Airbus : une présence méconnue au Canada

Pour partager cette publication :

Airbus est connue au Canada surtout depuis la prise de contrôle du C Series. Mais en réalité, elle est présente ici depuis 36 ans. C’est en 1984 que sa filiale Airbus hélicoptère s’est installé à Fort Érié en Ontario et cette division emploie 250 personnes. Elle fournit un soutien à ses 220 opérateurs canadiens qui exploitent plus de 760 appareils. Ce centre offre des services d’ingénierie et travaille au développement de certificat de type supplémentaire pour les clients. Avec le temps, Airbus est parvenue à se tailler une part majoritaire dans le marché de l’hélicoptère au Canada. 

De plus, le site de Fort Érié est reconnu comme étant un centre d’excellence en fabrication composite. Il est le fournisseur unique de pièces pour 8 modèles différents d’Airbus Hélicoptères. 

Navblue

En 2016, Airbus a acquis la compagnie Navtech de Waterloo en Ontario. Par la suite, elle a été fusionnée avec deux autres filiales LUCEM et ProSky. La nouvelle entité s’appelle Navblue et œuvre dans le domaine de la planification de vol, de la gestion des espaces aériens. L’usine de Waterloo est la plus importante du groupe puisque c’est à cet endroit que sont produits les logiciels. Navblue compte près de 500 employés dans le monde et son siège social est à Toulouse. En 2016, elle a remporté le contrat pour revoir toute la gestion et l’organisation de l’espace aérien au Vietnam. 

Stelia

Stelia est établie à Lunenburg en Nouvelle-Écosse depuis plus de 27 ans. Cette usine conçoit fabrique et assemble des pièces complexes en matériaux composites. Ces ensembles sont destinés à l’industrie de la défense et de l’espace de l’Amérique du Nord et l’Europe.

C’est en 2015 qu’a débuté la construction de l’usine de Stelia à Mirabel où elle assemble le fuselage du Global 7500. Elle est la plus grosse filiale d’Airbus avec plus de 7 000 employés partout dans le monde. En février 2020, elle a acquis les lots industriels de l’A220 et de l’A330 qui étaient exécutés par Bombardier. Une fois la production regroupée, elle emploiera près de 500 personnes à Mirabel. 

La chaîne d’approvisionnement

Airbus s’approvisionne auprès de 665 fournisseurs canadiens répartis un peu partout sur le territoire. Elle leur achète pour 1,8 G$ de bien et service par année ce qui équivaut à 23 000 emplois. Ces premiers achats d’importances au Canada remontent à la fin des années 80 ; Bombardier avait été sélectionné en tant que fournisseur de certains éléments de structure de l’A330. 

La défense

Le géant européen est un client de longue date de l’industrie canadienne de la défense. Mais c’est aussi un fournisseur de service de logiciel et de systèmes pour satellites militaires des Forces armées canadiennes. 

C’est en décembre 2016 qu’Airbus a remporté son plus important contrat pour la défense canadienne. Il s’agit de fournir 16 avions de recherches et sauvetage ainsi que du soutien opérationnel. Airbus respecte la clause de retombée industrielle du contrat : Pratt & Whitney Canada fournit les moteurs, Thales Canada se charge de l’avionique, CAE s’occupe de la formation du personnel, dont les pilotes. Enfin, PAL Aerospace s’occupe de l’entretien de la flotte d’appareils. 

Pour le remplacement des avions de ravitaillement CC-150 Polaris, le Canada a choisi de faire affaire avec Airbus. L’obtention de ce contrat devrait donc mener à de nouveaux investissements de l’avionneur au pays.

Airbus est surtout reconnue pour sa présence à Mirabel et le programme A220. Pourtant, sa présence au pays remonte à beaucoup plus loin dans le temps. Au total, elle compte neuf sites industriels dans sept villes canadiennes et 4 000 emplois directs. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

6 avis sur “Airbus : une présence méconnue au Canada

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *