Stelia se qualifie pour la subvention salariale

Pour partager cette publication :

Dans un communiqué à ses membres, la section locale 712 de l’AIMTA confirme que Stelia se qualifie pour la SSUC. C’est le président du 712, Yvon Paiement, et l’agent d’affaires du district 11, Éric Rancourt, qui signent la lettre.

Pour la période allant du 15 avril au 4 mai, les employés de Stelia recevront donc 75 % de leur salaire. Le montant maximum sera de 847 $ par semaine et les employés conservent leur lien d’emplois et leurs avantages sociaux. Cependant, l’employeur n’a toujours pas confirmé s’il se qualifiait pour la période allant 15 mars au 14 avril. 

L’AIMTA négocie actuellement avec Stelia afin d’obtenir des avantages supplémentaires. La qualification de l’employeur ou non à la SSUC pour la période du 15 mars au 14 avril sera déterminante. 

Pour lire le communiqué de l’AIMTA, cliquez ici

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

8 avis sur “Stelia se qualifie pour la subvention salariale

    • avril 14, 2020 à 1:13 pm
      Permalink

      Ne soyez pas inquiet, tous les dirigeants de Bombardier travaillent et sont payé pour gérer 0 employés….

      Répondre
  • avril 14, 2020 à 9:01 am
    Permalink

    En tant qu’employé de Bombardier je me sens pas mal seul dans mon coin là.

    Un peu de communication de la part de la direction serait le bienvenu.

    Répondre
  • avril 14, 2020 à 1:05 pm
    Permalink

    Bon encore quoi penser. Je pense que la direction à d’autres choses que le bien être des travailleurs. Le plus important c’est le bien paraître aux vues des clients. Et encore et surtout il doit avoir des zones grises donc ils ne savent faire autre choses que de demander des subventions aux gouvernements. Je suis déçu pour ne dire autrement en restant poli vis à vis de ce monde là qui gouverne la compagnie. Et voilà des gestionnaires qui ne sont pas des rassembleurs mais plutôt …..!

    Répondre
  • avril 15, 2020 à 2:42 pm
    Permalink

    J’entends dire par des collègues qui sont présentement au travail chez Bombardier ( dont certains membres dans la gestion) que les cadences de production seraient grandement affectée ce qui obligerait la direction à travailler sur un plan de réduction global de la main d’œuvre ( de l’ordre d’environ 20-25%). Une liste de noms serait même déjà en circulation. De plus il est de plus en plus probable que ce ne soit pas tous les employés qui recommence le travail le 4 mai.

    En ce qui concerne la subvention salariale, j’émets l’hypothèse que pour ce qualifier à la subvention, une compagnie doit probablement s’engager envers le Gouvernement à ne pas effectuer de mise à pied pendant une certaine période. Si tel est le cas, Bombardier ne serait donc pas admissible ( si mon hypothèse est réel).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.