux États-Unis. 

Les ventes

Tous les fabricants d’avions d’affaires affichent un ratio positif des nouvelles commandes sur livraisons. De plus, la rumeur d’une augmentation du prix des avions neufs a commencé à circuler. Dans le cas présent, le mot augmentation signifie que les traditionnels escomptes sont mois généreux qu’avant. Ainsi, une augmentation moyenne de 1 M$ se traduirait par augmentation de plus de 120 M$ pour Bombardier. Cela représente à peine 2,5 % des revenus de ventes et surtout c’est un presque 100 % de profits. 

Pour la production, je m’attends à un retour à la normale progressif pour le Challenger 350-3500, cela donnerait près de 40 livraisons en 2022 et possiblement 50 en 2023. Pour le Challenger 650, je serais surpris si Bombardier parvenait à en livrer plus de 15 par année. La famille Global est sur une forte lancée et le chiffre de 80 livraisons est maintenant envisageable. 

Une seule ombre au tableau

Bombardier fait face au même défi que le reste de l’industrie aérospatiale et c’est la stabilité de la chaîne d’approvisionnement. C’est le plus gros risque auquel fait face l’avionneur en ce moment et jusqu’à maintenant il s’en sort bien. La forte concentration de sa chaîne d’approvisionnement sur le continent nord-américain est à son avantage ; cela réduit le recours aux conteneurs et aux navires qui sont un goulot d’étranglement. Mais certains fournisseurs de deuxième et troisième niveau font souvent affaire en Europe ou en Asie. Ce sont eux qui risquent d’avoir des problèmes d’approvisionnement et c’est là où la vigilance de Bombardier sera essentielle. Abonnez-vous gratuitement à notre chaîne Youtube en cliquant ici

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

5 avis sur “Bombardier devrait surprendre encore en 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *