Un Airbus H-145 usagé pour la SQ

Pour partager cette publication :

Le 20 août dernier, le gouvernement du Québec a procédé à l’achat d’un hélicoptère Airbus H-145 usagé. Rappelons que c’est le Service aérien gouvernemental (SAG) qui gère tous les aéronefs appartenant au gouvernement québécois. Le H-145 remplacera le Bell 206 LT de la SQ qui s’est écrasé en janvier dernier. 

Québec a opté pour cet appareil usagé car il était déjà équipé pour la recherche et sauvetage. Le coût d’acquisition s’élève à 13,1 M $ et l’appareil sera en opération en décembre prochain. Le H-145 est beaucoup gros que le Bell 206 LT et a une charge utile nettement supérieure. Il a également une plus grande autonomie et pourra donc effectuer un plus grand nombre de mission. Le prix unitaire d’un H-145 neuf est d’environ 13 M $ excluant les options. L’ajout de l’équipement de recherche et sauvetage peut facilement coûter 2 M $ à 3 M $ à lui seul. 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

23 avis sur “Un Airbus H-145 usagé pour la SQ

    • septembre 10, 2020 à 8:25 pm
      Permalink

      Une différence de quelques millions tout de même et c’est le délai de livraison qui change. Déjà avec de l’usagé il a fallu sept mois pour passer la commande, avec du neuf il aurait sans doute fallu faire une appel d’offre. Pour un hélicoptère neuf avec le treuil et l’équipement de recherche et sauvetage, après avoir donner le contrat il faut compter un minimum de 18 mois avant la livraison. Il fallait remplacer un hélicoptère détruit, attendre plus longtemps n’était pas vraiment une option.

      Répondre
      • septembre 11, 2020 à 9:40 am
        Permalink

        Quel âge à cet appareil et quel est son nombre d’heures de vol? Ça aiderais à porter un meilleur jugement sur son acquisition.

        Répondre
        • septembre 11, 2020 à 11:57 am
          Permalink

          Malheureusement je n’ai pas cette information

          Répondre
    • septembre 10, 2020 à 8:43 pm
      Permalink

      Trop urgent comme besoin… Conception de l’appel d’offre… Durée de l’appel d’offre et ca peux prendre 1 ans ensuite a livré l’helico…

      Répondre
  • septembre 11, 2020 à 11:55 am
    Permalink

    Vraiment désolant de voir des décisions politiques comme celle là quand nos Québecois perdent leurs emplois dans l’aéronautique!

    Répondre
    • septembre 11, 2020 à 11:59 am
      Permalink

      L’achat d’un appareil usagé n’a aucun impact sur les emplois ici puisqu’il est déjà assemblé.

      Répondre
      • septembre 11, 2020 à 12:36 pm
        Permalink

        Qu’il soit usagé ou neuf, il n’a pas créé d’emplois ici au Québec.
        Un Bell 429 avec des moteurs Pratt & Whitney fait aussi ici au Québec, il y en a sur le marché, et un kit de Treuil pour le S&R, s’installe en quelque mois.
        Vraiment M. Allard, avec un tel commentaire on peut s’interroger sur vos préférences culturelles.

        Répondre
      • septembre 11, 2020 à 2:35 pm
        Permalink

        Le Bell 429 est louin superieur a un
        H-145, de plus il est fabriquer et assembler au Quebec….
        Et c’est le gouvernement Quebecois qui en fait l’achat, bravo a nos decideurs.

        Répondre
        • septembre 11, 2020 à 5:23 pm
          Permalink

          1200 lbs de plus de charge utile dans un H145 et cabine légèrement plus grande (212 pi3 vs 204 pi3)

          Répondre
          • septembre 15, 2020 à 7:14 pm
            Permalink

            Pour pratiquer une préference nationale, ce qui n est pas anormale, il faudrait déjà avoir un fabricant Nationale.
            Or Bell est une compagnie américaine, pas canadienne.

          • septembre 15, 2020 à 7:36 pm
            Permalink

            Oui mais le Bell 412 et le 429 sont assemblés à Mirabel tout près de l’endroit ou est assemblé l’A220.

  • septembre 11, 2020 à 1:48 pm
    Permalink

    Le gouvernement québécois a remplacé sa Chevrolet par une Mercedes! Il s’agit d’une excellent acquisition dont je ne n’aurais jamais entendu parler n’eut été de la vigilance des Ailes du Québec. André Allard n’en manquant pas une!

    J’ai toujours aimé cet hélicoptère à cause des portes arrières qui permettent un changement longitudinal. La Gendarmerie royale canadienne, ainsi que la Garde côtière canadienne, utilisent/utilisaient déjà cet appareil qui a peu d’équivalents dans le monde.

    En passant, il s’agit du H145 et non pas du H-145. Il est fabriqué en Allemagne depuis l’époque du BK 117. Les moteurs sont des Turboméca Arriel et il se pourrait donc que les réparations soient effectuées par Turboméca à Mirabel.

    Répondre
    • septembre 11, 2020 à 5:40 pm
      Permalink

      La GRC opèrent des H125 et la Garde Côtière utilisent des 429 et des 412.

      Répondre
      • septembre 11, 2020 à 7:40 pm
        Permalink

        C’était justement pour prévenir une telle réponse que j’ai écrit le verbe « utiliser » en deux temps: utilise/utilisait.

        La Garde côtière opérait jusqu’à récemment, et ce pendant plus de 30 ans, des Bo 105. Il s’agit de « l’ancêtre » de la famille MBB où il a été remplacé par le EC135, tandis que le BK 117 lui a été remplacé par le H145. À l’intérieur de cette même famille le concept de chargement reste cependant le même d’un modèle à l’autre et c’était l’essentiel du point que je voulais soulever.

        Le verbe « utiliser » au passé visait donc La Garde côtière. Ceci dit, je reconnais cependant qu’au lieu d’écrire utilise/utilisait déjà cet appareil j’aurais dû écrire utilise/utilisait déjà ce type, ou ce genre, d’appareil; ou encore mieux: utilise/utilisait déjà des appareils appartenant à la même famille.

        https://www.canada.ca/en/canadian-coast-guard/news/2019/05/the-government-of-canada-donates-surplus-coast-guard-helicopter.html

        Pour ce qui est de la Gendarmerie elle opère des H145 depuis 2019. Le verbe « utiliser » au présent visait donc la GRC.

        https://copanational.org/en/2019/02/21/rcmp-receives-new-state-of-the-art-helicopter/

        Répondre
  • septembre 12, 2020 à 10:08 am
    Permalink

    Il y a plusieurs éléments à prendre en considération dans l’acquisition de cet appareil. Oui, il n’a pas été fabriqué au Québec mais il l’a été au Canada quand même. Il est disponible immédiatement, il possède tout l’équipement nécessaire, il répond aux besoins de l’opérateur et peut-être même plus et peut-être que son prix est abordable et tout cela avec un nombre d’heure de vol tout à fait acceptable. Mais LE point majeur ici est disponibilité immédiate.

    Dans un tel cas, il n’y a pas d’appel d’offre à faire car il n’y a qu’un fournisseur et qu’un appareil répondant aux spécifications recherchées. C’est donc un contrat de gré à gré ce qui est tout à fait permis.

    Je suis le premier à acheter québécois et je rage de voir certains achats qui sont faits par nos décideurs, je pense ici aux trains du REM. Mais il y a parfois des exceptions acceptables.

    Répondre
  • septembre 13, 2020 à 9:23 pm
    Permalink

    Pour ceux qui connaissent les impératifs administratifs qui prévalent au Québec pour tous les organisations gouvernementales et j’inclue les sociétés associées, acheter quelque chose est un défi incroyable. En effet, toutes les considérations économiques sont mises de côté, l’important c’est la sacro sainte procédure d’achat pour être certain que l’achat n’est pas teintée par d’autres considérations.

    On sait que l’état est très bonne pour se faire avoir mais il y a quand même des achats qui seraient avantageux pour autant qu’on puisse prendre une décision rapidement. Mais l’état et ses compagnies associées en sont incapables, le piton n’existe pas, ils ne peuvent pas peser dessus.

    Je félicite les gestionnaires qui ont réussit à acheter cet appareil, cela a dû être tout un défi.

    Répondre
    • septembre 14, 2020 à 11:05 am
      Permalink

      Le gouvernement table justement sur un projet de loi qui a pour but d’accélérer les mises en chantier des contrats accordés par l’état. J’espère que ce projet de loi inclura également l’achat d’équipement. Car on peut définitivement faire mieux sans nécessairement se faire fourrer.

      Répondre
  • septembre 16, 2020 à 6:36 am
    Permalink

    l’achat immediat et le besoin est en fait un bon point de vue mais quand est-il du service apres vente (soutien technique ) si l’appareil brise ou a besoin de pieces pour la maintenance si l’appareil est cloué au sol pour ces raisons c’est pas d’avance non plus pour les missions de sauvetage

    Répondre
    • septembre 16, 2020 à 7:34 am
      Permalink

      La il s’agit d’avoir suffisamment de point de distribution. Airbus possède un très bon réseau en Amérique du nord et au QC à Mirabel tout comme Bell possède un très bon réseau en Europe.

      Répondre
  • septembre 16, 2020 à 8:05 am
    Permalink

    Cette hélicoptère à été construit par Airbus en Allemagne en 2016. Le journaliste du Journal qui se fait l’écho de la porte-parole de BELL en fait tout un plat pour l’achat d’un seul appareil plutôt que d’y voir une simple transaction d’opportunité d’affaire pour la SQ. **Note: À la fin de l’article ce journaliste prétend que Québec aurait perdu 1,3 milliards de dollars dans le programme de l’ex-c serie, un peu vite en affaire ce « petit messieurs » dont son ignorance du dossier est manifeste pour ne pas dire plus. …http://journaldequebec.com/2020/09/16/quebec-achete-un-helico-allemand-plutot-quun-appareil-construit-ici

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *