Un comité sectoriel de la main-d’œuvre pour l’aérien

Pour partager cette publication :

L’AQTA, le CAMAQ ainsi que différents intervenants du transport aérien demandent la création d’un comité sectoriel de la main-d’œuvre. La semaine dernière, le regroupement a acheminé une demande à la Commission des partenaires du marché du travail. C’est cet organisme qui encadre les différents comités sectoriels de la main-d’œuvre au Québec. 

Le président de Nolinor Aviations M. Marco Prud’homme explique : 

« Lorsqu’il y a une vague d’embauche dans l’industrie aérospatiale, c’est dans le transport aérien qu’elle recrute en partie. C’est le cas en particulier pour les techniciens d’entretien. Or, toutes catégories confondues, les compagnies aériennes reçoivent moins de support financier que les industries de l’aérospatiale. Il devient donc difficile pour les transporteurs d’offrir des conditions compétitives aux employés. Leur rapport de force n’est pas le même »

La création d’un comité sectoriel de la main-d’œuvre permettrait d’identifier les problèmes et de trouver des solutions. Comme bien des gens, M » Prud’homme constate que l’aérien passe toujours en dernier. Il est temps que cette industrie se dote de ses propres outils afin de soutenir son développement. Il existe en ce moment 29 comités sectoriels de la main-d’œuvre. Si vous croyez qu’il est temps que l’aérien ait le sien contacter les deux ministres suivants :

Jean Boulet ministre@mtess.gouv.qc.ca

Éric Girard Eric.Girard.GROU@assnat.qc.ca

Envoyez-leur un courriel pour leur demander poliment la création d’un comité sectoriel de la main-d’œuvre du transport aérien. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

4 avis sur “Un comité sectoriel de la main-d’œuvre pour l’aérien

  • juillet 26, 2021 à 8:50 am
    Permalink

    Bonjour, à titre de co-président du conseil d’administration (CA) du CAMAQ, je tiens à apporter quelques précisions. C’est dans le cadre d’un sondage organisé par la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT) que le CAMAQ a communiqué que « certains partenaires et représentants du secteur demandent à ce qu’un CSMO soit créé et dédié au secteur du transport aérien. » Ainsi, le CAMAQ n’a pas demandé la création d’un nouveau Comité sectoriel de main d’œuvre (CSMO) et n’a d’ailleurs pas pris de position à ce sujet. Le CAMAQ s’en remet à la CPMT qui a juridiction en cette matière et dont c’est la fonction de décider de la création d’un nouveau CSMO. De plus, nous leur avons communiqué qu’ « Advenant le cas où la CPMT accepte leur demande, le CAMAQ et son conseil d’administration collaboreront avec le nouveau CSMO de ce secteur. » De plus, nous avons également communiqué à la CPMT que « le CA du CAMAQ n’entends pas s’arrêter là et attendre patiemment une réponse de la CPMT. En effet, le CA du CAMAQ souhaite revoir la représentativité des secteurs sur le conseil d’administration afin de mieux représenter l’ensemble de l’écosystème. Dans son plan stratégique 2021-2024, le CAMAQ a d’ailleurs prévu de réviser la constitution du CA pour assurer la représentativité équitable des secteurs. Il y a donc une réelle volonté d’augmenter la participation et représentativité du secteur du transport aérien. L’ensemble des intervenants s’entendent pour dire qu’ils vont travailler ensemble afin de continuer à bien desservir le milieu. » Je réitère donc la volonté du CA et du CAMAQ à collaborer entièrement avec le secteur du transport aérien.

    Répondre
    • juillet 26, 2021 à 9:21 am
      Permalink

      Merci beaucoup pour les précisions.

      Répondre
  • juillet 28, 2021 à 6:38 am
    Permalink

    Étant donné que le représentant de CAE veut en faire un débat public. Je je tiens à apporter quelques précisions également. Les « certains partenaires et représentants » dont le représentant de CAE fait référence c’est l’AQTA (qui représente tous les secteurs du transport aérien) et le seul représentant dédié au transport aérien sur un groupe de 12 représentants dont les 11 autres sont du secteur manufacturier de l’aérospatial.
    En plus de 12 ans, c’est triste de voir que la place de l’aérien se résume à un siège votant et un poste d’observateur. De plus, le comité se dit représenter les besoins des aéroports alors que personne ne les représente… Ce représentant de CAE possède l’embarras du choix de siéger sur le comité sectoriel de l’électronique et celui du comité sectoriel de l’aérospatiale (c’est son nom), ce n’est pas le cas des transporteurs, des aéroports, des écoles de pilotages, des compagnies d’entretien d’aéronef, des compagnies de drones, et des compagnies de services de notre secteur.Il devrait à la place donner entièrement son appui à la création de notre comité sectoriel au lieu de vouloir nous garder captifs.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *