la dette d’ADM s’est alourdie considérablement

Pour partager cette publication :

ADM a annoncé hier qu’elle procédait à émission de 400 M$ d’obligations. Elles viendront à échéance en 2051 et le taux d’intérêt annuel est de 3,441 %. L’an dernier, elle avait également émis pour 500 M$ d’obligations à un taux d’intérêt de 3,03 %. En à peine douze mois, la dette d’ADM est passée de 2 G$ à 2,9 G$.

À première vue, le taux d’intérêt de 3,441 % peut sembler bas pour un néophyte, mais en réalité il est élevé ; ce taux correspond à celui d’une obligation émise par une entité dont la cote est de BBB-. Cette cote est basse si on considère qu’ADM est perçue comme étant paragouvernementale. Avant la pandémie, l’agence DBRS la cotait à A-.

La baisse de revenu et la hausse rapide de son déficit ont donc fait baisser considérablement la cote d’ADM. Elle devra donc débourser au moins 1 % de plus en intérêt pour cette émission d’obligations. Avec une somme de 400 M$, cela représente 4 M$ par année qu’il faudra trouver une fois la pandémie passée. Les deux dernières émissions d’obligations vont couter à ADM 29 M $ par année en intérêt.

Mais surtout, la baisse de la cote de crédit d’ADM nous indique que sa capacité d’emprunter arrive à sa limite. Même si le trafic aérien revenait rapidement à son niveau d’avant la crise, son avenir est lourdement hypothéqué

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *