La saga canadienne du F-35 dernier acte

Pour partager cette publication :

En 2022, le Canada choisira fort probablement le F-35 pour moderniser sa flotte d’avions de chasse. Cette décision sera alors l’aboutissement d’une démarche qui a débuté en 1997. Dans une série de sept textes, je vous présente un résumé de la saga canadienne du F-35 qui aura duré 25 ans. 

Le retrait de Dassault

En novembre 2018, Dassault se retire de la compétition : la décision de l’avionneur français s’expliquerait notamment du fait que la France n’est pas membre des « Five Eyes » ; c’est un réseau de partage de renseignements qui comprend le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Cela pose un problème pour l’interopérabilité du Rafale.

En décembre 2018, le bureau du JSF estime qu’à cette date, la valeur des retombées du programme JSF (F-35) à 1,33 milliard de dollars. Cela aurait mené à la création d’environ 700 emplois directs au Canada. 

La mise à jour

En, mai 2019, une fuite d’information avance que le gouvernement libéral aurait accepté d’assouplir ses exigences industrielles. Puis en juillet, le gouvernement procède à une mise à jours de l’appel d’offres : au niveau des retombées économiques du futur contrat, le seuil a été fixé à 20 % de sa valeur totale, il n’y a pas d’autre obligation. Le contrat porte sur la construction des 88 nouveaux avions de chasse et est évalué entre 15 et 19 G$. Son attribution est prévue au début de 2022, et le premier aéronef pourrait être livré en 2025. 

Le retrait d’Airbus

Au mois d’août, Airbus annonce qu’elle se retire elle aussi de l’appel d’offres. La compagnie déclare : « Les importantes révisions récemment apportées aux exigences de retombées industrielles et technologiques ne valorisaient pas suffisamment les engagements fermes compris dans l’offre de Airbus Canada, alors qu’il s’agissait d’un point majeur. » 

L’année 2020

Au mois de février 2020, le Canada reporte une première fois la date limite pour le dépôt des propositions. Elle passe alors du 30 mars 2020 au 30 juin 2020. En mai une autre extension d’un mois est accordée en raison de la COVID-19. 

En mai 2020, le gouvernement accepte de verser une autre tranche de 70,1 M USD pour sa participation au JSF. Puis au mois d’août, Lockheed Martin annonce que le F-35 générera des retombées économiques 16,9 G$ au Canada s’il est choisi. Mais ces retombées seraient réparties jusqu’en 2058. 

Le coup de grâce à Boeing

L’appel d’offres pour le remplacement des CF-188 fera peu couler d’encre au cours de l’année 2021. Puis à l’automne, Boeing se lance dans une offensive médiatique et publicitaire afin de faire valoir son offre. 

Mais le coup de grâce est donné à Boeing le 25 novembre alors qu’une fuite survient dans les médias. Le gouvernement canadien l’aurait avisé que son offre pour le remplacement de CF-188 ne rencontrait pas les exigences. Cette décision ouvre la voie au F-35 qui est alors le seul à rencontrer toutes les exigences, dont celle d’interopérabilité. 

La décision finale sera rendue en 2022 et mettra fin à une saga qui aura durée 25 ans. 

Cliquez ici pour lire la nième partie

La participation du Canada au programme F-35

Au mois de juillet 2021, le Canada a versé une autre tranche de 71 M USD au programme F-35. Cette somme correspond à 90 M Can. Depuis la première participation en 1997, le Canada a versé un total de 613 M CAN pour sa participation au projet. En retour, il a généré plus de 1,3 G USD en retombées si l’on se fie à l’évaluation du bureau du JSF de 2018. Abonnez-vous gratuitement à notre chaîne YouTube en cliquant ici

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

30 avis sur “La saga canadienne du F-35 dernier acte

  • Décembre 4, 2021 à 7:31 am
    Permalink

    La vrai question que je me pause est la suivante, est-ce que le Canada a vraiment besoin d’un chasseur furtif à court rayon d’action, de vitesse limitée (environ Mach 1.5) et d’un seul moteur pour couvrir l’entièreté de son territoire d’est en ouest et surtout le grand nord ?
    En ce qui me concerne, depuis le retrait du Rafale pour des raisons techniques et supposément insurmontables (à notre époque), je pense que même si ça va à l’encontre de mes principes, le F-18 S/H aurait été un choix plus sensé et plus économique !

    Répondre
    • Décembre 4, 2021 à 7:54 am
      Permalink

      J’ai me suis fais exactement le même raisonnement. Mais finalement ce sera le F-35, je me retrouve donc dans la situation où de dois dire : la roi est mort vive le roi! Bref ce sera le F-35 et il faudra s’y faire.

      Répondre
      • Décembre 4, 2021 à 10:53 am
        Permalink

        Le gripen a il une petite chance?

        Pour le rafale, vu l agressivitee post AUKUS de la france et les ventes cette année (80 aux emirats, 30 Egypte, 24 grece, 12 croatie, 36 indonesie (restant a signer), je ne serai pas surpris que Dassault fasse une proposition de derniere minute, a prix casse mais hors cahier des charges, un peux comme ils ont essaye de faire avec les freem.
        Avec un resultat previsible…

        Répondre
        • Décembre 4, 2021 à 12:04 pm
          Permalink

          Le Gripen n’a aucune chance car la Suède n’est pas membre du programme Five Eye. Ce programme permet entre autres au cinq pays membres d’accéder à toutes l’information sur les différents armements fabriqués et utilisés par les membres. Donc les États-Unis donnent accès à tous les codes et la programmation au fabricants d’avions des pays membres. La Suède étant exclue elle ne pourra jamais obtenir toute l’information. Les pays membres du Five Eye sont les USA, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie et la Nouvelle Zélande. Il y a donc un trait culturel commun et je vois pas comment la Suède pourra avoir accès. Même chose pour le Rafale.

          Répondre
          • Décembre 4, 2021 à 6:44 pm
            Permalink

            Sauf si ils acceptent de livrer les avions en passant par les US, en donnant l acces aux code sources aux entreprises americainces qui vont installer les logiciels qu ils veulent dessus sans droit de regard (et pomper le maximum d information au passage).
            Ce que Dassault a refuse. Airbus a ete plus polie en evoquant des sur-couts pour cette operation…
            Je ne sais pas si les Suedois acceptent ca, mais il est certain que cela ne sera pas bien vu des pays utiiisateurs comme le Bresil.

            Les avions europeens n ont aucun probleme d interoperabilite avec le systeme de commandement de l OTAN.
            J ai un peux de mal a comprendre ce que cela prend en plus d une simple L16.

          • Décembre 4, 2021 à 7:48 pm
            Permalink

            L’OTAN n’utilise pas tous l’arsenal américain et ce n’est pas une question d’ordre technique mais bien de sécurité nationale du point de vue américian. Le meilleur exemple que je puisse donner est le F22 Raptor qui est classé « Top secret défense » et qui n’est pas vendu en dehors des USA. Les appareils et l’armement utilisés au sein de l’OTAN ont une classification « Secret défense » qui est à un niveau de sécurité inférieur. C’est qu’en matière de défense ils sont très paranos les riquains.

          • Décembre 5, 2021 à 8:59 am
            Permalink

            Securite nationale americaine?

            L appel d offre n est pas pour fournir du materiel militaire au Canada pour le Canada?

            Vous voulez dire que l armee canadienne est directement sous commandement us?

            Si c est vrai, pourquoi faire un appel d offre ouvert?

          • Décembre 5, 2021 à 9:33 am
            Permalink

            Quand je fais référence à la sécurité nationale américaine c’est pour expliquer pourquoi certains armements ne sont pas vendus ou partagés avec l’OTAN. Le Canada et les USA sont également partenaires du traité NORAD qui a établit la ligne de défense dans le Nord canadien contre une attaque soviétique. C’est ce traité qui dicte l’obligation pour les avions de chasse canadiens de pouvoir utiliser tout l’arsenal américain. Par exemple, dans les années 60, des bombes nucléaires américaines étaient présentent dans les bases canadiennes. d’ailleurs il y avait des entrainement périodiques sur l’installation et l’utilisation de ces bombes.

          • Décembre 5, 2021 à 1:44 pm
            Permalink

            Oui, c’est un peut la même logique que pour la Belgique.

            Mais les Soviétiques ne sont plus là, nous n’avons plus d’ennemis communs.
            Il n’y a plus d’amis ni d’alliances.
            Il n’y a que des ententes de circonstance, des alliances à géométrie variable en fonction des théâtres d’opération.

            L’OTAN en est l’exemple parfait, avec des membres qui se battent entre deux ous allient en fonction des dossiers.
            Chaque pays ne peut et ne doit compter que sur lui meme.

            Mais c est un peux HS et tres politique, je comprendrai si vous ne le publiez pas ici 🙂

      • Décembre 4, 2021 à 11:34 am
        Permalink

        Si on y achète les f-35, ça sera vraiment une poubelle et un fiasco en raison des coûts d’heures élevés, la maintenance excessivement chère, beaucoup de problèmes techniques. Alors le Gripen E a un excellent autonomie, pour sa vitesse, son emport d’armes et pour sa guerres électroniques et surtout en cas de guerre, il peut changer un moteur en moins de 45 minutes.

        Répondre
        • Décembre 4, 2021 à 12:04 pm
          Permalink

          Voir la réponse que j’ai écrit en réponse au commentaire de Guillaume.

          Répondre
    • Décembre 4, 2021 à 9:16 am
      Permalink

      Oui et non. Comme je l’ai expliqué dans un autre message, le Super Hornet ne sera plus en opération vers 2040 chez les 2 seuls autres opérateur, l’Australie et la US Navy, ce qui laisserait le Canada seul et nuirait grandement à l’interopérabilité avec nos partenaires, qui auront tous des F-35. Au final, il faudrait remplacer la flotte plus rapidement qu’avec le F-35.

      De plus, dans la plupart des appels d’offres que le F-35 a gagné, c’était le moins cher en incluant les coûts d’acquisition et d’opération sur 30 ans:

      – Suisse: 15,5 B de francs suisse pour 35 F-35A, 2 milliards moins cher que son plus proche concurrent dont le Super Hornet. Le coût moins cher obetenu parce que le F-35 nécessite 20% moins d’heures de vol pour faire le même boulot.

      – Danemark: 6,5 B$ pour 28 F-35A contre 9,3 B$ pour le SH et 10,3B$ pour le Typhoon parce que le Danemark et la firme Deloitte ont estimé qu’il fallait 34 Typhoon ou 38 Super Hornet pour faire le boulot de 28 F-35A

      – Même chose en Belgique, où le F-35A a battu le Rafale et le Typhoon sur le prix.
      https://sg.news.yahoo.com/belgium-confirms-choice-lockheeds-f-35-over-eurofighter-120229791–finance.html

      Répondre
  • Décembre 4, 2021 à 12:50 pm
    Permalink

    Moi si je regarde les décisions prises par le gouvernement jusqu’à maintenant.

    Une commande pour des nouveaux hangar a déjà été donné, les hangars doivent être fonctionnel pour les 3 types d’avion qui étaient en compétition,

    Les nouveaux Airbus ravitailleur doivent être capable de faire le ravitaillement a tous les avions en compétition.

    Le gouvernement a fait visiter les installations de cold Lake et Bagotville en expliquant que chaque base possède 2 escadron actifs au combat plus un escadron d’entraînement a cold Lake. Si le f35 est choisi l’entraînement doit obligatoirement être fait au États-Unis, donc retrait du 410 escadron.

    Pour ce qui est du 5eyes rendu a ce niveau le gouvernement a déjà évaluer les propositions et le gripen a été jugé acceptables. l’Australie a fait l’acquisition de ses sous-marin actuellement utilisé de Saab et est partenaires du 5eyes. C’est juste un module de communication supplémentaires au fond. Celui des f-16/f-15/cf-18 actuel. Le gripen est vendu avec le transfert technologique complet.

    Pour les gripen suédois et brésilien, ge Bromont fourni déjà des composantes moteur, et héroux devteck les trains d’atterrissage.

    Si les coûts a l’heure rentabilisé une double flotte d’avion, je me demande si le projet serait pas divisé, escadron d’entraînement et 2 escadron actif au Gripen. 2 escadron actifs au f35. l’Australie devait se départir de ses f-18 s-h, pour plus de f35, mais achète de nouveau système pour les améliorer, donc va les probablement les conserver.

    Il y a longtemps j’avais lu un article ou un pilote de cf-18 disait que les pilotes d’avant aimait passe par le cf5 avant le cf18 . Le cf-5 permettant un apprentissage plus facile puisque qu’il était moins technique.

    Serait ce possible une double flotte??

    Répondre
    • Décembre 4, 2021 à 1:22 pm
      Permalink

      Sylvain : « Pour ce qui est du 5eyes rendu a ce niveau le gouvernement a déjà évaluer les propositions et le gripen a été jugé acceptables. l’Australie a fait l’acquisition de ses sous-marin actuellement utilisé de Saab et est partenaires du 5eyes. C’est juste un module de communication supplémentaires au fond. Celui des f-16/f-15/cf-18 actuel. Le gripen est vendu avec le transfert technologique complet. »

      Je dis:
      La particularité des avions de chasse canadiens est qu’ils doivent absolument pour voir utiliser 100 % de tout l’armement américain. Cela inclue des bombes et des missiles qui ne sont actuellement utilisés que par les américains eux mêmes. En dehors des États-Unis, il n’y a que les CF-188 qui peuvent les utiliser. Étant donné le protectionnisme qu’il y a aux USA en ce moment, je ne vois pas comment l’oncle Sam accepterait le partage des codes.

      Répondre
  • Décembre 4, 2021 à 3:14 pm
    Permalink

    Pour des considération politico/militaire de l’alliance canadienne/américaine du traité de Norad, les chasseurs ne peuven être que de fabrication américaine je crois. Ce qui n’empèche pas des compagnies québécoise et canadienne d’obtenir des contrats de sous-traitances du fabricant américain qui sera choisi par le gouvernement canadien. ** Je pense que la soumission de SAAB vise « en premier » a démontrer au fédéral et a la population québécoise et canadienne qu’il pourrait créé beaucoup d’emplois au pays s’il serait considéré éventuellement pour l’achat d’équipements militaires d’un autre type pour le Canada.
    ..http://journaldemontreal.com/2021/12/04/la-suedoise-saab-creerait-plus-de-3000-emplois-au-quebec

    Répondre
  • Décembre 4, 2021 à 3:51 pm
    Permalink

    Lapresse «Le gouvernement fédéral confirme que l’avion de chasse Super Hornet de Boeing ne répondait pas aux exigences canadiennes.»

    Peut-on traduire l’annonce comme: Boeing ne se pas encore prononcé sur des retombées économiques substantielles pour les entreprises canadiennes (BBD principalement afin de faire oublier l’affront) de l’aérospatiale à cause de la Covid-19 bien sûr mais finalement s’est depeché pour rencontrer le gouvernement du Québec et avec la petite récomendation du gouvernement USA (ne pas oublier les taxes sur le bois d’ouvre) presenter une nouvelle proposition de dernière minute?

    Répondre
  • Décembre 6, 2021 à 9:32 am
    Permalink

    Leeham dit qu’il y a une clause « Boeing » dans les appel d’offres militaire canadiens depuis 2017, ce qui disqualifie Boeing automatiquement (KC-46, Super Hornet).

    https://leehamnews.com/2021/12/06/pontifications-retrospective-of-kc-x-tanker-competition/

    « Canada inserted clauses into future procurements that disqualified companies that took actions detrimental to Canada’s aerospace interests. This was widely called the “Boeing amendment.” Boeing previously was disqualified from bidding on Canada’s aerial tanker replacement. »

    Répondre
  • Décembre 6, 2021 à 6:08 pm
    Permalink

    Bien que je sois un fervent supporteur d’acheter ailleurs qu’aux Etats~Unis, il faut malheureusement se rendre à l’évidence que seulement un chasseur de cinquième génération peut permettre à nos forces aériennes d’être pleinement efficace pour les prochaines décennies et ce dans le cadre de toutes les ententes que l’on a avec nos alliés et tout spécialement les Etats-Unis. D’ici 10 ans, les chasseurs devront opérer conjointement avec des drônes et ça je ne crois pas que ce sera facile avec des appareils de génération 4 ½. Je ne crois pas non plus que les Américains vont partager toutes leurs informations, codes, etc avec nous si jamais on opte pour le Gripen. C’est probablement les raisons pour lesquelles les Conservateurs avaient opter pour le F-35 dès le début. Le plus décevant là-dedans c’est que les retombées économiques ne seront pas bien bonnes comparer à l’offre de SAAB. Pour avoir une meilleure idée de la complexité interopérationel des programmes du NORAD, l’Otan, 5eyes, etc jeter un coup d’oeil sur le lien ci-joint:
    https://curve.carleton.ca/system/files/etd/de37d537-9719-40cd-9f24-b0c12d50ad18/etd_pdf/ad978be1079fa74df0c16e949d21cea9/richardson-onehorseraceastudyofinteroperabilityincanadas.pdf

    Répondre
    • Décembre 6, 2021 à 6:29 pm
      Permalink

      Merci pour le partage de cet excellent document, je vais passer la soirée à le lire.

      Répondre
    • Décembre 7, 2021 à 7:51 am
      Permalink

      Bon document et très informatif.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.