L’offre de Bombardier est acceptée à 73,4 %

Pour partager cette publication :

C’est hier que les 1 800 employés de Bombardier représentés par l’AIMTA se sont prononcés sur l’offre finale de leur employeur. C’est dans une proportion de 73,4 % qu’ils ont voté en faveur alors que le taux de participation a atteint 80,3 %. La grève est ainsi évitée et la production poursuit son cours normal ce matin chez l’avionneur. Mais cette négociation a des impacts à court terme pour le syndicat et l’employeur. 

Le syndicat

L’AIMTA a tenu trois votes sur les offres patronales et le taux de participation a été de 77 %, 70 % et 80 %. Ce sont des taux de participation élevés qui réjouiraient n’importe lequel permanent syndical. Comme je l’ai mentionné dans un autre texte, l’implication syndicale a augmenté à la section locale 712. Ce n’est pas seulement aux assemblées que cela se voit, mais également dans la participation aux diverses instances. De plus, chacun des votes s’est soldé par un résultat net et clair. 

Avant le début de cette ronde de négociation, il y avait un groupe d’employés anti-AIMTA. Cette négociation n’aura pas changé leurs sentiments à l’égard du syndicat. Ils vont continuer à parler contre leur syndicat sur les réseaux sociaux. Mais cela ne fera pas avancer leur cause bien au contraire : plus de 1 400 travailleurs se sont déplacés hier afin de voter. De ce nombre, près de 1 100 ont accepté l’offre de Bombardier. Le Syndicat, c’est aussi ces 1 100 personnes, qui sont des adultes capables de faire choix par eux-mêmes. Insulter le syndicat pour l’acceptation de cette offre revient à insulter les 1 100 personnes qui ont voté pour. 

Bombardier

Si l’offre d’hier avait été présentée en mars, elle aurait été perçue comme une très bonne offre et elle aurait été acceptée sans problème. Mais l’augmentation salariale de la première année de la première offre était trop basse. Elle a mis le feu aux poudres et les syndiqués l’ont rejeté massivement. Cela a créé une perception négative auprès des syndiqués et il faudra du temps pour la changer. 

Bombardier cherche à redorer son image auprès du public québécois et canadien. En évitant la grève, la compagnie a évité un net recul de son image : lors des élections provinciales de cet automne, les partis politiques n’auraient pas hésité à casser du sucre sur son dos. Bombardier peut maintenant travailler à conquérir l’opinion publique et celle de ses employés. Mais il lui reste encore une autre tâche importante pour cet hiver : le renouvellement de la convention collective des syndiqués UNIFOR. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

7 avis sur “L’offre de Bombardier est acceptée à 73,4 %

  • juin 23, 2022 à 7:21 am
    Permalink

    Ils ont bien fait d’accepter.

    Il se trouve il y a vraiment beaucoup d’offres d’emploi à Québec actuellement. Cela permettra que ceux qui ne sont pas contents de changer de société.

    Répondre
  • juin 23, 2022 à 8:45 am
    Permalink

    Et faudra aussi que Bombardier réajuste les échelles salariales de ses non syndiqués. Lors des 4 dernières années, les augmentations moyenne ayant été inférieure à 3% et même 0% en 2020.

