Le PW150 est dans une situation difficile

Pour partager cette publication :

Pratt & Whitney Canada (PWC) ne publie jamais les données de son carnet de commandes de moteurs. Mais avec les informations qui sont disponibles, je constate que le moteur PW150 est dans une situation difficile. 

Le PW150 est un dérivé de la gamme PW100 de Pratt & Whitney. Le fabricant a remplacé le compresseur centrifuge basse pression du PW100 par trois compresseurs axiales basse pression. Il a une puissance d’environ 5 000 chevaux vapeur sur l’arbre. Le PW150 a obtenu sa certification 1998 et a été mis au point pour le Q400 de Bombardier. Trois variantes ont été développées : le PW150A, le PW150B et le PW150C.

Le PW150A

Cette version propulse le Dash8-400 depuis ses premiers jours. Mais comme je l’ai mentionné hier, le carnet de commandes de cet avion est presque à plat; à moins d’un miracle, De Havilland Canada devrait en arrêter la production avant le fin de 2021. 

En juillet 2016, PWC a signé une entente avec Antonov afin d’équiper l’AN-132 avec deux PW150. Mais en avril 2019, Antonov a suspendu le développement de ce programme d’avions. Le partenaire du projet, Taqnia Aeronotics d’Arabie Saoudite avait alors décidé de se retirer du projet.

Le PW150B

En 2002, PWC avait signé une entente avec la compagnie chinoise Shaanxi Aircraft Company. Le PW150 a équipé le quadrimoteur de transport Y8F600 durant quelques années. Mais le nombre de moteurs fabriqués n’est pas très élevé et il y a belle lurette que PWC n’en fait plus. 

Le PW150C

En juin 2019, lors du salon du Bourget, PWC a signé une entente avec la chinoise AVIC afin de fournir les moteurs du MA 700. Il s’agit d’un avion de transport régional de 70 passagers qui n’a toujours pas volé. Le programme connait des retards car entre autres PWC n’a toujours pas été en mesure de livrer les moteurs ; le gouvernement canadien bloque l’exportation des PW150 par crainte d’espionnage. De plus le Canada craint que les moteurs puissent ultimement servir à des fins militaires.

Comme si cela ne suffisait pas, le gouvernement américain étudie la possibilité qu’AVIC soit placé sur sa liste des compagnies qui utilisent le matériel aéronautique civil à des fins militaires. 

La production

Durant les premières années du PW150, il avait sa propre ligne d’assemblage avec des employés dédiés. Mais dans les années 2000, lorsque PWC a constaté le faible volume, elle en a regroupé l’assemblage avec le PW100. Bien que l’outillage des deux gammes de moteurs soit différentes, ce sont les mêmes employés qui les assemblent.

Cette organisation donne beaucoup de flexibilité à PWC qui pourrait facilement mettre en pause la production du PW150. Elle pourrait alors attendre d’avoir suffisamment de commandes avant d’en relancer la fabrication. Mais pour ma part, je suis plutôt pessimiste, je crois bien que le PW150 sera une victime de la COVID-19

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *