Le transport aérien à 66 % en avril

Campagne de sociofinancement 2022
Faites une contribution (*) pour supporter les Ailes du Québec



(*) Veuillez noter que Les Ailes du Québec ne peut émettre de reçus pour fins d'impôt.
Pour partager cette publication :

Selon les données publiées par l’ACSTA, 3 062 418 passagers du transport aérien ont été contrôlés* en avril au Canada. Ce nombre représente 66 % du volume atteint en avril 2019. 

Après avoir connu un bon mois de décembre 2021 à 52 %, le transport aérien est retombé à 37 % en janvier. Le retour en vigueur des mesures sanitaires expliquait cette rechute. Le relâchement graduel de ses mesures au cours de l’hiver a relancé la demande. En comparaison avec 2019, le volume de passagers est remonté à 42 % en février puis à 57 % en mars.

Les données du mois d’avril laissent entrevoir un taux d’occupation très élevé. Les compagnies ont de la difficulté à suivre l’augmentation rapide de la demande. D’ailleurs, au cours des prochains mois, c’est l’offre des compagnies aériennes qui risque le plus de limiter le nombre de passagers. Après deux ans de pandémie et d’incertitudes, elles ajoutent de la capacité avec prudence. 

* Ce qui est mesuré

L’ACSTA publie deux chiffres, le premier est pour le nombre de passagers aux huit plus grands aéroports canadiens : Vancouver, Calgary, Edmonton, Winnipeg, Toronto, Ottawa, Montréal et Halifax. Le deuxième chiffre comprend les huit premiers aéroports auxquels on ajoute ceux de Victoria, Kelowna, Saskatoon, Regina, Toronto-Billy-Bishop, Québec et St. John’s. Ces données excluent le personnel navigant et le personnel au sol qui sont contrôlés par l’ACSTA.

Les données de l’ACSTA ne contiennent que les passagers ayant embarqué dans un aéroport canadien. Les passagers provenant de l’étranger ne sont donc pas inclus dans ces statistiques. Mais il s’agit tout de même d’une bonne information qui permet de faire des comparaisons fiables. 

Notez que les aéroports publient leurs statistiques mensuelles avec un mois de retard. Toronto et Vancouver sont en retard de plusieurs mois. De plus, les administrations aéroportuaires comptabilisent les passagers payants et non payants ; il pourrait donc y avoir une différence de plus de 10 % entre les chiffres de l’ACSTA et ceux des aéroports. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.