Entretien avec un pilote de B737MAX

Pour partager cette publication :

L’Aéropod #40 est disponible depuis hier. Un des sujets de cet épisode est le retour en service du B737MAX. Nous avons discuté de la saga du B737MAX avec M. Pierre-Henry Chuet qui est pilote sur ce type. Avancez la vidéo à 1 heure 4 minutes et 45 secondes pour passer directement à l’entretiené

Les autres sujets de cette semaine sont : les progrès de l’ARJ21, le Saab 340B de Pascan, le transport aérien régional, De Havilland Canada qui livre un Dash8-400 et j’en passe. 

N’oubliez pas de vous abonner à notre chaîne YouTube. pour ceux qui préfère le podcast voici le lien, Aéropod #40

Entretien avec un pilote de B737MAX

Les Ailes du Québec se joint à Mentoraero pour produire des podcast sur l’actualité aéronautique.

André Allard des Ailes du Québec , Gregory Blanc de Mentoraero ainsi qu’Olivier Lacombe sont les commentateurs. C’est Claudia Ouellet qui anime et discipline les trois avgeek.

La formule de l’Aéropod se rapproche de celle du blogue alors que nous discutons de sujets d’intérêt. Si vous avez des commentaires ou des corrections à apporter, nous vous invitons à le faire. Éventuellement, il sera possible d’enregistrer vos commentaires pour les faire entendre sur l’Aeropod.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

6 réflexions sur “Entretien avec un pilote de B737MAX

  • juillet 8, 2020 à 2:01 pm
    Permalink

    L’entrevue avec le pilote Français est très intéressante. On voit bien sa formation militaire clair et précise dans sa prise de décision à savoir quand il faut piloter un modèle d’avion en particulier. C’est pas baser sur les émotions mais sur ce qui comprend des infos qu’il a de l’appareil et la pertinance des données et sa formation et son expérience qui quide son jugement. Surement un très bon pilote à bord.

    Répondre
  • juillet 8, 2020 à 4:17 pm
    Permalink

    Sûrement un excellent pilote! Félicitations à l’équipe pour cet entrevue!

    Je trouve très juste son raisonnement articulé autour de la morale, des agences de certification et de la sécurité de ses passagers. On voit ici l’impact de la carrière militaire (selon ses propres mots).

    Il y a de nombreuses références sur les accidents : leur caractère inévitable, les efforts en vue de les prévenir et de les éviter, etc.

    Dans le cas du MAX, il me semble, il faudrait peut-être se poser la question à savoir si les crashs de Lion Air et d’Ethiopian Airlines entre à 100% dans la catégorie des accidents. Il me semble que le simple fait qu’il y ait des enquêtes criminelles sur la certification de cet avion le place dans une catégorie à part.

    Par définition, un accident est quelque chose d’imprévisible, de fortuit, quelque chose qui aurait toujours pu être évitée. Un accident ne se produirait pas si au départ on avait identifié ce qui aurait pu le produire. On cherche donc toujours à l’éviter, on ne veut pas qu’il ait de chance qu’un accident se produise. Par définition, un accident ne peut pas être le produit de la volonté; car si tel est le cas, il ne s’agit plus d’un accident mais d’autre chose.

    Voilà une norme : il y aura toujours des crash d’avions.
    Ceux-ci devraient toujours être le fait d’accidents mais pas le fait d’actes criminels. Si les actes criminels sont traités comme des accidents, la sécurité n’existe plus pour personne.

    Il y a un malaise autour de la question. Je pense que ce malaise vient de cette ambiguïté.

    Répondre
    • juillet 9, 2020 à 1:08 am
      Permalink

      MarcelC.,

      Vous toucher un point très important, quand on néglige a ce point une certification ce qui arrive ensuite n’est qu’une accumulations de conséquences.
      Je sais pertinemment que la direction de Boeing sera protégée mais dans les fait je crois sincèrement qu’elle devrait répondre d’avoir sacrifié la sécurité pour plus de rentabilité.

      Répondre
  • juillet 8, 2020 à 11:05 pm
    Permalink

    C’est la première fois que je regarde l’Aéropod en format vidéo. Jusqu’à présent je n’avais écouté que deux ou trois courts segments en format audio alors que l’Aéropod n’en était qu’à ses débuts. Je trouve le format vidéo beaucoup plus intéressant, d’autant plus qu’il bénéficie bien entendu de l’expérience acquise pendant la période où la diffusion ne pouvait être vue mais seulement entendue. L’ambiance n’est pas du tout la même. Quel contraste avec les insipides podcasts d’Aviation Week!

    Chacun semble bien informé dans son domaine d’expertise et la discussion est très harmonieuse. Et pour le bénéfice des auditeurs les échanges sont riches de renseignements et d’informations pertinentes. Je sens que je vais devoir m’abonner si je veux rester bien informé et au fait de tout ce qui se passe dans le merveilleux monde de l’aviation au Québec et ailleurs dans le monde.

    J’ai l’impression de découvrir un trésor national qui mériterait d’être subventionné par le gouvernement… Et je blague à peine! Le niveau est très élevé mais en même temps l’atmosphère reste détendue. Vous avez maintenant un nouveau fan. N’en déplaise à André c’est grâce au 737 MAX que j’ai fait cette formidable découverte.

    Répondre
    • juillet 9, 2020 à 7:53 am
      Permalink

      Et bien Normand, tu pourra écouter le spécial sur l’état de la situation dans l’industrie. Et oui tu en apprendras plus sur le MAX.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *