Les employés de Stelia St-Laurent voteront dimanche

Pour partager cette publication :

Les employés de Stelia St-Laurent voteront dimanche

Les employés de Stelia St-Laurent*, qui sont membres de la section locale 712 de l’AIMTA sont convoqués à une assemblée dimanche. L’ordre ne contient que trois sujets : 

  1. Présentation des offres patronales 
  2. Période de questions  
  3. « Les votes nécessaires seront tenus »

Certains membres de l’AIMTA m’ont fait part de leur pessimisme quant au contenu des offres patronales. Questionnée à ce sujet, la section locale 712 refuse de commenter avant que les offres n’aient été présentées aux membres. Si les offres sont rejetées dimanche, les membres devront décider des moyens de pression à prendre. La grève serait alors une option possible. 

Une année difficile pour les relations de travail

2022 est une année difficile pour les relations de travail, peu importe le secteur industriel :

La pandémie a provoqué une inflation comme il n’y en avait pas eu depuis plus de deux décennies. Au Canada et au Québec en particulier, la rareté des produits se conjugue à la rareté de la main-d’œuvre. Les hausses de salaire se multiplient et sont plus fortes parmi les groupes qui étaient les plus mal rémunérés. Ainsi, le salaire minimum passera à 13,50 $ en mai prochain. Ceci représente une augmentation de 5,5 % en un an. Puis il devrait être porté à 15 $ en 2023. Il aura donc été augmenté de 11 % en deux ans.

Face à l’inflation, les syndiqués des grands groupes industriels prennent les augmentations du salaire minimum comme point de repère. Ils ne tiennent pas compte du fait que le salaire est en rattrapage.En 2022, ils s’attendent donc à des offres patronales du même ordre. Mais ils déchantent rapidement lorsqu’ils prennent connaissance d’offres à 2 % ou 3 %. Cela crée un climat propice aux rejets des offres et à la grève. 

La réunion des employés de Stelia St-Laurent débutera à 13 heures dimanche ; quelque chose me dit qu’elle sera longue. Chez Airbus Canada, on va sans doute suivre de près l’évolution des négociations entre Stelia St-Laurent et l’AIMTA : c’est cette entité qui fabrique les postes de pilotage de l’A220.

*Stelia St-Laurent

Il faut rappeler que Stelia St-Laurent a été créée au moment de l’acquisition de l’unité d’affaires de Bombardier. C’est dans cette entreprise qu’ont été regroupés tous les anciens employés de la compagnie québécoise. Bien qu’une bonne partie d’entre eux travaillent maintenant à Mirabel, ils sont toujours à l’emploi de Stelia St-Laurent. Ils sont toujours membres de la section locale 712 de l’AIMTA. Mais ils se retrouvent dans une unité d’accréditation différente de celle des employés de Stelia Mirabel. Ces derniers sont les employés de Stelia d’avant la fusion. Abonnez-vous gratuitement à notre chaîne YouTube en cliquant ici

 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.