Négociations ardues entre l’AIMTA et Bombardier

Pour partager cette publication :

L’AIMTA qui représente environ 2 000 employés de Bombardier vient de publier une lettre d’information à ses membres ce matin. Les responsables syndicaux font le point sur les négociations avec l’employeur : ils informent les membres que les négociations sur le normatif ont donné lieu à une entente. Les négociations sur la portion salariale ont débuté le 3 février dernier. Après 20 rencontres sur ce sujet, il n’y a toujours pas d’entente sur la table. Pire encore, le syndicat affirme que les offres de Bombardier représentent un recul important pour ses membres.

Demain, le syndicat demandera à l’employeur de présenter une offre finale et globale. Celle-ci sera ensuite présentée aux membres et un vote se tiendra une semaine après le dévoilement. Il faut donc s’attendre à ce que les employés de Bombardier membres de l’AIMTA passent au vote avant la fin d’avril ou au début mai. Si l’on se fie au ton de la lettre d’information, le contrat de travail ne sera pas renouvelé de sitôt. 

Une coutume étrange

La convention collective entre la section locale 712 de l’AIMTA et Bombardier dure habituellement deux ans. Elle se termine toujours à la fin de novembre et les négociations sont toujours aux ralentis à l’automne. Ce n’est qu’en début d’année qu’elles débutent vraiment. Le résultat est que les offres patronales sont habituellement soumises au vote fin avril début mai. 

Or c’est toujours à cette période de l’année qu’a lieu l’assemblée générale des actionnaires. C’est également à cette période que la rémunération des membres du conseil d’administration est dévoilée. Le résultat est que la question des bonis et autres avantages financiers versés aux cadres fait la manchette des quotidiens. Tout cela alors que les négociations sont en cours avec les syndiqués. Est-ce qu’il ne serait pas préférable pour la direction de Bombardier de régler le renouvellement de la convention collective avant l’assemblée générale ? 

Cette année encore, les membres de la section locale 712 pourront comparer les offres de l’employeur à celles des hauts dirigeants. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

15 avis sur “Négociations ardues entre l’AIMTA et Bombardier

  • mars 23, 2022 à 9:39 am
    Permalink

    je pense que toute les compagnie devrais donner le tôt de l’inflation chaque année. Plus besoin de négocier pour les salaires seulement pour les avantages et le bla bla.

    Répondre
      • mars 23, 2022 à 12:24 pm
        Permalink

        Parce que tu perdrais la chance de recuperer ton investissement… lol (Reponse illogique pour une question du meme genre)

        Répondre
  • mars 23, 2022 à 10:39 am
    Permalink

    Je suis membre AIMTA Bombardier et je ne sais même pas ce que le syndicat demande en mon nom, chaque convention c’est pareil on nous donne un sondage pour voir l’ordre des priorité mais ensuite plus rien pas même un retour sur le sondage, et là on nous tiens encore dans le noir avec un communiqué qui ne dit rien.

    Ça ressemble a une tactique pour baisser les attentes et ensuite nous faire accepter une autre convention moche.

    Répondre
    • mars 23, 2022 à 6:45 pm
      Permalink

      Belle gang de m… a distribué des communiqués rempli de mensonges avec notre propre argent. A leur place je marcherai la tête basse à l’usine. Vive un autre syndicat qui serait nous représenter dignement. Hônte à vous tous la gang AIMTA.

      Répondre
  • mars 23, 2022 à 11:17 am
    Permalink

    On se fait dire par la compagnie que les ventes d’avions n’a jamais été aussi bonnes que dans les 15 dernières années et quand vient le temps des négociations côté salariales, ils demandent des reculs importants. A rien y comprendre mais à ce que je sache y a plus beaucoup de jeunes qui veulent plus venir y travailler car leur image chez Bombardier y est terni. Fini le temps qu’il pouvait trouver du monde facilement pour y travailler. Les jeunes regardent au plus offrant et c’est ça que la compagnie devrait comprendre.

    Répondre
  • mars 23, 2022 à 1:52 pm
    Permalink

    C’est a croire que tout le monde s’est passé le mot dans l’industrie pour ne rien donner aux travailleurs, Stelia attaque le fond de pension, Rolls-Royce est en lock-out, et maintenant Bombardier qui veut des concessions.

    Je comprendrais cette stratégie chez les opérateurs qui l’ont vraiment eu dur durant la pandémie, mais les manufacturiers eux fonctionnent pour la plupart très bien.

    Répondre
  • mars 23, 2022 à 6:30 pm
    Permalink

    Salut André, je viens de lire sur MSN un article écrit par La Presse Canadienne comme quoi les négociations se corsent chez Bombardier. Les 2 journalistes ont questionne M. Martel, il s’est dit surpris des commentaires du syndicat au sujets des offres monétaires car il dit lui-même qu’il n’y a pas eu d’offres faites sur le sujet. Alors André c’est quoi leur problème au syndicat. Ils veulent nous diviser entre nous. Je crois qu’il est grand temps de changer le syndicat pour un autre qui va nous représenter comme du monde. Quand je pense qu’ils vont nous augmenter nos cotisations. Ils peuvent bien être assis toute la journée dans leur local a ne pas nous défendre comme il se doit.

    Répondre
  • mars 24, 2022 à 8:17 am
    Permalink

    Former votre propre syndicat pour vous représenter contrôler votre futur vous-même et vos cotisation etc…

    Répondre
  • mars 24, 2022 à 8:54 am
    Permalink

    Lors de négociation syndicale faut Jamais oublier celui qui signe les paies toute la semaine est le grand Boss c’est lui qui décide tout. Le syndicat lui, il suit car il ne paie aucun employer.

    Le sondage syndical pour vos choix donner à l’employer par le syndicat est seulement une formalité pour vous faire plaisir. Car il Save d’avance ce que l’employeur va accepter.

    Répondre
  • mars 26, 2022 à 12:30 pm
    Permalink

    Je me demande qu’est-ce qu’ils ont accompli pour avoir telle rémunération globale en 2021. Ils n’ont fait absolument rien pour donner de la valeur à la compagnie et encore moins à nous, les investisseurs et ultimement les créateurs des jobs bien payants et de calité au Canada et au Québec. Le vrai travail, la partie sale a été fait par M. Bellemare afin de redresser la compagnie.

    Ils sont encore pire que le CA de BA, ils n’ont même pas été capables de racheter ses propres actions au prix de 0.3$cad. Au moin l’équipe de BA prends soins de ses supporteurs.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.