L’invasion de l’Ukraine et le titane

Pour partager cette publication :

Une tragédie pour le peuple ukrainien

Avant de parler des conséquences de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, j’ai une pensée pour le peuple ukrainien : cette invasion est totalement injustifiée et est une tragédie pour tous ceux et celles qui la subissent. Si les conséquences se font ressentir jusqu’ici, les effets que nous subissons n’ont rien à voir avec celles que subissent les Ukrainiens. 

Un métal important

Le Titane compte deux grandes utilisations : l’oxyde de titane est une poudre qui sert entre autres de pigment blanc pour la peinture. Sous sa forme métallique, il est léger, très résistant à la corrosion, la fatigue ainsi qu’à la chaleur. Sa légèreté et sa grande ductilité en font un matériau de choix pour les gros éléments de structure. Il est également utilisé dans la section chaude des moteurs. Mais son prix élevé en limite l’utilisation sur les avions. De nos jours, il constitue de 6 % à 9 % de la masse d’un avion de ligne. 

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le Titane n’est pas un élément rare sur terre. En fait, il est le neuvième élément le plus présent dans la croûte terrestre et le cinquième métal. Cependant, la faible teneur moyenne des sols de 0,63 % en rend l’exploitation commerciale non viable. Seuls quelques sites de production offrent une teneur suffisante pour son exploitation. D’où sa production limitée et son prix élevé. 

Son utilisation importante par l’industrie militaire lui confère un caractère stratégique. Plusieurs pays ont donc développé leur propre filière Titane. Son rôle dans l’industrie de la défense fait en sorte qu’il est difficile d’établir avec précision la production mondiale de titane.

De gros joueurs

L’Ukraine serait responsable de 8 % de la production mondiale de titane. Notez que l’utilisation du conditionnel est de mise en l’absence de données fiables. Mais même si elle ne produisait que 2 % ou 3 %, cela aurait des répercussions. Surtout dans le contexte de 2022 alors que les perturbations de la chaîne d’approvisionnement se multiplient. 

Le plus gros producteur de titane au monde est la compagnie russe VSMPO-AVISMA. Cette dernière produit près 25 % du titane dans le monde. Elle compte entre autres comme client Airbus et Boeing dont elle est la principale fournisseuse du précieux métal. Plus les programmes d’avions sont récents et plus ils en contiennent une grande quantité. C’est le cas de l’A350 et du B787 ; le titane de VSMPO-AVISMA compterait pour 10 % du poids du B787. 

Les sanctions

Au moment d’écrire ces lignes, aucune sanction contre l’industrie du titane n’était encore annoncée. Pour le moment, les pays membres du G7 ont autant besoin de maintenir cette filière active que la Russie. D’ailleurs, le 15 novembre 2021, Boeing a signé un protocole d’entente avec VSMPO-AVISMA. L’objet de cette entente étant de sécuriser l’approvisionnement à long terme en titane d’une valeur de plusieurs milliards de dollars. Le dictateur russe Vladimir Poutine s’était alors félicité de cette entente. Les intérêts commerciaux semblent donc avoir le dessus sur les différends… Du moins pour le moment. 

À court terme, il ne devrait pas y avoir de perturbation importante dans la chaîne d’approvisionnement du Titane. Mais il se pourrait bien que des retards périodiques surviennent ici et là. 

Mais l’invasion de l’Ukraine a entraîné une hausse rapide du prix des matières premières. Cette hausse touche non seulement le titane, mais l’aluminium également. Les fabricants d’avions pourraient donc voir leur marge bénéficiaire être réduite pendant quelque temps. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

7 avis sur “L’invasion de l’Ukraine et le titane

  • février 28, 2022 à 8:42 am
    Permalink

    « Mais son prix élevé en limite l’utilisation sur les avions. » Pas que ça, on utilise le titane pour remplacer l’acier pas l’aluminium qui est près de 2x moins dense que le titane (CFRP = 2 g/cm3, alu = 2.7 g/cm3, titane = 4.5 g/cm3, acier = 7.9 g/cm3)

    Répondre
  • février 28, 2022 à 9:17 am
    Permalink

    La mine de Titane au nord d’Have-St-Pierre tirait de la patte il y a quelques années, les travailleurs subissaient des périodes de chômage. Ça va peut-être les aider à retrouver un emploi stable.

    Répondre
  • février 28, 2022 à 12:19 pm
    Permalink

    En bout de ligne les sanctions annoncées contre la Russie va aussi pénalisé ceux qui les appliques dans certains cas. Quand le président Russe dit qu’il pourrait aussi faire mal à ceux qui appliqueront des sanctions, le post ci-haut le décrit bien et c’est pas le seul cas. Au moins on discute présentement au Bélarus (Biélorussie)!!!. …http://ledevoir.com/monde/680409/les-negociations-entre-l-ukraine-et-la-russie-commencent-en-bielorussie

    Répondre
  • février 28, 2022 à 2:12 pm
    Permalink

    EN 1959 LORSQUE LE CANADA A CESSÉ LA PRODUCTION DE L’ARROW CF-105 ET DU RÉACTEUR ORENDA IROQUOIS LES USA ÉTAIEMT TRÈS HEUREUX DE METTRE LA MAIN SUR LES STOCKS DE TITANIUM DU CANADA ILS DÉVELOPAIENT À L’ÉPOQUE LE SR-71 ET LE XB-70 QUI CONTENAIENT BEAUCOUP DE TITANIUM.

    Répondre
  • février 28, 2022 à 6:15 pm
    Permalink

    Enfin, côté produits finis, une fois assemblé, le titane revient vers la Russie…ici à travers la location d’avion de ce loueur connu: ouille…5% de sa flotte à rapatrier de la Russie…on ne sait pas trop encore comment…

    « Leasing firms including AerCap Holdings (AER.N), the world’s biggest plane lessor with about 5% of its fleet leased to Russian airlines, and BOC Aviation (2588.HK), said they would terminate hundreds of aircraft leases with Russian airlines because of sanctions. The mechanics of retrieving the planes from Russia are not clear. »

    Répondre
    • février 28, 2022 à 6:29 pm
      Permalink

      Pas sur que les avions vont sortir de Russie. D’ici quelques mois ils vont reprendre du service.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.