Saab présente l’équipe « Gripen Canada  »

Pour partager cette publication :

STOCKHOLM, le 2 mars 2020 /CNW/ – Soumissionnant pour le Projet de capacité future en matière d’avions de chasse, Saab vient d’annoncer les entreprises aérospatiales de premier plan qui forment l’équipe « Gripen Canada », soit IMP Aerospace & Defence, CAE, Peraton Canada et GE Aviation.

Avec le concours du gouvernement suédois, Saab propose le Gripen E pour le renouvellement des avions de chasse CF-18 Hornet de l’Aviation royale canadienne, qui doivent être remplacés par 88 nouveaux aéronefs. La demande de propositions exige que les entreprises apportent des avantages industriels et technologiques de grande qualité, comme Saab l’a fait en introduisant le Gripen au Brésil et comme elle le fait à l’heure actuelle avec le programme d’avions de chasse HX en Finlande.

Dans sa soumission, Saab intégrera le détail des avantages qu’elle entend offrir, notamment au moyen d’emplois et de technologies haut de gamme qui ajouteront aux retombées économiques et au développement des connaissances partout au pays. L’annonce d’aujourd’hui marque la première étape de l’offre avec IMP Aerospace & Defence, CAE, Peraton Canada et GE Aviation en tant qu’équipe « Gripen Canada ».

« Au cours des deux dernières années, Saab et le gouvernement suédois ont apprécié l’appel d’offre ouvert et transparent ouverte et transparente du Canada pour le renouvellement de sa flotte d’avions de chasse. Aujourd’hui, nous sommes fiers de présenter l’équipe « Gripen Canada ». Nous avons réuni des leaders à l’avant-garde de l’industrie aérospatiale, aux quatre coins du pays, pour doter le Canada de la meilleure solution en matière d’avions de chasse », précise Jonas Hjelm, vice-président principal et chef du secteur d’affaires de Saab aéronautique. Il a souligné que « Saab s’engage à établir des relations à long terme au Canada, qui généreront un grand nombre d’emplois spécialisés et durables au sein de chaînes d’approvisionnement de technologies de pointe partout au pays. »

IMP Aerospace & Defence assurera la production domestique du Gripen E suivi du soutien en service pour la durée de vie de la flotte canadienne ainsi que le soutien en service pour toute la durée de vie de la flotte Gripen canadienne. CAE fournira l’ensemble des services de formation ainsi que les services de support du logiciel de bord opérationnel, tandis que Peraton Canada s’occupera de l’entretien, de la réparation et de la révision des composants d’équipements d’avionique et de tests, en plus de la gestion du matériel. GE Aviation sera pour sa part chargée de la production et de la maintenance des moteurs des avions de chasse au Canada.

L’équipe « Gripen Canada » propose une solution véritablement canadienne, et elleassure que le Gripen offre le meilleur rapport qualité-prix pour l’industrie aérospatiale et les contribuables au canadiens chapitre des coûts du cycle de vie et de la durabilitédans le cadre de l’appel d’offre. Le chasseur Gripen E de Saab répond à toutes les exigences du Canada au regard de la défense, en alliant performance exceptionnelle, capacités techniques avancées, habileté de mise-à-niveau et d’extensibilité éprouvée et interopérabilité avec nos alliés.

www.saabgroup.com

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

10 réflexions sur “Saab présente l’équipe « Gripen Canada  »

  • mars 2, 2020 à 6:26 pm
    Permalink

    Bon, à part CAE, il n’y aurait pas beaucoup de retombées au Québec semble-t’il.
    C’est plate que BBD ne se concentre maintenant plus que sur les avions d’affaire.

    Répondre
    • mars 2, 2020 à 7:26 pm
      Permalink

      Surtout que Saab aurait offert à Bombardier des work package mais elle aurait refusé.

      Répondre
    • mars 2, 2020 à 7:38 pm
      Permalink

      Pour les moteurs, dans le communiqué il est mentionné que la production et l’entretien aurait lieu au Canada. GE Aviation est bien implanté au Québec (Bromont), on ne sait jamais.

      Répondre
  • mars 2, 2020 à 9:52 pm
    Permalink

    Le Canada n’achète pas de chasseurs à 1 moteur, une panne, un avion de moins…

    Répondre
    • mars 3, 2020 à 7:52 am
      Permalink

      Si ce n’est pas le Gripen NG, ce sera probablement le F-35 alors…

      Répondre
  • mars 3, 2020 à 7:27 am
    Permalink

    Si on se fie à Airbus, les dés sont pipés pour ce qui est du choix de l’appareil de remplacement, je serais très surpris que l’on n’achète pas américain et ce même s’il y a zéro retombé chez nous.

    Répondre
  • mars 3, 2020 à 8:49 am
    Permalink

    Si Trump est au pouvoir lors de la décision pour l’achat des avions. Le Canada va acheter américain de peur d’être pénalisé par Trump.
    Il a l’imposition de pénalité facile.

    Répondre
    • mars 4, 2020 à 6:30 am
      Permalink

      Le f35 est un bombardier monomoteur a court rayon d action.
      Je vois mal ce que le Canada en ferait…
      F18 rafale Typhoon su35, c est ça qu’ il vous faut 🙂
      Un rafale ou Typhoon, avec participation au scaf cela aurait été beau.
      Rien que pour se venger de la vente de f35 a la Belgique et au pays bas. (Traîtres!! 😋)

      Dassault évoque des problèmes liés aux spécifications relatives aux « five eyes ».
      C est sur que si il faut donner les codes des systèmes de combat à des compagnies américaines, autant se tirer une balle dans le pied…
      Le principale argument de Dassault étant de vendre une indépendance dans l utilisation avec un matériel « ITAR FREE ».
      Pour le Gripen c est différent, toute l avionique est américaine, c est une sorte de f16bloc70.
      Mais c est très bon aussi :).

      Répondre
  • mars 4, 2020 à 9:41 am
    Permalink

    Pour une vraie défense du territoire canadien, je vote pour Grippen, pourquoi ?

    Regardez bien cette vidéo :

    https://www.youtube.com/watch?v=QyD0liioY8E

    En cas de conflit tout azimut contre un adversaire de taille, les cibles qui vont être balayer de la carte dans les premiers instant seront les bases de type Cold Lake Alberta et Bagoteville Québec. Donc tous les superbes F18/F35 qui ont besoins de sites d’entretiens et de soutiens élaborés seront mis hors combat à la première heure. Le Grippen quand à lui, n’a qu’à se trouver un petit bout d’autoroute pour se faire ravitailler et ainsi s’assure que l’ennemie n’ai pas la dominance totale du ciel.

    Mais réaliste comme je suis, pour rester sous le parapluie de protection américaine, nous allons être « forcé » do gober du produit américain.

    Note: Au « Jour J (1944), les allemands avaient dépêchés 52 chars d’assauts vers la côte, mais les alliés avec leur dominance du ciel, en on éliminer 48 avant même qu’ils puissent atteindre la côte.

    Répondre
  • mars 7, 2020 à 8:13 pm
    Permalink

    Le groupe IMP aimerait assemblé les Gripens en Nouvelle-Écosse si le Canada fait ce choix pour remplacer ces vieux F-18 comme avions de chasse. Pour NORAD alliance politico/militaire canado/américaine, je crois pas que les américains accepterons des avions Européens. Pour l’OTAN le Canada pourrait surement choisir des avions développer en Europe en autant qu’il en est le leadership politique de faire ce choix. ….http://thetelegram.com/business/regional-business/imp-hopes-canadas-new-fighter-jets-will-be-assembled-in-nova-scotia-419518/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *