Bombardier vend dix Challenger 350

Pour partager cette publication :

Bombardier annonce avoir conclu la vente de dix avions d’affaires Challenger 350. Pour le moment, l’acheteur désire garder l’anonymat. C’est la plus grosse commande que Bombardier a décroché au cours des deux dernières années. Il s’agit également d’une des plus grosses de l’industrie des avions d’affaires en 2020. Cette commande permet à l’avionneur de terminer l’année 2020 sur une bonne note. 

Le Challenger 350 est l’avion d’affaires le plus vendu des dernières années et il est le préféré des opérateurs de flottes. Sa fiabilité, son faible coût d’opération et son autonomie expliquent cette popularité. Si le marché reprend, le Challenger 350 sera le premier à profiter du rebond. L’annonce d’aujourd’hui est donc un signe encourageant pour Bombardier. Il faut dire que les rumeurs de commandes ont recommencé à circuler chez le fabricant montréalais. Il se pourrait donc que d’autres commandes soient annoncées dans les prochains mois. 

Deux gros clients

Rappelons qu’en 2012 Netjet avait placé une commande de 75 Challenger 350 et 25 Challenger 650. Cette commande comportait également des options pour 75 appareils de plus. Les 100 appareils de la commande ferme originale ont tous été livrés. C’est à partir de l’automne 2018 que Netjet a commencé à exercer ses options. Mais de source sure, Netjet disposerait toujours de plus de 140 options. En 2020, la compagnie a recruté trois fois plus de nouveaux clients qu’en 2019. La croissance rapide pourrait donc l’inciter à se prévaloir de plusieurs de ses options d’achat. Vistajet est un autre important client de Bombardier qui a connu une forte augmentation de ses ventes en 2020. L’entreprise affirme que la demande pour les vols de plus de cinq heures a bondi de 44 %. Elle possède également plusieurs options d’achat sur des appareils de la famille Global. Ces deux clients sont à l’origine de bien des rumeurs en en ce moment.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

22 avis sur “Bombardier vend dix Challenger 350

  • Décembre 23, 2020 à 7:55 pm
    Permalink

    Une anonce tres bien planifie. Juste apres avoir mise a pieds des centaines d’employés avant noel pour ne pas avoir a payer le conge de noel…. Plus ca change plus c’est pareil.

    Répondre
    • Décembre 23, 2020 à 8:40 pm
      Permalink

      Ah oui. Je n’étais pas au courant de cette mise à pied?

      Répondre
      • Décembre 25, 2020 à 10:22 am
        Permalink

        Bonjour, attention aux fausses informations…les congés de Noël ont été payés à tous. Les mises à pied prennent effet le 4 janvier. (Je suis employé de Bombardier Global).

        Répondre
    • Décembre 24, 2020 à 9:38 am
      Permalink

      Je suis au centre Laurent Beaudoin j’ai été mise a bien mais Bombardier me paie jusqu’au 1 janvier,alors faut faire attention avant d’écrire des faussetés.

      Répondre
      • Décembre 24, 2020 à 1:05 pm
        Permalink

        Chanceux, car au plan 3 on a remercié le 4 decembre une centaine d’employés et hier le 23 decembre un autre vague. Donc aucune faussete car nos vacances des fetes ne sont pas payé et tu fais parti d’unifor donc aucun rapport avec Challenger.

        Répondre
        • Décembre 26, 2020 à 1:35 pm
          Permalink

          Justement le problème n’est pas Bombardier c’est peut-être votre syndicat qui n’a pas bien négocié! Et j’ai vus que certains employés ont été prolongés jusqu’au 30 janvier. Alors leurs vacances vont être payé à eu aussi.

          Répondre
    • Décembre 24, 2020 à 2:03 pm
      Permalink

      Moi je vois là une bonne nouvelle, plus d’avions à livré veut dire une potentielle monté des cadences.

      Il faut savoir que selon l’ancienneté, les normes du travail exigent un pré-avis, pour quelqu’un qui a plus de 5 ans d’ancienneté ça veut dire 8 semaines.

      Je ne sais pas ou en est la liste d’ancienneté dans les autres syndicats et codes d’emplois mais à St-Laurent les assembleurs qui sortent ont 21 ans, alors les mise à pieds annoncées ne sont certainement pas pour sauver les congés de Noël mais bien un ajustement du entre autre a la fin du CRJ et aux baisse de cadence sur d’autres programmes.

      Bombardier reste un bon employeur même si depuis quelques années c’est terrible comme climat du à l’incertitude.

      Joyeuses fêtes et espérons une meilleures années pour 2021.

      Répondre
  • Décembre 23, 2020 à 8:41 pm
    Permalink

    Je me demande si c’est pour ça qu’il y a eu une augmentation du cours de l’action soudaine fin novembre?

    Répondre
    • Décembre 25, 2020 à 3:53 am
      Permalink

      La réduction d’emplois à Bombardier est nécessaire parce que l’activité sera réduite à aviation d’affaires.

      Cette mise à pied ne sera pas la dernière, malheureusement.

      En revanche, il faudra qu’ils fassent le ménage dans les rangs de gestionnaires aussi.

      Bombardier ne peut pas se permettre d’avoir un coût overhead trop élevé.

      La fête est terminée.

      Répondre
      • Décembre 26, 2020 à 10:52 am
        Permalink

        Moi ce qui m’inquiète pour l’avenir de l’entreprise, c’est que Bombardier mettre sur pause pour trop longtemps le développement et/ou la modernisation de son porte-folio pour se concentrer sur le remboursement de sa dette et se fasse dépasser par la concurrence.

        Répondre
        • Décembre 26, 2020 à 11:17 am
          Permalink

          Bein, pour le moment y a pas grand chose en développement mis à part le falcon 6x. Bon c’est vrai il y a toujours le Cessna Hemisphere. Mais tu remarqueras que ce sont deux programmes dont le développement date de plus de cinq ans; autrement dit, il n’y a pas de nouvelles technologie qui vont permettre à leur fabricant de prendre une avance… à moins que Safran réussisse à faire des progrès avec le Silvercrisis. Oups! Silvercrest.

          Répondre
          • Décembre 26, 2020 à 11:53 am
            Permalink

            Développer un nouvel avion c’est minimum 7 ans, si on attend que la concurrence se lance il est déjà trop tard, c’est comme ça que Bombardier a perdu l’avantage dans le haut du segment au profit de Gulfstream.

          • Décembre 26, 2020 à 12:05 pm
            Permalink

            Durant la décennie 2020, personne ne va se lancer sans avoir une innovation importante pour la propulsion. Les volumes de production dans l’aviation d’affaires sont trop petits pour investir massivement dans les nouvelles technologies. L’industrie sera à la remorque de ce qu’il va se faire dans les autres marchés.

          • Décembre 26, 2020 à 1:27 pm
            Permalink

            On s’en reparle quand Gulfstream lancera le G400

          • Décembre 26, 2020 à 2:19 pm
            Permalink

            Avec des moteurs existants? Je ne vois pas l’intérêt de développer cette version faut avec quelque chose de nouveau.

          • Décembre 26, 2020 à 3:10 pm
            Permalink

            Lorsque que Gulfstream a développé le programme G500/G600, à l’époque appelé P42, il était toujours question de faire 3 versions: P42-1, P42-2 et P42-3. Le G500 est le P42-2 qui remplace le G450 et le G600 est le P42-3 qui remplace le G550. La suite logique et les rumeurs veulent que le P42-1 est une version plus petite qui se placerait quelque part entre le G280 et le G500, directement dans le créneau du CL-650.

        • Décembre 26, 2020 à 2:43 pm
          Permalink

          Je comprends l’inquiétude à propos du manque développement de nouveaux produits par Bombardier.

          Il me semble que la priorité actuelle est bien de faire du cash pour réduire les dettes qui sont encore élevées. N’oublions pas que seule l’activité dans l’aviation d’affaires est la source de revenue de Bombardier.

          Effectivement, il est difficile d’imaginer que Bombardier va lancer un nouvel avion bientôt. Il se peut que Bombardier devrait encore tailler dans la chaire et mettre à pieds des ingénieurs car il n’y a plus de développement dans le court terme.

          C’est assez embêtant si Bombardier tombe dans le cercle vicieux où le manque de développement les force à réduire le nombre d’ingénieurs et en suite le manque d’ingénieurs ne leur permet pas de faire du développement.

          La situation est bien difficile, mais mettre la clé sous la porte est toujours une option. J’espère que ça ne sera pas le cas car j’ai encore quelques actions de Bombardier à vendre.

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *