Grève : l’AIMTA envoie un ultimatum à Bombardier

Campagne de sociofinancement 2022
Faites une contribution (*) pour supporter les Ailes du Québec



(*) Veuillez noter que Les Ailes du Québec ne peut émettre de reçus pour fins d'impôt.
Pour partager cette publication :

Le 24 avril dernier, les membres de la section locale 712 de l’AIMTA ont rejeté massivement les offres patronales. Par la suite, les syndiqués ont voté en faveur de la grève dans une proportion de 99 %. Depuis, quatre séances de négociation ont eu lieu entre le syndicat et Bombardier. Cette dernière a présenté une nouvelle offre à l’équipe de négociation du syndicat. Mais elle est jugée tellement loin de demandes que le comité de négociation refuse de la présenter aux membres. Les salaires, la sous-traitance et l’indexation des pensions sont les points qui sont toujours en litige.

Le 12 mai, le syndicat a présenté une nouvelle offre à l’employeur et ce dernier doit y répondre avant le 23 mai prochain. Entre-temps, le syndicat convoque ses membres afin de confirmer le mandat de grève. Les 1 800 syndiqués voteront donc le 17 mai prochain. Les représentants de l’AIMTA demandent donc à leurs membres d’envoyer un message clair à la direction de Bombardier. La grève pourrait donc être déclenchée après le 23 mai si l’employeur ne bonifie pas son offre. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

18 avis sur “Grève : l’AIMTA envoie un ultimatum à Bombardier

  • mai 13, 2022 à 3:24 pm
    Permalink

    Le syndicat a bien fait de refuser de présenter au membres une offre juger inacceptable Bravo
    La raison première BA existe est le travail constant des Employés à assembler ces avions sans eux il n’y aurait pas d’avions. La compagnie continue de les harceler avec des coupures ridicules.
    Mais des Millions pour leur haut dirigent en prime , incroyable.

    Répondre
  • mai 13, 2022 à 6:12 pm
    Permalink

    Je n’y crois pas, avec une paye de 125$ par semaine, la grève ne dureras pas longtemps et la direction le sait trop bien.

    Répondre
    • mai 14, 2022 à 8:58 pm
      Permalink

      En 32 ans jai vécu une grève de deux semaine à 100$ par semaine !! Pour signé la même chose !

      Répondre
      • mai 15, 2022 à 4:31 pm
        Permalink

        Tu as gagnés 1 semaine de plus de vacance à 25ans de date d anciennte en 2002..ton tes 2 semaines de perdue ont été rembourser en vacance depuis 7 ans déjà…les maths ça sert à qqes chose le gros

        Répondre
    • mai 14, 2022 à 10:21 pm
      Permalink

      Stéphane Laroche, je vs avais dit qu’ il fallait bonifier le fond de grève il y a 3 ans…maintenant..il est trop tard…soyez bénéficiaire de vos actes…mais encore reculer , il est trop tard..bambam4017

      Répondre
  • mai 13, 2022 à 8:31 pm
    Permalink

    Les malheurs de Bombardier feront-ils le bonheur de Gulfstream ?

    Répondre
    • mai 13, 2022 à 8:52 pm
      Permalink

      LOL, bonne observation, mais on est encore loin du déclenchement d’une grève.

      Répondre
      • mai 13, 2022 à 9:04 pm
        Permalink

        Comme en 2002. Ils vont faire la grève 3 semaines et accepter le peu que BA va leur offrir.

        Répondre
  • mai 13, 2022 à 9:13 pm
    Permalink

    Avec les sanctions Russes, BA a des réserves vu que plusieurs aéronefs ne seront pas vendus! L’employeur peut se permetre la grève et j’ai tendance à croire que c’est ce qu’il souhaite! De plus avec les problèmes sur la chaîne d’approvisionnement, faire une petite pause dans l’usine sans avoir à débourser de salaire c’est gagnant pour BA Les syndiqués qui pensent sérieusement sortir gagnant de cette grève se tirent dans le pied solide! Avec un fond de grève qui va probablement durer 6 semaines max, pour avoir quelques peanuts pas semaine,ça serait un move très mal calculé! Mes amis syndiqués de l’AIMTA, questionnez M. Rancourt pour savoir si vous pouvez vous permetre de faire la grève!

    Répondre
    • mai 14, 2022 à 8:50 am
      Permalink

      N y a t il pas pénurie de main d oeuvre dans l’aviation au Québec?

      Répondre
    • mai 14, 2022 à 11:00 am
      Permalink

      Le marché des avions privés est presque exclusivement américain, les potentielles ventes aux Russes sont surtout anecdotique, aussi dans son dernier bilan financier, la compagnie indiquait un ratio de commande/livraison de 2,5, ça veut donc dire que les avions sont en demande et que le carnet se rempli très vite.

      Il ne faut pas oublier que présentement l’avion de tête de Bombardier est le Global 7500, celui-ci est assemblé à Toronto mais des composantes essentielles sont fabriqué à Montréal par les syndiqués de l’AIMTA, une grève impacterait immédiatement la ligne de Toronto et aussi l’usine du Mexique, pour les autres modèles d’avions un ralentissement ne serait probablement pas dramatique la cadence étant plus basse.

      Pour ce qui est du fond de grève celui-ci n’a été utilisé dans son histoire qu’une seule fois pour 3 semaines, il y a donc des fonds pour tenir mais je doute qu’on se rende là, Unifor lors de la négociation pour l’usine de Toronto à arrêté 2 jours et tout le monde est vite revenu à la table.

      Ce qui me rend perplexe c’est le refus du syndicat de présenter l’offre, serait que ce dernier est plus exigeant que ses membres?

      Répondre
      • mai 14, 2022 à 3:26 pm
        Permalink

        Le syndicat connaît très bien les attentes des membres! C’etait evident lors de la dernière assemblée de ratification! Eric Martel parle a tout les media comment tout va bien et que les profits seront au rendez vous! Il veut ramener le sentiment de fierté envers Bombardier au Québec. Qu’il commence avec ses propres employés.

        Répondre
        • mai 14, 2022 à 9:15 pm
          Permalink

          Les trois derniers contrats, les employés ont fait des concessions salariales dont des 0% en gel de salaire et hausses des contributions au fonds de pension et assurances, pour sauver la C-Series qu’on a donné à Airbus…donc les employés ont aidés bombardier à éviter la faillite. Aujourd’hui, ce sont ces employés qui ont besoin d’aide pour combattre l’inflation et je crois que la compagnie leur doit un retour d’ascenseur !

          Répondre
      • mai 14, 2022 à 4:07 pm
        Permalink

        Pour Bombardier, l’assemblage des Global à Toronto, leurs 2 conventions collectives unifor 112 production et unifor 673 bureaux sont en vigueurs du 23 juin 2021 au 23 juin 2024. Et au centre de finition des Global unifor 62 à Montréal les négos doivent commer cette automne. Leur convention se termine le 05 décembre 2022.

        Répondre
  • mai 15, 2022 à 11:20 am
    Permalink

    Exactement, les fonctionnaires doivent réduire leurs salaires et donner cela aux employés.

    Répondre
  • mai 15, 2022 à 6:51 pm
    Permalink

    Lacher pas je suis retraite et j espere a votre tours vous en benificirer vous aussi bellemarre partis avec 18 million de bonus et martel !!!!!! On attend son depart mais c est aux employés maintenant GoGoGo

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.