Bombardier passe du « just in time au just in case » 

Pour partager cette publication :

Les perturbations de la chaîne mondiale d’approvisionnement font souvent les manchettes ces temps-ci. Toute l’industrie aéronautique est touchée par ce phénomène et Bombardier n’y échappe pas. Les problèmes sont loin de se résorber et l’année 2022 nous réserve encore quelques mauvaises surprises.

Dans une première phase, Bombardier a dépêché certains employés chez certains fournisseurs. Cela permet d’avoir une meilleure idée de ce qui se passe le long de la chaîne d’approvisionnement et d’anticiper les difficultés. Là où c’est nécessaire, les commandes sont passées plus tôt afin de s’assurer d’avoir le matériel et les pièces à temps. 

Mais le plus important changement se fait avec la gestion de l’inventaire. Questionné à ce sujet, le président de Bombardier a affirmé ceci : « le just in time est maintenant remplacé par le just in case. » Évidement, M. Martel faisait un peu d’ironie, mais j’ai tout de même retenu l’expression. Mais l’entreprise a effectivement changer sa manière de gérer la production. Concrètement, cela se traduit par une augmentation de l’inventaire afin de pouvoir maintenir la production. Mais ce ne sont pas tous les pièces ou systèmes qui sont stockés en plus grand nombre. Ce sont surtout les items qui risquent le plus d’arrêter la production d’un avion qui sont accumulés. Plusieurs pièces et systèmes étant moins complexes à installer après l’assemblage n’ont toujours pas d’inventaire. Il s’agit donc d’avoir un inventaire juste au cas où. 

Ce qui revient à dire qu’autrefois, le système permettait de recevoir les pièces sur juste à temps sur la ligne d’assemblage. Aujourd’hui, l’expression juste à temps signifie : juste à temps pour la livraison au client. 😜 C’est la réalité de 2022, et pour tout les fabricants. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.