Lockheed Martin présente le LMXT

Pour partager cette publication :

Lockheed Martin a dévoilé les grandes lignes de son programme d’avion de ravitaillement en vol le LMXT. 

Il s’agit essentiellement d’un A330MRTT qui comprend toutes ses caractéristiques de ce dernier. Mais il y a une différence importante dans la capacité de carburant qui passe de 242 000 livres à 271 000 livres. Cette augmentation de 29 000 livres permet de distancer le KC-46 qui a une capacité de 212 300 livres de carburant. 

Enfin, Lockheed Martin présente le programme LMXT comme étant un programme d’avions américain assemblé aux États-Unis. Le communiqué de presse ne le mentionne pas, mais il sera fort probablement assemblé dans les installations de Lockheed Martin. Notez que pour ce programme d’avions, Airbus n’est qu’un sous-traitant et la compagnie américaine est le maître d’œuvre. 

Même si au bout du compte Lockheed Martin ne remporte pas le contrat, il est important de soumettre une offre. Lors du premier contrat, Boeing avait été forcé de réduire considérablement son prix pour dépasser Airbus. D’ailleurs, le fabricant européen avait décidé de ne pas contester l’octroi du contrat à Boeing. L’avionneur européen estimait alors que le prix de Boeing était trop bas pour être rentable. Aujourd’hui, on constate qu’Airbus avait raison alors que Boeing perd de l’argent avec le contrat original de 100 KC-46. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

12 avis sur “Lockheed Martin présente le LMXT

  • septembre 17, 2021 à 2:14 pm
    Permalink

    Intéressant de voir qu’il s’agit d’une cellule d’A330 CEO (voir les winglets). Peut être s’agit t il de proposer une motorisation US PW ou GE, le NEO n’est disponible qu’avec le Trent 7000 de Rolls-Royce. C’est un peu dommage de voir des moteurs vieux de 30 ans sur un tel projet, mais bon, la compétition propose des moteurs et une cellule encore plus gériatriques…

    Répondre
    • septembre 17, 2021 à 3:19 pm
      Permalink

      En fait, l’A330MRTT est un A330-200 et la motorisation GE est alors disponible. Lockheed va donc américaniser l’A330MRTT à hauteur de 80 % afin de se qualifier selon les nouvelles règles d’acquisition du gouvernement américain.

      Répondre
    • septembre 17, 2021 à 8:24 pm
      Permalink

      De nouveaux moteurs qui améliorerait la consommation de 10% n’apporte pas vraiment d’avantages dans le cas d’un tanker, ce serait même le contraire puisque ces moteur sont beaucoup plus cher. En ajoutant les 2 ACT de 7200 litres chacun (qui donne exactement 26000 lb) de l’A340-200 en soute, il y a toujours de la place pour 22 conteneurs LD3 en plus d’augmenter la capacité de carburant de 10,5%. C’est du plug and play, la plomberie et l’avionique sont déjà en place.

      Page 4 pour les ACT: https://www.airbus.com/content/dam/corporate-topics/publications/fast/FAST35.pdf

      Répondre
      • septembre 17, 2021 à 8:28 pm
        Permalink

        Le Canada devrait peut-être repousser l’appel d’offres pour le remplacement des CC-150 Polaris, peut-être que LM fera une meilleur offre qu’Airbus pour le même appareil…

        Répondre
      • septembre 17, 2021 à 8:34 pm
        Permalink

        Selon les images fourni par Lockheed Martin, le moteur sera le CF6, logique puisque que P&W est le fournisseur du KC-46.

        Répondre
  • septembre 17, 2021 à 7:53 pm
    Permalink

    Je serais intéressé de savoir ce que veut dire « un avion américain assemblé aux états unis ». Est ce que tout est fabriqué aux états unis à partir du premier copeau? Est ce qu’Airbus envoie aux états unis des tronçons de fuselage fabriqués en Europe et qui sont assemblés sur place, comme c’est le cas pour l’A220 et A320 à Mobile, mais à ma connaissance ca n’existe pas pour l’A330, ca serait donc une première. Ou bien est ce qu’Airbus envoie un A330 déjà assemblé mais vide et les américains se contente d’installer la perche et tous les équipements spécifique, comme pour les MRTT à Séville. Je suppose que c’est plutôt la dernière option, mais si quelqu’un peut le confirmer?

    Répondre
    • septembre 17, 2021 à 9:21 pm
      Permalink

      L’appel d’offres est pour 160 appareils, donc ils seront assemblés aux USA comme c’était prévu lors du premier volet finalement remporter par Boeing, sauf que dans ce cas-ci, le maître d’oeuvre est Lockheed Martin au lieu de Northrop Grumman.

      Répondre
      • septembre 17, 2021 à 9:25 pm
        Permalink

        Oui mais lors de ce premier volet, les exigences de contenus américain étaient nettement inférieur s’il y en avait.

        Répondre
          • septembre 18, 2021 à 7:23 am
            Permalink

            Avec le CF-6 et l’assemblage en sol américain, le 60% est facile à atteindre.

    • septembre 19, 2021 à 7:40 am
      Permalink

      Le KC-46 c’est Boeing et non elle ne vas pas l’abandonner.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *