2021, la bataille de Southwest

Pour partager cette publication :

Lors du dévoilement des derniers résultats financiers, la direction de Southwest a confirmé qu’elle évaluait l’A220-300 et le B737MAX. La direction a mentionné qu’elle avait l’intention de remplacer deux cent cinquante de ses cinq cents B737-700NG par des avions de 145 passagers. Ce sera assurément la plus grosse commande de 2021 et les deux avionneurs en ont bien besoin. Selon les indications fournies par la compagnie aérienne, les livraisons débuteraient à la fin de 2024.

Qui est Southwest ?

Southwest est le plus gros client du B737 alors qu’elle en a plus de 730 en opération. Elle a exploité plus de 10 % des dix mille B737 qui ont été fabriqués. Selon Jon Ostrower, il existe une entente non écrite entre Boeing et la compagnie texane : aucune autre compagnie aérienne ne paye ses B737 moins cher que Southwest, en retour elle ne commande que des B737. Cette entente remontrait aux années 80 et a tenu bon jusqu’en 2019. 

Avec ses 730 appareils en service, Southwest est le plus gros transporteur aérien sur le marché intérieur des États-Unis. En 2019, elle a transporté près de 163 millions de passagers presque tous aux États-Unis. En comparaison, tout le groupe Air-France-KLM en a transporté 104 millions et Air Canada 51 millions. Southwest c’est aussi la compagnie la plus rentable de l’histoire de l’industrie du transport aérien car elle a déclaré des bénéfices durant 47 années consécutives. C’est la COVID-19 qui a mis un terme à cette séquence. Avant cela, elle avait toujours été en croissance et elle n’avait jamais eu à effectuer une seule mise à pied. Southwest est la compagnie préférée des passagers aux États-Unis. 

Un client stratégique

À ce jour, Southwest demeure le plus gros exploitant d’avions monocouloirs sur la planète. Sa taille lui permet d’avoir une influence significative dans ce marché.

Pour Boeing, Southwest c’est bien plus qu’un client, elle a guidé l’avionneur dans le développement des deux dernières versions du B737. Pour Boeing, c’est un château fort et tous s’attendent à ce qu’elle remporte la commande. Étant donné l’importance stratégique et symbolique de Southwest, elle ne peut se permettre de perdre ce client. Pour Airbus c’est tout le contraire, elle n’a rien à perdre et tout à gagner ; décrocher la commande de Southwest lui permettrait d’ébranler Boeing. L’arrivée de l’A220 servirait de cheval de Troie à Airbus et lui permettrait d’établir une relation commerciale avec ce géant. 

Face à l’A220-300, le MAX7 souffre des mêmes problèmes que l’A319neo : trop gros, trop pesant et il n’est tout simplement pas compétitif. En fait, sur les 3 333 commandes de B737MAX, le MAX7 n’en a enregistré que 52 dont 30 par Southwest. Westjet est le seul autre client avec une commande de 22 appareils. En juillet 2016, Boeing a annoncé des modifications au MAX7 afin de porter sa capacité de 138 à 150 passagers. Malgré cela, le B737MAX7 ne fait toujours pas l’affaire de Southwest : en janvier 2018, la compagnie a repoussé à 2023-24 les livraisons de MAX7 prévue en 2019-20. Puis en 2019, la compagnie aérienne a entrepris l’évaluation de l’A220-300. Si la compagnie texane n’opte pas pour le MAX7, cela jetterait un doute important sur l’avenir du MAX.

La diversification de la flotte

Depuis sa création, Southwest n’a acheté que des B737, mais 2021 est l’année idéale pour diversifier sa flotte : le B737 est sur ses derniers milles et Boeing devra se résoudre à lancer son remplaçant d’ici cinq ans. Southwest serait alors obligé de commander autre chose que des B737. Choisir l’A220-300 cette année ne ferait que devancer la diversification de quelques années. De plus, la présence de l’A220 donne une option de plus au cas où Boeing manquerait son coup avec son prochain monocouloir. 

L’A220-300 pèse près de trente mille livres de moins que le B737MAX7 et près de trente-cinq mille de moins que le MAX8. Chez les transporteurs aériens, le salaire des pilotes est déterminé en fonction de la taille des avions. La direction de Southwest pourrait profiter de la crise actuelle afin de négocier une échelle salariale plus baisse pour l’A220. C’est ce qu’avait négocié Delta avec ses pilotes en 2016. Mais le MAX7 pèse presque le même poids que le MAX8 et il est sur le même certificat de type. Il serait alors beaucoup plus difficile d’argumenter afin d’obtenir une concession des pilotes.  

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

7 avis sur “2021, la bataille de Southwest

  • janvier 6, 2021 à 5:41 am
    Permalink

    Pas impossible mais peu probable, je crois que c’est la meilleur façon de résumer les chances d’Airbus. Mais ce serait une incroyable prise.

    Répondre
    • janvier 6, 2021 à 8:52 am
      Permalink

      Je crois que c’est Peu probable aussi. Faut ce rappeller que Boeing et Southwest sont tout les 2 au USA. Donc meme si Boeing vend les 737 a $1 par avion a Southwest il ne peut pas etre accuser de dumping. C’est tout a fait légal. Boeing ne perdera pas cette vente , ca va juste le mons cher que Southwest va avoir payer ses avions a vie.

      Répondre
      • janvier 9, 2021 à 11:51 am
        Permalink

        C’ est sur que si ils peuvent avoir 2 max pour le prix d’un 220…
        En fait, cela dépend surtout de la volontée d’Airbus de suivre, donc d’accepter de vendre sans marges juste pour porter un coup à Boeing.

        Dans la situation actuelle, airbus n’ a pas vraiment besoin de porter un coup supplémentaire.
        Si c’ est pour vendre a perte, autant le laisser à Boeing.
        Par contre peuvent jouer le lièvre pour forcer Boeing a vendre le plus a perte possible.

        Répondre
  • janvier 8, 2021 à 12:56 am
    Permalink

    Si Southwest dit non, un autre concurrent dira oui. C’est la loi du libre marché.
    À moins que les USA se ferment au libre marché.

    Répondre
    • janvier 8, 2021 à 6:25 am
      Permalink

      N’oublions pas qu’un MAX c’est un MAX en ce sens que cet avion a tous les défauts inhérent au fait que ses moteurs ne sont pas à l’endroit idéal et qu’il a besoin d’artifices informatiques pour rester stable. Maintenant que c’est connu de tous, est-ce que ça va influer dans la décision? Probablement.

      S’il coûte plus cher à voler, alors, il doit être bien moins cher qu’un autre qui fait le même travail et Boeing n’a plus les moyens de vendre à perte.

      Pour cette compagnie, une flotte uniforme n’est plus une option de toute façon puisque le 737 a vu sa dernière itération. C’est le temps ou jamais pour eux de faire un move, la pandémie leur donne une opportunité incroyable d’avoir des avions rapidement et du temps pour transiter.

      Quand les planètes s’alignent ……. il arrive des choses surprenantes.

      Répondre
  • janvier 9, 2021 à 6:09 pm
    Permalink

    Même s’ils peuvent avoir 2 MAX pour un A220. Le PDG a dit qu’il voulait avoir le meilleur avion disponible. Il n’a pas dit qu’il voulait le moins chère. SW achète un avion pour 20 ans. Si en partant il coute plus chère d’utilisation et des concurrents comme Delta, Jet Blue et Breeze ont des A220 le temps risque d’être long. Le MAX7 ne répond même pas à leurs besoins. Les passagers et les pilotes ne sont pas enthousiasmes à être à bord d’un MAX. Ils méritent mieux. De plus il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier surtout quand les œufs sont passés date. Les 737MAX vivent sur du temps empruntés suite aux 2 accidents. La pandémie est une opportunité pour SW d’avoir un avion plus moderne.

    Répondre
  • janvier 10, 2021 à 7:49 am
    Permalink

    Vous exagérez. C’ est du max bashing la 🙂
    Si il était si mauvais rayannair ne resterai pas avec des 737.

    Pour le coût a l’ heure de vol, je serai curieux de savoir combien coûte réellement le carburant et l entretiens d’un avion.
    Car quand tu vois les prix pratiqués par les low cost a partir de aéroports régionaux avec de vieux 737 fumant, tu te dis qu’ un vieil avion ne coûte presque rien à faire voler. Que ce qui coûte c est les salaires et les taxes.
    Par exemple, un Carcassonne Dublin 1h de vol, 26.99E TTC… Et c’ est sur du vieux 737.

    Les dg le southwest et de rayannair se fichent de savoir si le client est enthousiaste ou pas. D’ailleurs il l’ est vu les prix (90E un vol aller retour pour traverser la Europe, tu est forcément enthousiaste, même si tu passes 1h dans un avion pourris).
    Si tu est soucieux du modèle d’avion et du confort, tu peux prendre un 320 de air France mais ça va te coûter le triple…
    Donc c’ est clairement pas la même clientèle.

    Pour les low cost, ce qui compte est le prix, et rien de autre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *