Le Challenger démontre son utilité durant la pandémie

Pour partager cette publication :

C’est un fait établi dans l’aviation que les Challenger de la série 600 ont toujours été d’excellents avions ambulances. Durant une situation de crise, c’est toujours sur les meilleurs que l’on se fie en premier. La pandémie actuelle offre donc au Challenger de la série 600 l’occasion de démonter son utilité. 

Les vétérans

Au Service aérien gouvernemental du Québec (SAG), il y a longtemps que le Challenger 601 a fait ses preuves. Encore la semaine dernière, les deux appareils ont été utilisés à plein régime. C’est près de 65 heures de vol par semaine qu’ils cumulent durant la pandémie. Il n’est pas rare que l’un d’eux effectue 7 vols dans une seule journée. Bien qu’ils aient un peu d’âge, 26 et 31 ans, les deux appareils demeurent fiables. 

Le petit nouveau

Le 26 mars dernier, Bombardier a livrer un Challenger 650 neuf à la compagnie finlandaise Jetflite. Cette dernière existe depuis plus de trente ans et opère une flotte d’avions d’affaires. Elle offre des services de nolisement, de vols d’évacuation aéromédicale ainsi que de la gestion d’appareils. 

Lorsqu’il est arrivé en Finlande, le Challenger 650 neuf a immédiatement été configuré en avion ambulance. Lors de ses 14 premiers jours en service il a enregistré plus de 100 heures de vol :

« Notre flotte Jetflite est toujours occupée, mais effectuer les 100 premières heures de vol en 14 jours dès la sortie d’usine a été une sorte de record, même pour nous, surtout avec les défis que posaient la planification des parcours en vol, l’obtention des autorisations diplomatiques et la réservation d’hébergement sans risque pour l’équipage dans un contexte de propagation de la COVID-19 », a déclaré Elina Karjalainen, directrice générale de Jetflite.

La recette du succès

Les bons avions sont toujours le résultat de compromis et le Challenger série 600 n’y échappe pas. En tant qu’avion ambulance, il offre un juste équilibre entre les spécifications suivantes : une bonne distance franchissable, un bon diamètre de fuselage, de très bonnes performances sur piste et une bonne charge utile. 

Le Challenger série 600 peut transporter l’équipe médicale et deux patients sans aucun problème. Durant la pandémie, une unité mobile de confinement peut même y être aménagée. De plus il peut passer rapidement de la configuration ambulance à avion d’affaires et vice et versa. La sécurité et la fiabilité ne font pas partie des compromis et doivent obligatoirement être à leur maximum. 

Le Challenger série 600 mérite pleinement son excellente réputation qui repose sur 40 ans d’expérience. Au début de 2020, plus de 970 Challenger série 600 étaient encore en service dans le monde. Le Challenger série 600 demeure l’avion d’affaires le plus vendu de l’histoire. Son réseau de centre de service certifié facilite son entretien. 

La pandémie actuelle permet de rappeler à quel point le Challenger 650 est un avion utile. Bref, sa production pourrait très bien survivre à la pandémie et durer encore quelques années

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *