MDA : un autre gros contrat à venir

Pour partager cette publication :

Le 18 février dernier, Télésat a confirmé que MDA fabriquerait les antennes des satellites de la constellation Lightspeed. Il s’agit d’un contrat important pour MDA car ces antennes sont très complexes. Mais lors de cette même conférence, MDA a également confirmé qu’elle était en négociation afin d’assembler les satellites. 

Qu’est-ce que Lightspeed?

C’est à l’été 2018 que Télésat a retenu les propositions d’Airbus et Thales Aliena pour le développement de ses satellites. Pendant trente mois, les deux fabricants ont développé et conçus les satellites à orbite basse du projet Ligntspeed. 

Lightspeed est un réseau de communication avec des stations au sol et des satellites en orbite basse (LEO). Le fait de placer un satellite de communication sur une orbite basse permet de réduire le temps de latence : il s’agit du temps pour que le signal se rende au satellite et en revienne. Le temps de latence d’un satellite sur une orbite géostationnaire est d’environ 250 millisecondes. Avec une orbite basse, le temps de latence est divisé par 20 et cela augmente considérablement la capacité d’échange d’information. 

De plus, la constellation Lightspeed a la particularité de mailler les satellites entre eux via un lien optique à très grande vitesse. Enfin, la modulation, démodulation et le routage des données se produit à même les satellites dans l’espace. 

Lightspeed permettra d’offrir de l’internet haute vitesse partout au Canada. D’ailleurs, Airbus et Thales avaient expliqué en commission parlementaire à Ottawa les avantages du projet Lightspeed. Les représentations ont été efficaces puisque le 20 novembre dernier Ottawa a accordé une aide de 600 M $ à Télésat. L’entente va permettre à Télésat d’offrir de la capacité à un prix considérablement réduit aux fournisseurs canadiens de services internet et de mobilité. Télséat déclare que la vitesse de son réseau sera tout près de celle des réseaux terrestres à fibre optique. 

Les satellites

Le 9 février dernier, Télésat a annoncé qu’elle avait opté pour la proposition de Thales Aliena pour ses satellites. C’est donc cette entreprise qui sera le maître d’œuvre pour la fabrication des 298 satellites de la nouvelle constellation. La valeur de ce contrat est estimée entre 3 G $ et 5 G $.

Les satellites auront un poids de près de 700 kg et devraient consommer plus ou moins 4 kw. Ce sont de gros satellites d’une capacité variant de 7,5 Gbps à 20 Gbps selon la configuration des équipements au sol.

MDA s’occupera de la fabrication des antennes à réseau phasé de pointe (direct radiating array). Ces antennes sont d’une très grande précision et permettent de transmettre un très haut volume de données. 

Afin de couvrir toute la planète, le réseau Lightspeed comptera 78 satellites sur des orbites polaires basses de 1 015 km d’altitude et 220 autres sur des orbites équatoriales de 1 325 km. La livraison des premiers satellites est prévue pour 2023 et ils seront lancés la même année. 

La compétition

Le réseau Starlink de SpaceX est sans doute celui qui est le plus avancé dans son déploiement. SpaceX a déjà déployé plus de 1 000 satellite pesant 227 kg sur des orbites basses de 450 km. La capacité des satellites de la constellation Starlink est de 1 Gbps. 

La compagnie offre des abonnements sur son site internet avec un début de service prévu avant la fin de 2021. L’abonnement mensuel est de 129,00 $ CA et il faut ajouter le terminal qui est 649,00 $ les frais d’expédition de 65,00 $ et les taxes de 106,92 $ pour un total de 849,99 $. 

En région, là où il n’y aucun service internet à haute vitesse, Starlink aura l’avantage d’être le premier arrivé. Cela met de la pression sur Télésat qui doit accélérer le déploiement de son réseau Lightspeed. 

MDA et l’assemblage des satellites

Thales a donc seulement deux ans pour trouver un partenaire, construire un site d’assemblage et former du personnel. De plus, une fois lancée, la ligne d’assemblage devra sortir presqu’un satellite par jour. C’est une cadence très élevée pour des satellites pesant plus de 700 kg. Il faut donc trouver un partenaire qui a les ressources humaines et l’expertise.

Le choix de MDA s’est donc imposé et les négociations entre les deux entreprises devraient déboucher rapidement. Mais on sait que MDA a déjà annoncé qu’elle investirait 200 M $ dans ce projet. Cela implique que la marge bénéficiaire du contrat avec Thales devra être supérieure à l’investissement. On peut donc évaluer que le contrat d’assemblage vaut plus d’un milliard de dollars. 

C’est un très gros contrat pour MDA surtout qu’il va lui permettre de développer une expertise et une capacité dans un domaine d’avenir  

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *