Jetlines : de la compétition dans l’est

Pour partager cette publication :

J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec le président et chef de la direction de Jetlines M. Eddy Doyle. Dès le début de l’entrevue, j’ai eu droit à une surprise ; M. Doyle est un francophone de naissance et il s’exprime très bien dans la langue de Molière. Il a une longue feuille de route dans l’aviation et entre autres il a été directeur puis VP opérations chez Air Canada entre 2010 et 2016. Puis il s’est retrouvé au Vietnam chez Bamboo Airlines où il a occupé le poste de PDG en 2019-20. C’est en janvier 2021 qu’il a accepté le poste de PDG de Jetlines.

Un nouveau départ

Le nom de Jetlines est connu dans le monde de l’aviation au Canada depuis près de 10 ans maintenant. La compagnie est venue bien près de démarrer ses opérations à deux reprises. Mais il est important de souligner qu’il ne reste plus personne de l’ancienne organisation. La nouvelle équipe est parvenue à recueillir les capitaux nécessaires au lancement de ses opérations. 

Tous les documents ont été déposés à Transports Canada sauf la MEL qui le sera bientôt. Le premier appareil est arrivé et si tout se déroule comme prévu, les vols commerciaux auront débuté en juillet.

La stratégie

Basée à Toronto, Jetlines ne veut pas être un transporteur à bas prix. La compagnie vise plutôt le marché des vols villégiatures. M. Doyle mentionne que l’entreprise reconnaît la valeur ajoutée des agences de voyages et compte travailler avec. Par expérience il sait qu’il est relativement facile de remplir les avions l’été. Puisque la compagnie débutera durant la période estivale, elle offrira des vols vers les destinations populaires. Toronto-Vancouver ou Toronto-Calgary devraient seront donc parmi les premières liaisons. Des vols vers le sud des États-Unis font également partie des plans pour l’été prochain. Puis des vols vers les Caraïbes s’ajouteront à l’automne. 

La compagnie a déjà identifié son deuxième appareil, mais M. Doyle préfère roder les opérations avant de le mettre en service. Par la suite, Jetlines ajoutera 4 avions de plus par année à sa flotte. M. Doyle insiste sur l’importance d’avoir une stratégie de croissance méthodique et disciplinée. Il veut surtout éviter d’avoir une croissance rapide et désordonnée. $ avions de plus par année est donc un objectif, mais pas une obligation è tout prix. 

C’est d’abord à partir de Toronto que Jetlines débutera ses opérations. Mais les vols au départ de Montréal ne devraient pas tarder. Il assure que pour les vols au Québec, il y aura des agents de bord bilingue. 

L’A320

M. Doyle affirme avoir choisi l’A320 parce qu’il offre un peu plus d’espace pour les passagers ; en particulier là où le fuselage se rétrécit à l’avant et à l’arrière. La cabine sera configurée pour recevoir 174 passagers. Il y aura trois rangées offrant plus d’espace et 52 rangées avec un espacement de 30 pouces. Les sièges seront équipés de support pour tablettes et téléphones. Le système de divertissement à bord sera donc du type où le passager se branche sur le réseau de l’avion. 

Pour ses premières années d’existences, Jetlines va s’en tenir à l’A320. Mais, si la croissance se déroule bien, M. Doyle n’exclut pas la possibilité d’exploiter des A321LR et XLR. Il trouve que ses deux versions offrent beaucoup de flexibilité pour le type d’opération que veut faire Jetlines.

Jetlines viendra donc s’installer dans l’est du pays, elle fera compétition à Air Transat et Sunwing. Abonnez vous gratuitement à notre chaîne YouTube en cliquant ici

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.