    Répondre
  • juin 23, 2022 à 3:24 pm
    Permalink

    En tant que Technicien Structure Aéronautique et Tôlier, j’ai travaillé dans l’assemblage du Wing-Stub (Pièces Usinées), le perçage d’emplanture d’aile, l’exécution du Cold-Working et l’assemblage du Wing Tork-Box, jonction fuselage.
    Matériaux composites, montage et démontage de longerons, nervures et revêtements, rivetage et collage.
    J’ai travaillé sur la reconfiguration, l’assemblage et le démontage de revêtements de sol et de revêtements, j’ai également acquis de l’expérience dans le rivetage, le scellement, la découpe et le dessin de tôles, j’ai travaillé sur l’assemblage de pylônes, d’ailes et de fuselage, où j’ai acquis des connaissances en reprise et réparation, en développant des réparations dans perçages, installations de douilles, remplacement de pièces et de revêtements, bosselure et enfoncement dans des plaques miroir.
    Travaillant dans ce domaine, Embraer m’a confié la responsabilité de voyager en mission au Canada.
    A la fin des 10 (Dix) ans que j’ai travaillé chez Embraer, les 04 (Quatre) derniers étaient dans le Domaine de la Maintenance Structurelle, Électrique, (Installation et Dépose de Câbles) et Montage Intérieur, (Installation et Dépose de : Couvertures, Sols, Fauteuils, Tapis, Malles et Finitions Côtés.
    Je travaille actuellement chez Airbus – Helibras, « MRO », effectuant des réparations et des modernisations sur les hélicoptères H125M de l’armée de l’air brésilienne.
    Au cours de ces années de travail, j’ai pu établir des liens solides avec divers professionnels et leurs domaines d’expertise, ce qui m’encourage à concourir aux opportunités de travail dans n’importe quelle entreprise, où je peux être un facilitateur, je crois que je suis prêt à servir les fronts de travail , où je le vois comme un marché d’opportunité.
    « Si l’un de ces fronts est votre priorité et que vous voulez devenir riche, comptez sur moi. »

    Répondre
  • juin 23, 2022 à 6:33 pm
    Permalink

    Si trop de gens quittent tes actions vont baisser « VV ».

    Répondre
  • juin 23, 2022 à 7:31 pm
    Permalink

    73% d’acceptation c’est drôle c’est le même pourcentage de perte dans mon investissement Bbd-b.
    Aujourd’hui l’action ne vaudrait plus que .90 sous l’ancien régime….voilà le truc du regroupement. Encore une jolie passe-passe.

    Répondre
  • juin 24, 2022 à 5:30 pm
    Permalink

    Bonjour à tous.

    Après avoir tous vécu des semaines trépidantes remplies de tout sorte d’émotions fortes et du stress, je voudrais vous proposer une petite réflexion pour le futur.

    Il faut comprendre que nous vivons dans un système de capitalisme sauvage et que la seule façon de garantir les jobs de chacun, les gains pains des familles et les fonds de pensions de TOUS (les petits investisseurs comme M. VV et moi avons fait confiance à BBD pour créer les emplois de qualité, bien rémunérés ici) passe par la réussite de la compagnie et non pas pour sa faillite.

    Nous avons la sacrée mission de peupler chaque coin de la planète de nos belles machines magnifiques construites à la fine pointe de la technologie et de faciliter que chaque personne bien nantie puisse savourer de la saveur québécoise d’un Global, d’un Challenger ou les deux, pour quoi pas.

    La concurrence est féroce et nous n’avons aucun soutien des gouvernements (comme les autres) ni d’un côté militaire pour déguiser des investissements (comme les autres).

    Nous jouons présentement dans la LNH de l’aéronautique et pour gagner la coupe Stanley il faut que chaque employé donne son 100%, à chacun de devenir le Sidney Crosby de l’aéronautique dans son poste de travail. On ne vous demande pas de dormir à côté de la boîte à outils, seulement d’être des vrais professionnels durant la journée de travail.

    Si vous êtes fâché, svp, essayez de regarder l’avenir positivement car nous avons besoin de l’équipe au complet et surtout de vous mais si non, démissionnez, pas besoin de vous gâcher la vie dans la compagnie. Pas besoin de taponner non plus dans le petit coin ni d’être branché au cellulaire au travail.

    Il faut rentrer et partir de la bâtisse avec le même sourire que M. Éric Martel.
    Il est défendu de ne pas être heureux à l’intérieur.

    Merci M. Allard pour permettre de nous défouler de temps en temps.

    Salut à tous et bonne Fête Nationale.

    Répondre
    • juin 25, 2022 à 1:20 pm
      Permalink

      Exactement.

      Quand on est pas content dans une entreprise, on trouve un autre boulot.
      Vous avez de la chance d’avoir beaucoup de jobs au Québec.

      Arrêtez de saboter l’entreprise, quittez !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.